Le temps Max peut il tuer l’imprimé publicitaire ?

Stop ou encore
Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Nous vous avons déjà régulièrement informés sur le temps Max, ce nouveau temps qui arrête la mesure du temps de travail en bloquant la badgeuse.

Rappelons le, ce temps a été inventé pour réduire des coûts de distribution (dixit Frédéric Pons).

Il est calculé de deux manières :

  • Il existe une trace de distribution valide sur le secteur pour une semaine donnée, l’entreprise retient le temps le plus bas opéré sur ce secteur par le distributeur concerné.
  • Il n’existe pas de trace exploitable sur le secteur et c’est la moyenne de dépassements des temps théoriques (repères ou “Éole…”) qui est pris en compte (donc du vent sur du vent).

Dans le premier cas, une distribution physique sert de référence, dans le second cas, c’est un calcul mathématique qui détermine le temps Max.

Pour le premier cas, qui se voudrait le plus fréquent, ce n’est pas une moyenne des temps réalisés qui est retenue, mais le temps le plus bas. Il faudra donc ensuite que le distributeur soit aussi performant que celui qui a été pris comme référence.

On peut logiquement penser que ce temps le plus bas a été réalisé avec des conditions optimums, par beau temps, sans travaux sur le secteur, sans embouteillage, avec des stationnements à disposition aux bons endroits, sans documents difficiles à mettre en boite, sans obligation de retourner à la voiture charger plus souvent du fait de la configuration d’un document spécifique, puisque le temps max ignore toutes autres données que le poids de la poignée complète qui le fait évoluer comme pour le temps théorique par tranche de 50 grammes.

Bref, c’est le temps que l’on obtient quand tout va bien ! On aurait pu l’appeler le temps “Bisounours”.

La badgeuse, qui sonne plus vite que son ombre, prévient le distributeur deux fois, la première lorsqu’il atteint le célèbre temps théorique (repère) calculé par un ordinateur et la seconde lorsque de distributeur arrive au temps “Bisounours”.

A ce moment, un message l’invite à contacter son responsable pour savoir s’il doit continuer ou non. L’histoire ne dit pas si le temps nécessaire pour cela lui est payé et si le responsable doit se tenir derrière son téléphone entre 6 heures et 21 heures puisque ce sont les heures autorisées pour la distribution.

Dans la vraie vie, ce n’est pas tout à fait comme cela. Le distributeur sait à l’avance si il va être payé ou non de ce dépassement et poursuit ou pas sa distribution et la déclarera ensuite (temps supplémentaire) pour un hypothétique paiement.

Il est alors obligé de faire une double confiance, une première à son responsable préféré qui l’assurera du paiement, et la seconde à son directeur régional qui aura à valider la saisie du premier, ou pas…

Car, il apparaît que dans certaines régions, le directeur régional, pourtant renforcé d’un adjoint, ne doit pas avoir le temps de traiter ces validations puisque nombreuses restent dans la nature, ni acceptées, ni refusées mais assurément non payées.

C’est plus de 3 000 demandes de régularisations qui ont été non traitées sur la France.

Dans certains cas, elles sont donc refusées ou non traitée (ce qui revient au même), on peut donc penser que le salarié a effectué ce travail, que le responsable l’a accepté et à procédé à la saisie des informations, mais que la direction régionale n’a finalement pas validé.

Nous touchons la le principal problème légal puisqu’il est évident que la loi ne prévoit pas que le temps de travail effectivement réalisé soit ensuite validé avant d’être payé.

Il doit l’être.

Si ensuite, quelqu’un pense que ce temps n’est pas nécessaire, il indiquera au salarié de ne plus le faire à l’avenir, mais il ne peut le réduire pour le passé.

Les responsables qui agissent de la sorte, soit en refusant de valider, soit, et c’est encore plus grave, en laissant la demande sans action, deviennent complices de l’entreprise et du système qu’elle a installée pour dissimuler des heures de travail.

Si nous avançons ce fait aujourd’hui, c’est que nous avons la preuve écrite et officielle que ces pratiques existent.

