Le cas de nos seniors en question

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Ce matin, se déroulait “la causerie” hebdomadaire organisée par la Direction des Ressources Humaines afin de maintenir un lien avec les Organisations Syndicales et ‘”fluidifier” les relations sociales.

Ces réunions sont souvent l’occasion pour des représentants en mal d’existence d’occuper, si ce n’est le terrain, la communication hebdomadaire mais, rassurez vous, les informations diffusées n’ont rien de croustillant et les débats n’ont rien de constructifs.

Ce matin, contre tout attente, la DRH avait toutefois mis à l’ordre du jour un sujet d’actualité et intéressant, à savoir le sort de nos collègues âgés après le 11 mai et en particulier à la reprise de l’activité d’Adrexo, le 25 mai prochain.

En effet, prenons quelques chiffres :

  • L’age médian des personnes décédés en raison du covid-19 est de 84 ans.
  • 90% ont 65 ans et plus.
  • La surmortalité des personnes de plus de 65 ans et + est d’un tiers de plus par rapport à 2019 à la même époque.

Qui a dit qu’il n’y avait pas de question sur le confinement des personnes “âgées” ?

Ne vaudrait-il pas mieux un confinement avec l’organisation de contacts protégés ?

A partir de quel age est on “âgé” ?

Cette question a du sens pour tous les retraités mais peut s’avérer être une contrainte pour ceux qui doivent travailler et qui ont besoin de ce travail (et surtout du salaire).

Notre Président avait initialement (13 avril) annoncé vouloir prolonger le confinement pour ces personnes mais a finalement changé rapidement d’avis le 17 avril pour indiquer que ce confinement serait mis à l’appréciation des intéressés pour ne pas créer de différences entre les citoyens.

Il prend ainsi position contre le conseil scientifique qui souhaitait prolonger l’isolement des seniors.

Toutefois, l’état affirme qu’un confinement imposé aux seniors serait discriminatoire et que le Conseil d’Etat se serait empressé de le lever et qu’il n’est pas totalement idiot de faire confiance à ceux qui sont ciblés, qui pourront finalement, choisir, en connaissance de cause.

Il est indiqué que les gestes barrières suffisent souvent (hors milieu confiné) à empêcher la propagation du virus et qu’un senior saura aussi bien qu’un autre, faire le nécessaire.

Nous parlons bien entendu la de personnes autonomes et, en l’espèce, salariées d’Adrexo.

On sait que les personnes qui sont malades chroniques peuvent aussi être à risque, pourtant, personne n’a imaginé les confiner pour une durée indéterminée.

Le surpoids, le diabète, l’hypertension, et autres sont des causes possibles d’évolution négative de la maladie. La barbe, les cheveux sont des nids à virus permettant de le conserver plus longtemps.

Allons devoir confiner les seniors, les malades chroniques, les gros, les hypertendues, les barbus et les chevelus pendant les prochains mois et jusqu’à ce qu’un hypothétique vaccin vienne régler le problème peut être mi 2021 ?

Car si confinement il y a, il doit durer, le limiter à quelques semaines n’aurait aucun sens alors que le risque demeure par ailleurs.

Pour Adrexo, et les retraités qui composent une partie des effectifs, cette possibilité pose un problème de responsabilité mais une entreprise qui a contracté avec un retraité ne peut, pour ce seul motif, rompre le contrat ou le suspendre.

L’idée de laisser ces personnes en chômage partiel un peu plus longtemps se heurte à la même doctrine liée à la différentiation des individus, au surplus quand l’entreprise peut avoir du travail à donner à ces personnes.

Il semble évident que la responsabilité des intéressés les poussera à prendre un avis médical et que les services de santé au travail peuvent avoir un rôle à jouer dans cette reprise pour les salariés, dont l’état de santé nécessite une attention particulière.

NDLR : Pour les barbus et les hyper-chevelus, il nous parait toutefois inutile de faire appel aux services médicaux et, la encore, chacun prendra les dispositions qu’il estime nécessaires pour se protéger et protéger les autres.

