Après la crise des salaires décalés, comment se porte l’entreprise ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

En juin, l’entreprise versait les salaires en deux fois, en juillet et août, les bulletins de paie prévoyaient un décalage mais deux virements, reçus le même jour, permettaient aux salariés de recevoir entièrement leurs salaires à la date prévue.

Fin septembre, le bulletin de paie ne présente plus de fractionnement et le salaire a été reçu à la date normale en un seul virement.

Alors tout va bien ?

Il serait bien audacieux de répondre oui sans réserve.

Chacun peut s’en rendre compte, l’activité est plus soutenue en ce moment et c’est assez habituel pour cette période.

L’entreprise facture plus et encaisse donc plus en ce moment.

Mais c’est pourtant en sortant d’une forte période (Avril, mai, juin), que l’incident de trésorerie s’est produit.

L’entreprise, plus généralement le groupe, rencontre des difficultés et n’est certainement pas sortie d’affaire par la simple facturation actuelle. il faudra des avancées majeures pour considérer qu’elle est tirée de cette délicate situation.

Au delà du questionnement légitime sur les deux années passées, dont nous avons déjà fait état, il faudra que l’entreprise avance sur de nombreux dossiers pour devenir rentable.

C’est en premier lieu, à notre avis, l’activité courrier. Qui pourtant peine à décoller, malgré d’incontestables avancées du point de vue qualité de distribution, qui sont à mettre au crédit des distributeurs qui effectuent un travail remarquable.

C’est aussi par un effort de fidélisation des salariés, grâce à la fourniture de matériel et au respect des engagements des accords d’entreprise que cela sera possible. Ce n’est par exemple pas en remettant un temps pré-quantifié en place que l’entreprise retrouvera le chemin de la rentabilité.

L’activité colis, elle, sert d’avantage les intérêts de Colis Privé que ceux d’Adrexo. En développant son taux de couverture grâce au réseau d’Adrexo, Colis Privé développe son chiffre d’affaire et sa rentabilité, alors qu’Adrexo ne reçoit qu’un chiffre d’affaire proportionnellement très modeste.

Il est intéressant d’observer combien cette synergie, entre les deux entreprises sœurs, permet à Colis Privé d’être rentable en utilisant le réseau d’Adrexo. Cela indique que le réseau d’Adrexo est déterminant pour le groupe et que c’est en mutualisant des moyens que le groupe peut rendre ses entreprises profitables, alors qu’elles ne le seraient pas seules.

Ceci indique aussi qu’Adrexo doit recevoir, aujourd’hui, le fruit de ses efforts en matière de développement de l’activité colis qu’elle a largement soutenue.

Mais, parallèlement, l’entreprise doit être en capacité d’investir et c’est sur ce point que nous émettons le plus de doutes.

Ce qui aurait été possible plus tôt, avec un développement plus rapide des activités, n’est aujourd’hui plus possible du fait de l’absence de disponibilité financière.

La réalité, c’est que l’entreprise doit aujourd’hui trouver un nouveau souffle par un apport financier important, utilisé exclusivement au service du développement d’Adrexo.

Nos actionnaires actuels ne sont pas en capacité d’apporter personnellement ce capital. Ils devront donc s’adjoindre des partenaires qui prendront en main la gestion et le développement de l’entreprise.

Car, il y a urgence ! L’entreprise est actuellement structurellement déficitaire et désormais lourdement endettée. De plus, la direction vient d’avouer la semaine dernière une nouvelle baisse du chiffre d’affaire attendu en 2019, ce qui remet largement en cause ses prévisions à court terme et les engagements décrits lors de la dernière assemblée générale pourtant très récente.

Coté C.A.T., nous considérons être très loin du compte en matière de sécurisation de l’activité. Nous ne pouvons que renouveler nos fortes inquiétudes par rapport à l’emploi.

Nous restons donc aux cotés des équipes et surveillons de très prés les projets de l’entreprise et du groupe, en rencontrant des experts et différentes personnalités. Les chiffres sont têtus et ils sont inquiétants.

Après novembre, nous rentrerons dans une période ou l’activité connaîtra, comme chaque année, une baisse importante, qui ne reprendra qu’après février.

Un trou qu’il faudra combler. Il ne pourra être comblé qu’en obtenant conjointement les moyens du développement et les résultats du travail qualitatif des équipes et des distributeurs. Un vrai challenge.

Les salariés mettent l’entreprise en capacité de convaincre de son potentiel et de ses capacités. Nous comptons donc désormais sur la démonstration des capacités de nos dirigeants à maintenir et développer l’entreprise.

Print Friendly, PDF & Email

14 Commentaires

  1. Bonjour à tous,
    ,je pense que colis prive vie aux crochets d’ADEXO profite des stuctures des salariés et des vehicules.
    Le jour ou il y a separation des entreprises, colis prives rentreras dans le dur.

  2. Bonjour
    Depuis plus d’un an et en parallèle de la distribution classique des publicités et magazines municipaux, s’est adjoint l’activité courrier, et de ce fait, on entendait dire que le courrier allait connaitre une hausse exponentielle (surtout dans les zones urbaines) cela devait équilibrer les comptes (aux dires de tous les syndicats) le temps a passé et on nous annonce des chutes de productions, du chiffre d’affaire en moins, et un endettement qui ne cesse de grimper !
    Excusez-moi, mais on ne sait plus trop sur quelle patte danser ?!