Pour l’avenir, il est prévu un dispositif qui devrait faire redémarrer la mesure du temps de travail avec l’appareil, si le manager l’accepte.

Il n’est pas indiqué si cette prolongation devra, elle aussi, être validée par la direction régionale. Il sera peut être alors prudent d’équiper les distributeurs de moyens de camping afin de pouvoir attendre que tout le monde valide.

Mais, la encore, le problème reste entier, pourquoi valider la poursuite de la distributiion pour un et pas pour l’autre ?

Quels seront les critères ? La bonne tête du distributeur ? l’humeur du responsable ? l’importance du secteur selon qu’il est proche ou plus lointain de la vue du client ? la période selon qu’elle fasse l’objet d’un contrôle ou pas ? Stop ou Encore joué aux dès ?

Tout ceci est très dangereux pour l’entreprise.

Et si c’est dangereux pour l’entreprise, c’est aussi dangereux pour nous, salariés.

D’autant qu’à ce jeu, les clients s’inquiètent déjà et ils ont bien compris aussi que c’était dangereux pour eux. Les gros clients utilisent des sociétés spécialisées pour les assister dans les choix de zones de distribution et même de société de distribution.

Ces experts exercent une veille attentive du métier et connaissent très bien le fonctionnement des différents acteurs de la distribution.

Or, pour se distinguer sur la qualité, l’entreprise menait des actions spécifiques, ayant compris que c’est sur ce terrain que les clients attendent des résultats et surtout que l’on soit en capacité de les prouver.

La badgeuse est un outil providentielle pour cela. Les clients sont très sensibles aux informations qu’elle peut produire et à l’analyse qu’ils peuvent en faire. C’est un moyen de contrôle de tous les distributeurs, en même temps, ce qui est impossible physiquement.

Elle répond aussi à un besoin de légalité sur l’appréciation des niveaux de rémunérations étant entendu que le donneur d’ordre doit aussi s’assurer qu’il travaille avec un prestataire sérieux.

En réponse à cette attente, l’entreprise décide d’arrêter la mesure du temps de travail et le contrôle qualité au bout d’un temps Max…

Plus de contrôle, plus de données, et parfois même plus de distribution !

Il faut avoir un esprit déviant pour avoir une idée aussi suicidaire et contraire à la volonté du marché.

Qu’une entreprise souhaite gérer la performance de ses salariés, c’est une chose, mais qu’une entreprise rabote le temps de travail au préjudice de son activité, c’est tout simplement une aberration.

Déjà aujourd’hui, des clients, et pas des moindres, commencent à constater les dégâts sur les taux de qualité qu’ils reçoivent après chaque opération et s’interrogent même sur la pertinence de ce média à l’avenir.

Les clients disposent en effet, grâce à leurs experts de la distribution, de données externes sur la réalité de la distribution qui sont le résultat de contrôles terrain ou de panels.

L’application de cette idée farfelue et qui ne vise qu’à réduire la masse salariale sans prendre en compte les effets collatéraux est un choix extrêmement dangereux tant sur le plan légal que sur le devenir du cœur de métier.

A l’évidence, il est de notre devoir, en qualité d’organisation syndicale, de le dire et de combattre ce dispositif.

Print Friendly, PDF & Email

16 Commentaires

  1. Cela fait un moment que les distributeurs ont fait ce constat cet article ne fait que confirmer l’état d’esprit qui règne au sein des centres de distribution

  2. Puisse que les syndicats font fi de ces méthodes du temps réel du distributeur. Que pense l’inspection du travail de la politique d’Adrexo ? Y en a qui disent qu’il faut arrêter dès que la badgeuse sonne le temps maximum , d’autres qu’ils faut continuer la distribution en inscrivant sur un récapitulatif sur les minutes que nous avons dépassées. Les avis part dans tous les sens jusqu’au jour où un accident de travail en dehors du temps de repère va faire réveiller les consciences absurdes.

