Opération de refinancement du groupe. que faut il en penser ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Les élus du comité d’entreprise Adrexo ont été informés officiellement, le 19 février 2020, de la finalisation d’une seconde opération de financement permettant de poursuivre l’exploitation d’Adrexo.

Les actionnaires ont également informé les salariés et ont adressé un communiqué de presse qui dispose notamment :

Nous souhaitons vous annoncer officiellement la finalisation de la seconde étape de notre plan de financement avec une opération construite auprès d’acteurs bancaires majeurs régionaux et nationaux, de partenaires financiers historiques et complétée par l’Etat et les collectivités territoriales (Région Sud et Aix-Marseille-Provence Métropole). Cette seconde opération, d’un montant de plus de 30 millions d’euros, conforme à notre plan financier établi en 2018, représente un apport supérieur de près d’un tiers aux besoins de financement et d’investissement du groupe à court et moyen terme.

Depuis, quelques titres de presse ont repris cette information, souvent avec beaucoup de prudence.

Nous vous informions précédemment de la lenteur constatée pour réaliser cette opération, il est normal que nous vous informions aujourd’hui de sa réalisation. Elle sécurise en particulier les salaires de février.

Les actionnaires du groupe indiquent que cette opération a été faite avec des “acteurs bancaires majeurs régionaux et nationaux, des partenaires financiers historiques et complétée par l’état et les collectivités territoriales.

Ce communiqué a été transmis à la presse avant la fin du comité d’entreprise et contient presque plus d’informations que ce qui a été livré aux élus.

D’ailleurs, sur ce point, des élus ont relevé cette entrave manifeste au fonctionnement de l’institution et instruise une procédure en ce sens. En effet, et pour la seconde fois, aucun document n’avait été communiqué avant la réunion comme l’impose la loi.

Inacceptable.

Pour ce nouvel emprunt, finalement, fini donc les préteurs internationaux de ‘all over the world’ annoncés, et qui se disputaient le privilège de financer l’entreprise, les heureux élus sont les régionaux de l’étape.

Peut importe, l’important, c’est de participer !

Que faut il lire dans cet extrait du communiqué des actionnaires ?

En fait, ceux qui apportent aujourd’hui de la trésorerie à l’entreprise sont principalement ceux qui sont déjà intervenus précédemment et qui complètent leurs apports.

La presse en a, pour l’essentiel, indiqué les noms.

En clair, si ils ne voulaient pas tout perdre, il devaient prêter de nouveau pour tenter de sauvegarder les premiers investissements. L’état, qui aide à la restructuration de l’entreprise, n’a semble-t-il pas pu trouver mieux.

Mais l’essentiel, pour nous, salariés, c’est le résultat !

Car, ne nous trompons pas, ce qui nous intéresse dans cette affaire, ce sont les salariés, le reste étant de la cuisine financière interne.

Pour autant, ces fidèles préteurs devront attendre un peu pour être remboursés de leurs premiers prêts et l’état poursuit également son soutien en renvoyant à plus tard, le paiement des dettes sociales et fiscales.

Cette opération apporte un peu d’argent mais aussi un peu de décalage d’échéances de créances.

En réalité, la somme évoquée inclut des facilités et des reports de sorte que la somme disponible en cash est inférieure.

Mais la encore, l’essentiel, c’est d’avoir de quoi avancer.

Comme nous vous l’avons déjà indiqué, les élus C.A.T. du Comité d’Entreprise sont toutefois très inquiets, et l’ont indiqué en réunion de comité d’entreprise, des suites de ce nouvel emprunt et des effets qu’il pourrait avoir sur l’entreprise à brève échéance.

Nous pensons qu’il faut aujourd’hui que l’entreprise s’autofinance avant trois mois pour avoir la possibilité de poursuivre son activité.

Le challenge est donc audacieux et particulièrement risqué. Le président de Hopps ne s’en était d’ailleurs pas caché lors de sa présentation de décembre.

D’autant plus que le groupe a apporté en garantie les titres de la société Colis Privé qui pourrait ainsi se voir détacher de l’ensemble en cas de difficulté.

