Attestations de salaire, maladie, maternité, indemnités journalières et prévoyances, c'est de pire en pire !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Les cas de difficulté liés au traitement des situations d’absences pour différents motifs s’accumulent actuellement.

L’entreprise fait appel à un prestataire externe pour la gestion de la paye et en particulier le traitement des absences.

Lorsqu’un salarié remet un arrêt maladie à son centre d’affectation, les dates sont renseignées dans l’outil informatique de l’entreprise puis le document est scanné et envoyé à ce prestataire qui va ensuite effectuer plusieurs démarches.

Dans un premier temps, valider les dates d’arrêt de travail puis générer une attestation de salaire qui va être envoyée par télétransmission à la caisse d’assurance maladie.

C’est ce document qui va servir au calcul des indemnités journalières qui seront versées au salarié absent.

De même, c’est ce prestataire qui calculera ensuite le complément de salaire versé par l’entreprise pendant les 3 premiers mois d’absence. Il utilisera pour se faire, le relevé des indemnités journalières versées par la sécurité sociale que le salarié doit transmettre à son responsable dès réception.

Ce document est scanné en agence puis envoyé au prestataire directement.

Les services RH du siège qui sont eux mêmes un prestataire puisqu’ils ne dépendent pas d’Adrexo mais travaillent sous la tutelle de Hopps Group, n’interviennent que peu sur ce traitement et se défausse assez facilement sur le prestataire externe.

Pour autant, l’organisation de l’entreprise, qui peut déléguer ce qu’elle veut à qui elle veut, ne doit pas impliquer des dysfonctionnements et surtout qu’elle se croit dégager de toute responsabilité en cas de défaillance.

Et manifestement, c’est le cas. Nous sommes informés, de plus en plus souvent, de problèmes de prise en charge par l’assurance maladie, qui sont dus à des anomalies de traitement des documents déposés par les salariés.

C’est ainsi que nous constatons régulièrement l’absence de transmission d’attestations de salaire, des anomalies dans le contenus de ces attestations et surtout des délais inacceptables dans la rectification de ces erreurs.

Plus grave, il y a peu ou pas de réaction aux demandes directes de l’assurance maladie et même parfois des résistances à analyser la cause du blocage.

Très clairement, cela n’est pas tenable et insupportable pour les salariés qui attendent leurs indemnités ou compléments de salaire parfois pendant des mois.

Nous avions, par le passé, déjà constaté ce type de fonctionnement anormal mais cela s’était amélioré depuis début 2019.

Nous avions du auparavant saisir plusieurs fois les conseils de Prud’hommes en référé pour obtenir la communication des documents sous astreintes et percevoir des dommages et intérêts en faveur des salariés.

Avec l’amélioration constatée, nous n’avions plus rencontré de cas bloquants et les anomalies ponctuelles étaient résolues assez rapidement par un simple signalement à la DRH d’Adrexo.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous allons donc reprendre nos actions juridiques en mettant en place un dispositif rapide qui sera constitué par un signalement à la DRH d’Adrexo, puis sans réponse sous 48 heures, par la saisine directe du Conseil de Prud’hommes compétents sans autre avis à l’entreprise.

De même, les réponses, “je vais voir avec le prestataire”, seront traités comme une absence de réponse. Pour le salarié, il n’y a pas de “prestataire”, il y a un employeur, c’est tout.

Il n’est pas possible de laisser les salariés attendre des semaines et des mois simplement parcequ’un document n’est pas rédigé ou mal rédigé.

11 Commentaires

  1. Bonjour,

    Oui c’est bien vrai, j’en ai fait les frais. Mais heureusement vous étiez là pour m’aider et obtenir une attestation permettant (en cas de non transmission) de transmettre directement à la CPAM.

    Pour cela je vous remercie du temps accordé.

    Ensuite concernant le complément de salaire ça été une véritable catastrophe pour moi, quand j’ai été en arrêt maladie le complément était insuffisant, tous les mois (même avec les IJ de la secu et le complément) je perdais 250€/mois en moyenne.

    Heureusement que j’ai su faire face et que j’avais de l’argent de côté. Limite avec une jambe cassée (hors accident de travail dont on ne perd rien) il faudrait continuer à bosser…

    Merci de votre aide.

    • Bonjour,

      N’hésitez pas à faire appel à nous en cas de difficulté car il semble très compliqué pour les salariés mais également pour les responsables d’obtenir rapidement gain de cause.

  2. Bonjour,
    Ex-salariée d’Adrexo, je tiens à témoigner et remercier tout spécialement, Monsieur Salim H, de la C.A.T sans qui je n’aurais jamais obtenu ce qui m’était dû. En arrêt maladie du 04/02 au 31/03, je n’ai perçu mes indemnités journalières que le 08/05 après moultes appels à la CPAM qui a attendu durant deux mois l’attestation employeur. Quant au complément de salaire, je n’en parle même pas car sans l’intervention de Salim, je pense que je l’attendrais encore. Je ne l’ai perçue qu’avec mon solde de tout compte, c’est à dire le 02 octobre (j’ai démissionné le 26/08). Mais bon, pour illustrer la devise sudiste “aujourd’hui peut-être ou alors demain…”, Salim a du intervenir une seconde fois afin que la totalité de mon complément de salaire me parvienne : à cet effet, j’ai donc reçu un bulletin de salaire en novembre avec la-dite somme. C’est totalement logique, vous démissionnez en aout et vous finissez de recevoir ce qui vous est du en novembre.

    A nouveau, merci Salim pour ton professionnalisme.

    • Bonjour,

      Ça prouve bien qu’il y a un réel problème un solde de tout compte doit parvenir aux salariés démissionnant dans un délai de 1 mois maximum.

      Moi si j’avais su j’aurais du démissionner quand il était encore temps, maintenant que je paie des charges et mon Crédit voiture, j’attend de trouver un autre emploi pour donner lettre de démission à effet immédiat.

      Adrexo ne font rien pour améliorer les conditions de travailles.

  3. Bonjour je suis actuellement en accident de travail, je touche mes Indemnités journalières et je le droit à un complément de salaire et comment faut il faire pour l’obtenir. Je suis en arret depuis le 27 décembre et je touche mes indemnités journalières depuis le 23 janvier car les papiers on était fait à temp. Donc juste le complément de salaire si j’ai droit. Cordialement

    • Bonjour,

      Vous devez faire suivre vos relevés d’indemnités journalières à votre agence afin que l’entreprise puisse calculer un éventuel complément de salaire.

        • Le complément de salaire permet aux salariés d’être garanti à hauteur de 90% de son salaire le premier mois, 80% le second et 60% le troisième.

          Si la sécurité sociale ne verse pas assez pour arriver a ces niveaux, le salarié est complété par l’entreprise.

  4. bonjour
    J’ai besoin d’un conseil au sujet du complément salaire.
    Je suis en arrêt maladie depuis fin Octobre, je fais suivre mes attestations d’indemnité journalière auprès de mon agence, mais à ce jour, je n’ai reçu aucun paiement complément salaire.
    Quelles démarches dois-je entreprendre et auprès de qui je dois m’adresser afin de faire bouger les choses?

Les commentaires sont fermés.