    • Bonjour,

      D’un point de vue accident, aucun problème, le secteur est indiqué sur la feuille de route.

      Si votre manager vous paye et vous demande de dépasser, aucun problème.

      Si vous n’êtes pas payé, stop!

  3. ça vient grave si les clients voient les dégats de ce fameux temps max qui bloquent la badgeuse – encore plus grave il y a un risque que les clients importants nous quittent
    le distributeurs ne doivent pas perdre de l’argnet sur les salaires – c’est inadmissible – est ce que l’entreprise a pris conscience que les clients très importants ne leur feront plus confiance
    et qu’ils peuvent chuter plus vite – pourquoi persister avec ce temps max qui ne devrait pas exister – et les conditions métos qu’est ce que l’on en fait et le terrain aussi ?
    les distributeurs n’ont pas à perdre sur leur salaire – il faut supprimer ce temps max une bonne fois pour toute pour la survie de l’entreprise .

  4. Je suppose que, les personnes présentes, lors de la demande de la part de M. PONS à Aix de faire appliquer le “temps MAX” chez ADREXO dans toute la France, à partir du 01.07.2019, je crois, il y avait au moins une personne qui aurait pu dire ou a dit et expliqué ce que cette mesure signifie sur le plan économique pour toute l’entreprise et l’avenir de la “masse salariale d’ADREXO”, car les délégués de la CAT le savent et l’ont dit, je suppose.
    Si la mesure a été maintenu quand même par M. PONS, il a dû poursuivre une “idée économique très précise” avec cette décision qu’il faudra “révéler”. Comme il a fait des études d’économie et de sciences politiques, je crois, il va réaliser un plan économique profitable avec cette décision, A mon avis, cela ne peut être qu’un plan profitable pour lui – même et le deuxième actionnaire qui sont les 2 propriétaires actifs ( encore ! ) d’ADREXO, car le 3e ne se rend plus sur le terrain de l’entreprise ou du GROUP, si j’ai bien suivi les infos..
    Si vous connaissez leurs intérêts dans ce plan, pourquoi pas nous les dire ? Comme cela, on peut mieux se faire une idée avec quels objectifs on a l’intérêt de “combattre” ces deux personnes avec la CAT, car eux, ils travaillent dans leurs intérêts et c’est à nous de mieux savoir comment s’en sortir jusqu’à la “faillite de l’entreprise ADREXO” qui semble être vouluie, non ?

    • C’est un simple intérêt économique, vous avez raison, une simple décision opportuniste qui complique le fonctionnement de l’entreprise et participe à sa chute !

      • en ayant investit il a plus de 2 ans et demi la mirobolante somme de 0 €, et apres avoir cramé en plus de 2 ans 1/2 la somme abracadantesque de plus de 150 Millions € , nos génies constatent maintenant , que du côté d adrexo , ca sent le pâté et qu il n y plus rien a se mettre dans les poches … mais on va pouvoir aller quand même racler le fond des poches des richissimes distributeurs avant la banqueroute …
        a la limite, on peut penser que tout ca a été monté pour renflouer colis privé, le temps de le revendre … donc l avenir d adrexo , c est plus vraiment leur probleme …

  5. Bonjour,
    sur mon secteur aprez le temps max plus de pub a distribuer seulment adresser et donner le temps pour régulariser
    sur ma fiche de paye codes 3664 regul.distrib.badgée nombre ou base 3,32 (c’est les heures ?) gains salaire 33.31

      • bonjour je viens de voir de quelle manière le temps max est calculé or une fois il m a manqué 200 boites aux lettres il est évident que j’avais mis moins de temps et dernièrement étant en congé on m a donné les adressés de la semaine lorsque j’étais en congé résultat il me manque 2 heures on m’a conseillé de privilégier les adressés donc je ramènerai pas mal de pubs

        • Vous trouverez sur le site des articles sur le mode de calcul du temps Max. Votre responsable peut vous indiquer la semaine de référence et vous montrer les traces de distribution.

Les commentaires sont fermés.