Une entrée en bourse, avec une société mère fragile ?

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Réfléchissons ensemble !

Colis Privé, entreprise spécialisée dans la livraison de colis aux particuliers, profite du développement du e-commerce et se développe à l’intérieur du groupe Hopps.

Elle mutualise des moyens entre Adrexo et Colis Privé afin d’assurer des livraisons partout en France.

Crée sous l’appellation ADREXO COLIS, donnée à des cadres pour se débarrasser de l’activité déficitaire, revenue aujourd’hui à la faveur de la reprise d’Adrexo par les mêmes ex-cadres mais sous l’intitulé Colis Privé, l’entreprise surfe sur le développement de la vente en ligne.

Colis Privé est propriété d’Adrexo à près de 70%, les parts de l’entreprise ayant été apportées à Adrexo, par les dirigeant de Colis Privé, en échange de l’immobilier du siège d’Aix en Provence qui est passé en propriété des actionnaires, via une autre société.

Les autres parts sont détenues par AMAZON états unis, qui doit les revendre à Hopps Group prochainement si ce n’est pas déjà fait.

Tout cela a été annoncé publiquement par les actionnaires.

La société Colis Privé, elle même mise en fiducie (une sorte d’hypothèque) doit racheter le prêt concédé en échange de cette garantie pour la faire disparaitre et se préparer à être présentable pour se vendre à la découpe, sur le marché boursier, pour une partie de son capital.

Les analystes des marchés auront donc à s’intéresser à l’univers lié à Colis Privé pour conseiller ou pas, l’achat des actions mises sur le marché.

Sans compter, l’autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme de la bourse qui va aussi chercher à bien connaitre le groupe.

Or, chacun sait que la société mère, Adrexo, n’est pas au mieux de sa forme et cumule des dettes chaque année et traine quelques vieux dossiers peu reluisant.

Certes, l’état d’endettement est un peu artificiel dès l’instant ou elle paye nombre de factures qu’elle n’aurait normalement à payer puisqu’elle concerne en réalité l’activité colis.

Elle accepte aussi de travailler à des tarifs particulièrement intéressants et à faire une marge bénéficiaire très faible qui ne compense pas les pertes enregistrées sur l’imprimé publicitaire.

Les pertes relèvent donc en partie d’un choix stratégique.

Avec cet environnement dégradé, et un groupe sous perfusion, et même assisté, ne contenant qu’une entreprise légèrement bénéficiaire et surtout pour les raisons évoquées ci-dessus, il est fortement probable que nos analystes chevronnés perçoivent une situation à haut risque relevant finalement plus du mécénat que de l’investissement…

Pour se défaire de ce fardeau que constituera Adrexo demain, il faudra donc opérer un transfert des parts sociales de colis privé vers Hopps afin d’isoler Adrexo, voire le faire disparaitre.

Adrexo deviendrait alors une entreprise sœur, victime de la conjoncture, mais qui ne détient pas (plus), fort heureusement, aucune part de Colis Privé et qui ne viendra pas faire tache dans le paysage.

Une fois le financement de l’activité colis assurée par Adrexo, il n’y aura d’ailleurs plus aucun intérêt de faire perdurer une entreprise qui n’est plus en capacité de fournir des moyens. Il deviendra “indispensable” de sauver le groupe en sabordant la branche pourrie, mais qui l’est du simple fait de choix stratégiques en amont et depuis bien longtemps.

Si l’entreprise est si pressée de vous faire voter, pour renouveler le CSE, c’est uniquement pour que le calendrier fixé pour ces opérations puisse être respecté, et même si le CSE venait à de nouveau être dissous, ce serait une aubaine supplémentaire.

Le seul et unique but est de respecter la loi qui impose une information et consultation du CSE avant l’organisation boursière, pas autre chose.

Cette consultation se fera très rapidement après l’élection du CSE et sonnera, d’après nous, le début de la fin.

Il vous faut comprendre les enjeux pour voter, et voter pour ceux qui seront en mesure de faire échec à toutes les tentatives qui remettraient en cause les emplois d’Adrexo, dans des conditions inacceptables.

Vous avez besoin d’une organisation syndicale fiable, libre et indépendante pour vous défendre et vous informer, votez C.A.T. Adrexo.

Print Friendly, PDF & Email

8 Commentaires

  1. Bonjour une fois cette entrée en effectuée à votre avis combien de temps avant que adrexo distribution disparaisse et est-ce encore évitable

    • Bonjour,

      Bonne question, une fois que la poule aux œufs d’or sera vidée de sa substance et n’aura plus d’intérêt, nous apprendrons qu’il n’y a plus d’argent…

      Quand… ? il faudra être très attentifs dès le mois de mars et jusqu’à la fin de l’année pour sauvegarder nos emplois.

  2. Très bonne présentation d’un système érigé à la hauteur des manipulations des actionnaires!
    “Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait complice des menteurs et des faussaires”
    Merci la CAT pour ces informations mais qu’en pensent les autres syndicats car nous n’avons rien lu de leur part à ce sujet?

  3. Bonjour, la fin de quoi ?
    Adrexo est déjà mort depuis longtemps.
    Il est évident que la distribution de pub vas disparaître, qu’importe le syndicat.
    Vous vous battez depuis des années, a juste cause, mais n’empêche pas la société de s’écrouler.
    Ils vont tout miser sur les colis.
    C’est ça le futur des entreprises de colis.

    • Bonjour, vous avez sans doute raison, toutefois le chiffre d’affaire réalisé par la publicités et très supérieur à celui du colis et encore aujourd’hui.

  4. Bonjour,
    Vous nous présentez l’activité “Colis” comme l'”Avenir” et le “Sauveur” et maintenant comme le “Fossoyeur” d’Adrexo. OK?
    Mais sur LYON 2éme ou 3éme ville de France, sur le centre de Vénissieux à ma connaissance il n’y a pas de service particulier pour assurer cette “Formidable” activité sinon 1 à 2 colis par semaine distribués par les distributeurs de PUB (j’ai personnellement mis en BTL une grosse enveloppe de 60 grammes maxi.
    Sur quelle région cette activité set “Florissante” et qu’elle quantité de colis sont distribués ( par jour ou par semaine ).
    C’est juste pour avoir une idée (au cas si je voulais prendre des actions une fois son entrée en Bourse réalisée).
    Non je rigole! mais qu’en même curieux de la réalité du volume de cette activité.
    Merci d’avance pour l’information.
    M. CARLE

    • Bonjour,

      Nous n’avons pas dit que le colis était le sauveur d’Adrexo, c’est une activité en développement mais qui ne pourra jamais employer autant de salariés et la priorité des Priorités, c’est l’emploi.

      A Lyon, l’activité colis est sur une plateforme dédiée et isolée des centres de publicité.

      Les enveloppes que vous recevez et distribuez sont des colis de moins de 3 centimètres qui sont considérés comme des courriers.

Les commentaires sont fermés.