    • Bonjour.
      Vous avez raison, les chiffres promis pour l’activité courrier ne sont pas au rendez-vous. De fait, vous avez une nouvelle fois raison, le courrier ne compense pas les pertes engendrées par la distribution des imprimés publicitaires.
      Vous ne savez pas sur quelle “patte” danser mais les éventuels clients et les distributeurs non plus. En effet, comment cette activité, qui peut être très lucrative, pourrait se développer sans moyens pour les distributeurs et sans l’assurance de la qualité pour les éventuels clients.
      Pas de moyens, temps max et le reste sont un frein évident pour le développement de l’activité courrier.
      Pour nous, c’est le serpent qui se mord la queue…

    • Bonjour,

      Vous avez parfaitement raison, faute d’investissement matériel et surtout dans l’humain avec la valorisation du métier, l’entreprise a loupé son arrivée sur le marché. Il existe un potentiel mais nos dirigeants voudraient avoir des retours sans ne rien faire…c’est impossible !

      A ce jour, l’entreprise n’est plus en capacité d’investir. Ce sera donc avec un partenaire investisseur qu’il faudra compter !

  3. Bonjour,

    Devons nous nous attendre à être payés en décalé ou bien comme le mois dernier?

      • Sur le calendrier des salaires 2019, le salaire est prevu d’être versé le 1 novembre, certe c’est un jour férié. Ne devrait il pas être versé le 2 novembre, car le samedi est considéré comme jour ouvrable au vue des nombreuses enseignes et artisans qui travaillent ce jour. Qui plus est les distributeurs de colis le travail ce samedi, donc il est ouvré . À l heure ou je laisse cet avis rien sur le compte.
        Mais que je suis bête se sera que lundi 4 , 4jours de plus à travaillér avec l’argent des salaires, encore une belle preuve du menfoutisme de la direction pour les distributeurs.
        Sincèrement je ne comprends toujours pas pourquoi un blocage générale n’a jamais été fait.
        Enfin tout ce que j’espère c’est arriver a faire ma reconversion professionnel et travailler dans une boite ou l’on se foutra moins de ma gueule. 4ans fait chez adrexo a distribuer 3300 boites soit 11 secteurs et finit le mercredi midi dans les temps et rien ……

        • Bonjour,

          Le samedi est effectivement ouvrable, d’ailleurs, il est considéré ainsi pour le calcul des congés payés chez Adrexo (6 jours pour une semaine).

          Il serait alors assez normal que le salaire soit versé le 2 mais le calendrier des salaires prévoit le 4..

          Très longtemps, avec un versement le dernier jour du mois ou avant en cas de jour férié, l’entreprise avait un comportement exemplaire sur ce sujet et une régularité sans faille, mais les choses ont changé, même sur ce sujet.

          Pour un blocage général, dans une entreprise qui a plus de 200 points différents en France, c’est quasiment impossible !

  4. S’il est vrai qu’il y a une certaine “liberté de gestion de l’entreprise” d’une “région à l’autre”, je peux constater qu’il y a des améliorations très modestes là où je travaille: On a “déménagé” dans un dépôt plus éloigné, mais moins cher et très bien équipé ( “modulé” – on pouurrait démonter et déplacer tout le dépôt à Paris, par exemple !! ). Le camion arrive enfin ( !!! ) le vendredi et on peut – théoriquement ! – tout charger et préparer vendredi pour commencer lundi matin de façon autonome et efficace, dans l’intérêt de l’entreprise et du distributeur.
    Il y a le “temps MAX” certes – qui n’est rien d’autre que le temps ( implicite ) sur la FDR et apparemment, tout le monde est content si le distributeur arrive à “cliquer” tous les adressés devant les bals jusqu’au temps MAX. Comme cela, l’entreprise atteint une couverture du terrain entre 50 et 75 pour cent ! Les conditions de la concurrence avec MEDIAPOST se sont clairement améliorées, et par rapport à un distributeur – retraité de la PROVENE, on gagne le double ! ( Merci, ADREXO ! )
    Je n’ai pas parlé du problème des kms parcourus en voiture et à pied et de la mauvaise qualité même des badgeuses – la mienne est “en panne” et la réparation a consisté dans la proposition de changer les badgeuses – non réparées ! – entre les distributeurs. J’ai reçu celle d’une collègue et elle avait reçu la mienne ( – avant qu’elle démissionne ! J’espère qu’elle ne l’a pas gardée ). Je soupçonne qu’il n’y a plus de badgeuses nouvelles en réserve et l’entreprise n’investit rien – n’a plus les moyens pour investir dans le renouvellement des badgeuses -. C’est vrai ? On va donc perdre l’avantage par rapport à MEDIAPOST, et replonger en 2020 au plus tard ?!

    • C’est tout à fait ça.

      Niveau badgeuse, non, plus de stock. 1500 sont en commande mais pour mi-novembre… Ce qui devrait couvrir uniquement les besoins de renouvellement.

  5. Bonjour,
    cette année dans mon village pas de Ilea, j’ai demander et on ma dit que c’étais uniquement pour les grandes villes ?
    Hérault Ikea est a Montpellier

  6. Bonjour,

    Le calendrier prévoyait le paiement le 4 Novembre hors , on est le 6 Novembre et toujours rien…
    Ou en est on ?

    • Bonjour,

      Les salaires ont été versés le 4 a tout le monde.

      Si vous n’avez rien, c’est probablement pour une autre raison et vous devriez vous rapprocher de votre responsable.

Les commentaires sont fermés.