Pour ce nouveau financement, il est indiqué que l’intégralité des sommes empruntées seront obligatoirement routées vers Adrexo.

Est-ce que cela sera suffisant pour inverser la courbe de rentabilité de notre entreprise ? Réponse dans trois mois !

Pour notre part, nous maintenons que l’entreprise à un avenir, qu’elle intervient sur un segment prometteur, celui du dernier kilomètre, avec des développements possibles mais il faut que cette continuité d’exploitation et ce développement soit l’affaire de tous et que chacun en soit moteur.

Pari audacieux avec un réseau fatigué et des managers qui ont de plus en plus de mal à tenir la boutique.

Nous sommes prêts à accompagner l’entreprise dans les évolutions nécessaires si elle ne portent pas atteinte à l’intérêt des salariés, comme nous l’avons toujours fait.

Comptez sur les élus C.A.T. au comité d’entreprise et bientôt au C.S.E. pour suivre ce dossier et vous informer. Nous restons, plus que jamais, indépendants, autonomes et responsables, et seront toujours à vos cotés.

11 Commentaires

  1. Ce qui me paraît être évident, c’est qu’il n’y a pas de changement dans la “politique d’information” de la part des actionnaires qui se gardent le “privilège” de cacher l’état réel de la dette d’ADREXO surtout et d’un “espoir réaliste” de pouvoir rétablir l’équilibre dans l’entreprise ADREXO en super – crise dans trois mois – ce qui me paraît plutôt peu probable vu qu’il y avait déjà le retrait de la politique commerciale auprès des clients locaux dans leur stratégie. Cette situation plus que risquée pour les salarié es d’ADREXO d’abord explique aussi leur faible participation aux élections professionnelles, car les catégories professionnelles qui sont un peu plus en lien avec COLIS PRIVE aussi peuvent toujours espérer être “sauvé es” éventuellement, même si ADREXO est laissée derrière.

  2. Bonjour cela veut dire logiquement qu il n y aura pas de retard sur les salaires pour le mois de mars

  3. Bonjour syndicat des nouvelles fraîches pour le groupe chinois Alibaba.toujours d’actualité où pas ?encore bravo pour la première place.

    • Alibaba ou un autre, oui, le projet est toujours en cours et nous espérons que l’entreprise pour signer un contrat avec ces opérateurs mondiaux qui pourraient confier la distribution française à Adrexo.

  4. Bonjour bonne nouvelle en principe ce refinancement mais nous restons toujours dans le wait and see tout ça donne l’impression de reculer pour mieux sauter
    Félicitations pour cette première place aux élections ils vous reste à confirmer l’essai au deuxième tour alors votons YES WE CAT

  5. Comment être serein, lors que l’on sais, malheureusement les travers de nos cher Associés…
    En effet, à date … (ben oui c’est le mot à la mode chez Adrexo !!! j’en ai d’autres sous le coude ne vous inquiétez pas), l’horizon est plutôt séduisant pour une entreprise qui veux aller de l’avant… La “POSTE” en recul et en délicatesse avec sa branche colis voir même sa branche courrier (puisqu’ils voudraient réduire les jours de distribution de celui-ci).
    Aussi une entreprise dynamique, déjà implantée sur ce même segment devrait pouvoir (avec l’argent frais qui vient de rentrer), profiter de ces faiblesses pour s’imposer un peu plus comme l’acteur novateur et incontournable du marché!!!
    Alors Comme l’un de nous le disait plus haut
    “Wait and See”
    Espérons que nous pourrons par notre engagement et notre pugnacité, faire que se retournement arrive et soit profitable a tous…

    Il nous reste encore un peu de chemin à parcourir afin de pouvoir réellement peser sur l’avenir de tous.
    Alors ne lâchons rien et assurons nous un avenir en votant pour la C.A.T.

1 Rétrolien / Ping

  1. 3615, qui n'en veut ? - Syndicat C.A.T. ADREXO

Les commentaires sont fermés.