Remettre l’église au milieu du village !! – 2/3

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Rappel du 1er Episode en bas de cette page.

Les mois précédents vous avez pu lire sur notre site une série d’articles de fond :

  • 800 personnes quittent l’entreprise chaque mois
  • Vous pouvez agir ! Qu’attendez-vous ?
  • Est-ce qu’un syndicat peut faire changer Adrexo dans sa stratégie et son management ?
  • TEMPS DE CHARGEMENT ……ET DECHARGEMENT
  • INTRA et INTER UG
  • Le temps de travail

Tous ces articles ont pour objectif de penser ensemble à l’avenir d’Adrexo Tous, sauf celui concernant le Turn-over (800 personnes quittent l’entreprise chaque mois), avaient trait à des dimensions opérationnelles du métier de distributeur.

Nous allons essayer dans l’article qui suit de mettre en perspective l’avenir d’Adrexo.

D’où venons-nous ?

Adrexo fait ce métier du « portage à domicile » depuis de nombreuses années et dispose sur le terrain d’un réseau de distribution dense, qui lui permet de mettre en avant un savoir-faire important.

Volontairement nous avons utilisé la terminologie, un peu désuète, de portage à domicile car elle s’inscrit dans l’histoire d’Adrexo, liée aux grands groupes de presse qui voulait amener le journal chez leurs abonnés.

A l’ère de la grande consommation, abreuver d’informations le consommateur est devenu un enjeu. Ces personnes, qui connaissaient bien le terrain, ont vu leur métier évoluer vers le prospectus et les journaux gratuits (petites annonces).

La grande distribution, dont la culture est de ne pas payer correctement ses fournisseurs, a utilisé vis-à-vis de prestataires comme Adrexo le même comportement. Cela à généré un mode de management où, pour préserver sa marge, Adrexo a exercé une pression financière sur les personnels de distribution.

Il est important de se souvenir de cela.

En effet, le management qui nous est proposé, encore aujourd’hui, date de cette période de la deuxième moitié du 20éme siècle où la variable d’ajustement était le distributeur.

Sur quel marché évoluons-nous aujourd’hui ?

Comme souvent dans cet article nous vous avons proposés de réfléchir simplement, avec du bon sens.

Essayons encore une fois !

Quel est notre cœur de métier, celui qui fait que cette entreprise existe depuis 30 ans ?

C’est celui d’être en mesure d’apporter au bon moment, à la bonne personne ce qu’elle attend.

Pour l’essentiel aujourd’hui ce sont des prospectus mais nous savons que cela pourrait être bien d’autres choses.

Aujourd’hui, à travers les plateformes numériques, nous ne savons que vendre. Attirer un client c’est leur métier, porter à ce client ce qu’il aura choisi c’est le nôtre.

Synthèse

Nous venons d’un secteur handicapé par le non-respect des femmes et des hommes, mais qui a acquis un savoir-faire et des compétences pour le 21ème siècle.

Comment construire un réseau de qualité qui soit un moteur pour le développement, par son dynamisme et son image ?

Les personnes qui constituent le réseau sont, pour l’essentiel, des personnes qui ont envie de bien faire leur travail. Pourtant, au regard des conditions dans lesquelles elles travaillent, très souvent il y a lieu de les féliciter.

Les distributeurs ont un bon esprit, ont envie de bien faire.

Ils sont malheureux des dysfonctionnements et des comportements qu’ils constatent et subissent, que ce soit de la part de leurs collègues ou de leurs managers.

Chez Adrexo, tout le monde sait que l’entreprise à un avenir, celui que nous essayons de décrire à travers ces lignes. Sur le terrain, les distributeurs connaissent les clients, leurs attentes et leurs besoins. Le nombre de fois où ils croisent un autre prestataire remplissant une mission qu’elles auraient pu remplir, les renforce dans leurs convictions.

Il faut être conscient que le développement d’Adrexo passe, obligatoirement, par son réseau.

Ce message est l’un des plus durs à passer, pour tenter de convaincre des personnes « instruites », « formée » qui n’ont pas cette lecture profonde, intuitive, évidente que c’est la seule voie pour atteindre les sommets. La plupart des dirigeants d’Adrexo pensent savoir, alors qu’ils ne savent pas. Pourtant ils détiennent la “vérité” et surtout le pouvoir.

Tous les managers, quel que soit leur niveau hiérarchique, ont ces mots à la bouche parlant aux distributeurs : “Vous êtes les personnes les plus importantes de l’entreprise !”.

Il n’y a pas de plus grande hypocrisie et les plus grands hypocrites sont au sommet de la pyramide.

Ce qui vient d’être dit est au cœur du mal-être d’Adrexo, aucune fierté pour le métier exercée par l’entreprise depuis 30 ans.

Ce mal-être et cette incompréhension est, ce qui légitime pour la Direction, la mise en œuvre de diversifications hasardeuses, alors que tous les efforts devraient se concentrer sur l a mise en valeur de ce métier d’avenir, qu’est celui de distributeur.

