La chasse au crétin est ouverte !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Comme souvent en période de crise, les bonimenteurs sont de sortie. Un peu à la manière des rats, ils attendent patiemment le moment opportun pour sauter sur le morceau de fromage rassis.

Ces morts de faim de l’information qui fait plouf, utilisent une stratégie très répendue chez le crétin de base en période troublée.

Nous en avons croisé un dans une agence il y a quelques jours. Ce philosophe qui vient d’arriver dans l’entreprise, après des déboires professionnels dus à une gestion très “sérieuse” de son ancienne entreprise, expliquait la bave aux lèvres : “cékomenkonfait” pour redresser la situation de l’entreprise.

Nous sommes bien d’accord, ce posticheur de l’ânerie en tout genre, ne connait en rien le fonctionnement de notre entreprise et n’exprime que sa propre frustration.

La meilleure et la seule stratégie de Pinpin-la-grande-bouche serait de virer tout le monde au siège à Aix-en-Provence et de bloquer les 250 agences réparties dans l’hexagone. Mais par contre, on ne touche pas aux actionnaires, qui pourtant sont les premiers et les seuls responsables de la situation. Pour Totoche, c’est la seule solution pour que les salaires soient payés. Oui vous avez bien lu.

Si on résume, on vire tout le monde au siège, on ferme tous les dépôts et on ne garde que les actionnaires puis nous sommes sauvés, l’argent coulera de nouveau à flot et les salaires seront miraculeusement versés pour l’éternité.

Cet exemple est symptomatique de ce qui se passe souvent pendant les périodes compliquées. Que ce soit pour les périodes de crise sociale et lors des grandes catastrophes humaines ou écologiques. Vous avez toujours le type qui sort de nulle part et qui vous explique les choses sans en maîtriser le sujet.

Ce qui est rassurant, c’est que, souvent, cette personne retourne au néant une fois toutes ses âneries exprimées. Ce sera surement le cas pour notre “collègue” hystérique et ignorant.

Ce phénomène n’est pas unique chez Adrexo et ce genre de personnage frustré est capable de balancer, pêle mêle des informations ou des conseils délirants à la figure des salariés.

La frustration de ces personnages est non seulement dangereuse pour eux mais aussi surtout pour la cohésion nécessaire, entre tous les salariés des agences, afin de faire face aux problèmes du moment.

C’est un peu comme si l’on virait tous les salariés d’une agence parce que le volume des publicités baissait. C’est idiot. Chacun ses responsabilités et il est inutile de mettre des fautes sur le dos des personnes étrangères au problème.

Qu’elle est la responsabilité de l’informaticienne ou du graphiste du siège pour ce qui est de la situation actuelle ? Il ne faut pas se tromper de cible.

Et puis, si cela était aussi simple, ça fait longtemps que l’on serait au courant.

Bref, encore un prédicateur ridicule.

Il y a également le crétin “international”. Le premier de la classe. Celui qui vise très haut.

Le crétin qui cause dans l’oreille des membres de la direction. L’étalon des crétins !!!

Figurez-vous que quelques indiscrétions, il y a toujours des indiscrétions dans ce genre d’affaire, nous ont permis d’identifier le Crétin de l’année.

Au départ, notre crétin sans vergogne avait comme commerce de piailler de l’argent à la direction ou aux actionnaires, contre des petits arrangements qui, croyait-il, ne se verraient pas… Ou contre des informations sur la tendance ou les intentions syndicales du moment de son propre camp !!!

Vous voyez le genre ?

Quoi qu’il en soit, ce crétin d’élite pensait avoir trouvé la parade pour se remplir les poches en expliquant que la C.A.T. travaillait pour l’ennemi juré d’Adrexo : La Poste !

Oui Messieurs-Dames, la C.A.T. serait donc l’agent secret de la Poste !!!

Rien que ça !!!

La direction de l’entreprise n’a évidemment pas tenu rigueur de cette “information capitale” révélée par le “James Bond” du syndicalisme véreux.

Bref, une nouvelle catégorie de crétins qui sévit dans l’entreprise mais à un autre niveau et à un tarif différent.

