L’encadrement dépité…

Les cadres sont engagés dans leur travail, ne comptent pas leurs heures, sont attachés à leurs missions et leurs responsabilités.

Mais ils se plaignent de ne pas être reconnus par leur entreprise (salaire plus bas qu’ailleurs en particulier).

Si les cadres aiment leur travail, ils témoignent d’une défiance à l’égard de l’organisation et de la qualité du service produit.

Et pour cause, la volonté est de faire de l’argent mais pas de produire un service de qualité qui couterait plus cher.

En quelques années, les outils de reporting ont envahi le quotidien.

Payer des cadres à demi tarif impose de d’avantage les contrôler et d’imposer des outils de reporting plus nombreux.

Le besoin de rentabilité visible et immédiate s’est imposé aux dépens du long terme.

Dans un chacun pour soi où l’entreprise valorise mal la réalité du travail, les cadres se sentent seuls, éloignés des centres de décisions.

Bref, dépités…

La crise financière à révélé une crise profonde de l’organisation du travail. Les salariés en général et les cadres en particulier pâtissent de ressources humaines défaillantes, d’un contrôle de gestion excessif et de modes de décision brutaux mais surtout d’un manque de possibilité de se projeter dans l’avenir.

Tout le contraire de l’agilité longtemps prônée.

Faire face au stress, aux injonctions contradictoires, aux dilemmes professionnels, ne pas perdre ses convictions ni son éthique dans ses responsabilités… Retrouver du sens pour son travail, mais également des perspectives d’évolution, des moyens et des marges d’action. Développer ses compétences.

Des motivations très absentes d’une organisation juste basée sur la rentabilité et le court terme.

Print Friendly, PDF & Email

7 Commentaires

  1. Ancien cadre et aujourd’hui distributeur, je comprend le petit encadrement adrexo. Cette boîte fonctionne mal et gaspille beaucoup dans funon productif…la gabegie..

  2. Bonjour,
    Dans votre précédent article concernant l’absence des indemnités repas sur le salaire de Juillet des chauffeurs-livreurs vous mentionnez que seuls les chauffeurs-livreurs de l’activité colis sont concernés.
    Cependant, il y’a également un bon nombre de chauffeurs-livreurs D2H qui sont concernés par cette absence de paiement.
    La direction est-elle au courant de cela?
    Merci.

  3. Ancien cadre moi même , ne les plaigner pas , aujourd’hui il y a une pénurie dans leur profession, alors si ce job ne leur convient pas , qu il en change s ils y ont les diplômes requis

  4. Ils n’ont pas a se plaindre ces pauvre petite cadres ,quand il doivent faire normalement 38h00 par semaine et quand en font 7h00 jours sur 4jours et le 5jours ,qui est le mercredi , télétravail ,quand on a des enfants de bas âges , cherche l’erreur , alors quand les patrons essayent toujours de voler des heures aux distributeurs ,ils devraient plutôt regarder dans les dépôts ,pour voir ce qui si passe vraiment

  5. Ne les plaignons pas trop, j’ai connu un chef de centre qui faisait de la distribution au nom de son épouse, il n’y avait aucun problème de temps repère, n’y de manque d’indemnités kilométriques

  6. De plus a savoir que cfef de centre et cadres lors de propaganda ils ont une une prime d’une semaine de congé supplémentaire , c’est pas du foutage de gueule surtout que tout cela a été un vrai flope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*