La stratégie c’est du bon sens : “La personne la plus importante est celle du dernier mètre !”

Les plus grandes écoles de management posent la simplicité et le bon sens comme le critère décisionnel essentiel dans toute élaboration de plans stratégiques. Mais d’où viennent nos dirigeants pour nous emmener là ils nous emmènent ? Que cherchent-ils ?

Episode 3, dans quelques heures !


RAPPEL du 1er épisode :

La CAT a une vision très claire de ce que pourrait être ADREXO.

Nous pensons que cette entreprise peut avoir un avenir brillant, et c’est ce que nous allons vous présenter dans les lignes qui suivent, en vous présentant ce que pourrait être Adrexo si cette entreprise était dotée d’une direction digne de ce nom.

Pour exercer une certaine pression sur les distributeurs, Direction et Managers opérationnels parlent des difficultés de l’entreprise, en faisant porter sur ceux-ci le poids de l’avenir de l’entreprise.

Beaucoup de distributeurs sont réceptifs à ce discours et l’objectif recherché est atteint, générant inquiétude, soumission et manipulation parfois.

Ce comportement de la part de ceux qui tiennent ces discours alarmistes sont « intellectuellement malhonnête ».

Nos mots sont pesés, toutes personne responsable (dans son acceptation éthique), et s’intéressant de près, d’une part à l’entreprise Adrexo sur le marché sur lequel elle évolue, d’autre part au fonctionnement interne de l’entreprise (sa stratégie, son organisation, son management…) ne peut que combattre avec force ce discours alarmiste qui est, nous le disons encore malhonnête.

Il est malhonnête car il utilise la peur, les craintes, les inquiétudes, le manque de connaissance, pour présenter une situation d’une façon biaisée et ce, en toute connaissance de cause afin d’en tirer bénéfice.

Il est clair qu’aujourd’hui beaucoup de décisions sont prises, certainement pas pour inscrire Adrexo dans un projet ambitieux mais pour l’utiliser dans d’autres buts dont l’essentiel est sa valorisation au prix de tous les artifices possibles.

Nous avons intitulé l’article qui suit :

« Remettre l’église au milieu du village », expression bien française (un peu surannée mais pourquoi pas ?) dont pour nous le sens est le suivant :

Penser bien avec des réalités tangibles et solides, laisser de côté le prêt à penser, les influences. Penser par soi-même et son bon sens.  (Si l’église ne vous plait pas mettez y une mosquée, une synagogue, un temple, pourvu que ce soit solide et bien identifié.)

Je vous propose de commencer par le résumé. En effet nous allons en quelques lignes vous dire l’essentiel de ce qui doit être retenu pour ensuite développer et expliquer.

1

Résumé :

Posons ensemble le constat du marché dans lequel nous évoluons. Si notre marché est porteur, que notre savoir-faire est reconnu et que nous y avons une place importante, normalement avec un pilotage de simple bons sens l’avenir est assuré.

  • Adrexo évolue sur le marché de la distribution du « dernier mètre », nous livrons directement chez la personne un produit (prospectus, courrier, petit colis)
  • Ce marché est extrêmement porteur, grâce aux plateformes numériques et au souhait de tous les clients d’être livrés à l’endroit où il souhaite (domicile, maison, …..).
  • L’avenir d’une entreprise qui fait ce métier là est conditionnée par la qualité de sa distribution
2

Identifions ensemble le ou les facteurs clés de succès. C’est au regard du marché, des exigences et besoins clients l’élément clé de qui garantira le succès donc l’avenir.

Dans notre cas, c’est la qualité du réseau de distribution. Plus les personnes qui feront « ce dernier mètre » seront impliquées et motivées plus la satisfaction client sera grande et plus les marchés s’ouvriront.

  • Un réseau de distribution de qualité est un levier extraordinaire de développement
3

Le seul objectif qui vaille c’est de construire un réseau de qualité.

Tout autre comportement au-delà d’être irresponsable et suicidaire, est d’une bêtise sans nom car le marché qui s’ouvre à eux est énorme !

5 Commentaires

  1. Bonjour et excellent week-end à tous
    Peut-être rien à voir mais je trouve que déjà rien qu’à voir la concurrence avec leurs gros blouson signé et leur caddy tout neuf , il y a déjà un grand fossé.

      • Oui je confirme et souvent on dit : on reconnaît un bon ouvrier en regardant son matériel ou à ses vêtements ( pas toujours vrai mais ça y contribue)
        Pourquoi ne pas faire un sponsoring par carrefour avec Tex ou autre comme pour dans le football

        • Il faudrait que carrefour participe financièrement et ce n’est pas dans l’air du temps !!

  2. Bonjour
    C’est sûr qu’un chariot qui avance difficilement en couinant ou une roue sur deux est un peu tordue (sortie presque de son axe) ça fait mauvais effet !
    D’ailleurs ça fait belle lurette que je me suis résigné à ne plus en demander à mon dépôt ! pourtant les chefs de centre sont sympa ?! …. mais faut faire avec les moyens à bord !

Les commentaires sont fermés.