Les mois prochains, les entreprises auront à satisfaire des besoins techniques de protection (gel, gants, masques, etc…), nécessaires et suffisants, mais les salariés devront également adopter de nouvelles habitudes et s’imposer de nouveaux gestes de protection.

Cet appel à la responsabilité personnelle est essentiel mais des sécurités doivent pouvoir empêcher des abus si un avis médical déconseille la reprise.

Il reste donc, pour ces personnes, un sujet à traiter avant le 25 mai !

22 Commentaires

  1. Bonjour moi je suis asthmatique j’espère que l’état ne va pas m’imposer un confinement plus long je ne tiendrai pas j’ai besoin de reprendre ma distribution de pubs de plus je suis assez grand pour faire attention

  2. Bonjour le patron ne voit pas que s il le gouvernement a pris cette décision par ce que on ses revoltées on en a mare j ai 72 ans je fais 25 KM par jour a pied je fume pas je boie pas j ai pendant le confinement repeint ma maison fait une ruche le jardin etc il y en a qui on 40 ans qui fume,picole se drogue et veule pas travailler y en a mare il nous enmerdes on signe une décharge on travaille arette vos connerie en FRANCE

  3. BONSOIR Reaction surprenante de la direction quand on connait la situation financiere d ADREXO Se priver de plus de 5000 distibuteurs qui rentrent dans la categorie des plus stables du personnel d ADREXO serait aller rapidement dans la tombe (meme si on a deja une jambe dedans) le turn over en est une preuve reelle . A VOIR……
    BONNE SOIREE Jean BELLAMY

  4. Tout a fait daccord de reprendre le travail 68 ans …randonneuse et en bonne santé…qu’il laisse travailler ce qu’ils veulent un point c tout

  5. « A partir de quel âge est on “âgé” ? »

    excellente question !

    Avant, on se considérait âgé aux environs de 70 ans, c’était l’époque ou on rencontrait la famille réunis autour de la table et au coin du feu, …aujourd’hui il en va différemment !
    Les seniors actuels, font du sport, sont connectés, font des sorties et voyages, vont en discothèque ou au cinéma, enfin bref, on assume sont état !
    Passé 65 ans on redémarre une seconde jeunesse.

    Ceci dit, bon courage à tous nos collègues … âgés ou pas !

    • C’est sur, les choses changent mais pas les mentalités.

      Laissons les gens prendre leurs responsabilités avec un avis médical, ce sera surement la meilleure manière d’avancer !

  6. En espérant que les protections seront fournies par Adrexo. Car il faut penser à ce protéger de ce virus qui est partout?
    Mettre notre vie en danger pour des proprectus, il faut penser aussi que derrière nous il y a les enfants, petit enfants etc….

    Distribuer des proprectus sans protection pour ma part est impossible. Surtout vu le nombre de personnes âgées, avec un handicap et des maladies graves qui travaillent chez Adrexo.
    Parfois reprendre la distribution des proprectus trop vite n’est pas la meilleure solution.
    Est-ce qu’il y a eu une réunion de chsct, médecin du travail et syndicat pour savoir comment va ce passer la reprise ?

    Est-ce que la reprise sera bien contrôlé sur le matériel pour protéger tous les salariés ?
    Est-ce qu’il y aura aucun risque de condamnations au coronavirus, ?

    Il faut penser à tout ces risques, car par la suite si y a des personnes qui attrape ce coronavirus sa sera trop tard, il faudrait peut être faire le dépistage des salariés par secteur avant la reprise pour pouvoir soulever le doute.

    Quand pensez vous ?
    Dans l’attente de votre réponse.
    Merci

    • Bonjour,

      Lors de la reprise, l’entreprise nous a annoncé que des protections seront distribuées, nous n’avons pas encore les détails, nous seront certainement informés un peu plus tard, mais un budget conséquent est prévu pour cela.

      Ces protections devront répondre à des normes et les procédures sans doute être validées par des spécialistes.

