Données personnelles… La fuite continue…

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

L’entreprise n’a décidément pas de chance avec ses bases de données.

Elles fuitent encore et toujours…

Les données personnelles (en particulier les informations sur les salariés dont les noms, agences, etc…) font l’objet de mesures de protection indispensables et très contrôlées.

Nous avons déjà dénoncé publiquement certains usages délictueux en particulier lors des dernières élections et plus récemment encore.

De nouveau, nous constatons que l’entreprise agit avec beaucoup trop de légèreté en ne se protégeant pas suffisamment contre la fuite de données personnelles même si, cette fois, la fuite ne lui est pas directement imputable.

Pendant que certaines personnes, mal informées ou de mauvaise foi, pérorent en affirmant, le petit doigt sur la couture, que le secrétaire et la trésorière du C.S.E ont géré avec bravoure, et seuls, les chéquiers cadeaux, nous affirmons aujourd’hui que des personnes étrangères au C.S.E. d’Adrexo ont été en possession de toutes les données informatiques nécessaires à l’établissement des listes des bénéficiaires des chèques cadeaux actuellement distribués.

Alors que ces données informatiques sont préparées par l’entreprise selon les conditions prévues par le C.S.E. (notamment les conditions d’ancienneté), puis transmises au secrétaire du C.S.E. qui a la charge de les mettre en forme, afin que le prestataire puisse éditer et envoyer les chéquiers au bon endroit.

Mais, le secrétaire, éloigné depuis très – trop – longtemps de l’emploi et ne sachant pas, de ce fait, utiliser suffisamment bien Excel a cru bon de sous-traiter ce travail. Il n’a rien fait du tout, la trésorière non plus.

Et devinez qui s’y est collé ? vous nous sentez venir… Ils sont complètement à l’ouest, ou tout simplement incompétents…

C’est l’ex-trésorier du C.E., bien connu des procédures en cours pour ses agissements en compagnie de l’ex-secrétaire, qui a été chargé de l’affaire.

Le problème, c’est que cette personne est aujourd’hui totalement étrangère au C.S.E.. Il n’est donc absolument pas habilité à tripatouiller vos données personnelles.

En effet, il n’est ni élu titulaire ni suppléant, ni représentant syndical au C.S.E. et n’a donc aucun droit, ni aucune vocation à intervenir.

Il cherchait ces derniers temps à se faire discrètement oublier pour mieux revenir plus tard. Sans doute et surtout après que son ex-collègue-complice de bureau se soit fait licencier, ce qui est en cours.

Cependant, il faut savoir, et d’ailleurs tout le monde le sait, que le secrétaire du C.S.E., ou plutôt désormais, l’ex-secrétaire du C.S.E. (les élections ayant été annulées), ne fait rien s’en lui en référer et que c’est son mentor qui tire toutes les ficelles depuis le début. Allant même jusqu’à être présent à toutes les réunions avec, bien entendu, le fournisseur des chéquiers cadeaux mais aussi le comptable et l’avocat conseil du C.S.E.

Ce dernier, d’ailleurs, aurait pu lui souffler qu’il fallait être discret, enfin on dit ca… on dit rien…

Décidément, la C.N.I.L., qui, dit-on, connait déjà bien Adrexo et Hopps, va devoir se charger en LSD pour réussir à mener de front la troisième procédure que nous avons initié hier à l’occasion de cette nouvelle fuite de données personnelles.

Même si l’entreprise répond qu’elle n’est pas directement concernée et surtout responsable de cette fuite (voir réponse ci-dessous), ce qui n’est pas faux, elle doit tout de même s’assurer des conditions dans lesquelles elles seront utilisées. Nous lui avons donc demandé des précisions sur ce point et sur l’accord de confidentialité qui a été mis en place.

Evidemment, nous saluons le “courage” avec lequel quelques amis des deux lascars essaient de les défendre mais là ça devient grotesque.

Enfin, chacun son rôle…

Réponse de l’entreprise du 8 janvier 2021 :

“Mesdames, Messieurs,   Nous avons pris connaissance de votre mail envoyé mardi 15 décembre dans lequel vous signalez un “important détournement de données personnelles au préjudice des salariés d’Adrexo”.  

Adrexo a, comme chaque année au mois de septembre, communiqué au secrétaire du CSE le fichier des salariés Adrexo pouvant bénéficier d’un chèque cadeau, en application des critères d’éligibilité définis par l’instance.

Au mois de septembre, le secrétaire du CSE était tout à fait légitime à recevoir et connaitre ce fichier, les élections Adrexo n’ayant pas encore fait l’objet d’une annulation (est intervenue le 4 décembre).   Dans votre article, vous mentionnez des accès non autorisés au fichier en question et mettez en jeu la responsabilité de l’entreprise dans ces agissements.

Nous vous rappelons que le CSE est une personne morale distincte de l’employeur.

La direction ADREXO n’intervient pas dans la gestion des affaires courantes du CSE et notamment concernant le dossier des chèques cadeaux dans le cas de votre article.

Le CSE est seul et pleinement responsable de la manière dont il traite les données personnelles des salariés.   

Nous ne pouvons donc accepter cette mise en cause d’Adrexo et vous prions de retirer cet article de votre site Internet.    Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, nos salutations distinguées.    

L’équipe des délégués à la protection des données personnelles (DPO)”
Print Friendly, PDF & Email

11 Commentaires

  1. Bonjour je vais pas retourner au dépôt vu que je suis en vacances esque les chèque cadeaux sont arriver ou toujours en attente de distribution dans les locaux merci

  2. En attendant j attends toujours mon chequier de 2019.quelqu un a bien du ce le mettre dans la poche.pourtant j ai réclamé mais personne n a bougé. Crespin francoise BEZIERS

  3. Bonsoir , avez vous des news concernant le versement de notre salaire du 15 décembre car il est 20h00 rien à la banque cordialement philippe.

  4. Re- bonsoir toujours attendre ….On devrait faire comme eux etre en retard dans la distributions…..Dommage.

Les commentaires sont fermés.