      A la reprise, le CHSCT n’existera plus, mais la Commission santé au travail du C.S.E. aura sans doute à se prononcer.

      Ce qui est sur, c’est que des personnes qualifiées et extérieures à l’entreprises devront préconiser les moyens suffisants et en contrôler la mise en place et l’usage.

  7. Bonjour oui un dépistage pour les distributeurs avant la reprise serait une bonne solution

    • Bonjour,

      Le dépistage d’une personne qui ne présente pas de symptômes n’a pas aucun sens. Le résultat de test peut être négatif le lundi et positif le mardi, il faudrait en faire un chaque jour, ce qui n’est pas possible, et il faudrait aussi que tout le monde le fasse, et un obligation n’est pas légale.

      Le gouvernement à d’ores et déjà annoncé que ces tests seraient réservés aux personnes qui présentent des symptômes ou qui vivent avec des personnes qui sont malades.

      En revanche, un contrôle de température lors du passage au centre peut être une mesure de prévention pour éviter de laisser entrer une personne malade. Mais dans l’absolu, le mieux est d’organiser les centres pour que le prélèvement des documents puisse se faire sans entrer dans les bureaux, sous forme de drive par exemple avec un ordre de passage pour éviter que tous les distributeurs viennent ensemble.

      • Le test pour savoir si ont a les anticorps au moins aurais été bien
        Aprés pour la température Et le drive oui sa serais bien

        • Oui, c’est sur, celui ci aurait du sens !

          L’immunité pourrait permettre d’être un peu plus tranquille.

          Mais la, ce n’est pas encore disponible en France. Ils sont toutefois annoncés et pourraient être pratiqués assez facilement, soit même.

  8. bonjour, J’AI SOIXANTE quatorze ans petite retraite en plaine forme marche et un peut de vtt . cela me fait un plus a la fin du mois bravos pour vos commentaire reprise vers le 25 mai vous me le confirme a moins D’ETRE pousser vers la sortie , amities a toute l’equipe

  9. Bonjour. Je n’envisage pas de reprendre mon activité de distributeur le 25 mai sans garantie sur les moyens de protection qui seront mis en place. Pour cela, j’ai, dans un premier temps, sollicité un congé sans solde pour sa durée maximale soit jusqu’au 03 août. Je voudrais savoir si je percevrais au mois de juin puis au mois de juillet les salaires correspondants aux périodes acquises pour le paiement de celles ci. Ce sont celles qui vont du 13 avril au 10 mai pour la paie de juin et du 11 mai au 24 mai pour celle de juillet. Merci pour votre prochaine réponse.

    • Bonjour, si vous êtes en congés sans solde à compter du 11 mai, vous percevrez fin mai et fin juin le chômage partiel des deux périodes que vous citez.

  10. Merci pour votre réponse. Le congé débuterait le 25 mai, pas le 11. Si les moyens de protection qu’on nous promet sont effectivement mis en place et sont efficaces, alors j’interromperais ce congé et reprendrais mon activité de distributeur.

    • Dans ce cas, il serait prudent de solliciter les choses en plusieurs fois, d’abord les congés payés ou une partie des congés payés puis le congés sans solde, tout en prévenant votre responsable de cette possibilité, de manière à ne pas de mande de prolongation si vous souhaitez reprendre.

      • Mon intention était de prendre des congés payés. J’ai fait part de ma décision à mon manager. Il m’a été répondu qu’il n’était pas possible de prendre de congés payés avant le 20 juin et que je devais d’abord demander un congé sans solde. J’ai également demandé si je pouvais interrompre le congé sans solde et il m’a été dit que c’était possible à tout moment. Si j’ai pris cette décision, c’est que trop souvent on nous a promis du matériel (chariot, sacoche, ect..) et que celui ci n’est parvenu qu’au compte goutte. Alors permettez moi d’avoir quelques doutes sur la mise à disposition des moyens de protection adaptés pour effectuer notre travail en toute sécurité.

Les commentaires sont fermés.