Nous ne pouvons pas mettre cela sur le compte de la campagne électorale, puisque cet informateur mal informé sévit toute l’année auprès de la direction, qui n’a de toute façon pas les moyens des prétentions financières de ce crétin hâbleur.

Néanmoins, quelque chose nous dit que les semaines à venir risquent d’être très compliquées pour ce gluant crétin démasqué !!!

Nous allons nous en occuper sérieusement !

6 Commentaires

  1. Bonjour quand je donne la différence du temps de la badgeuse et de mon temps de distribution au centre où je travaille ils ne veulent pas le prendre en compte ceci est déplorable cordialement

  2. Bonjour
    Un peu hors sujet, mais je me lance …..
    Combien de fois je signale à la personne au dépôt qui nous fait signer les FDR, qu’il me manque un paquet d’un annonceur principal (hypermarché) ou d’un autre annonceur tout aussi attendu par les gens dans leur BAL …..
    Les responsables que l’on voit savent nous remonter les bretelles quand quelque chose cloche, … mais savent-ils compter ???
    Pour “gérer” au mieux l’encartage, j’ai la chance d’habiter pas trop loin d’un autre distributeur assez sympa qui m’a déjà rendu service en me dépannant d’un paquet qui manque (souvent entre 50 et 100 prospectus) car lui comme par hasard, parfois a quelques paquets en plus !!!
    Je rappelle également que les palettes que nous chargeons sont filmées …. alors qu’est-ce qui explique cette différence ? responsable qui prépare à toute vitesse ? ou distrait dans ses décomptes ?

    • Bonjour,

      Les erreurs de préparation sont une source d’anomalies de distribution puisque les documents manquent en fin de tournée.

      Il est vrai que la préparation nécessite beaucoup d’attention, que les manutentionnaires sont souvent dérangés et que les moyens manquent pour contrôler.

  3. Je voudrais parler au sujet du commentaire ( Mme Cys, Patricia ) sur le refus de l’info cc. la différence entre le temps badgé ( je suppose que vous pensez au temps MAX que vous avez dépassé après en continuant à distribuer et que vous vouliez ce temps supplémentaire au temps MAX = temps sur la FDR, car vous l’aviez réalisé ! ).
    Le problème peut être la “trace” laissée, car si vous dites à votre patron du dépôt que vous avez fait 1,5 heures de plus pour finir votre travail et il ne prend pas cette info en considération, cette info “disparaît dans le cosmos”.
    Il faut donc contacter la CAT pour créer un système de traces écrites, et si vous voulez, déjà avant, écrire le constat du dépassement du temps de travail dans un mail à votre supérieur hiérarchique ou même de région aussi. Les mails ne peuvent pas “disparaître dans le ‘cosmos’ “. Ce sont des preuves pour des futures actions pour demander quelque chose de juste et de justifiable à votre patron. Les collègues de la CAT nous ont écrit pour les forums qu’ils s’occupent des démarches dès que l’on les aura contactés.
    Je viens d’apprendre pour la distribution de la semaine prochaine – charge vendredi aprèm à cause de la canicule – merci, patron ! – qu’il y a une “entente proposée, pas par écrit bien sûr ! – qu’il suffirait de se contenter de ne faire que le temps MAX, mais il faudrait quand même faire au moins 70 pour cents. Je calcule pour moi: 1340 pubs + 667 pubs + 170 adressés pour un très grand secteur ( partagé en 3 de taille différente ) et un moyen secteur,temps de distribution pour pub normale11h32 ( = temps MAX ) + 1h43 pour pubs spécialisées = 13h15 ( selon la FDR ) pour 2.177 pubs tous genres compris : 2.177: 13,25 ( h.)= 164,3 pubs par heure. S’il suffit de faire 70 % des pubs normales et des adressés, c’est 1.524 ( pubs ) : 13,25= 115,2 pubs par heure ! C’est toujours trop, parce que l’habitat est trop différent et éparse pour réaliser une moyenne de plus de 100 pubs par heure, à mon avis.
    En plus, il faudrait se demander pourquoi ADREXO renonce à la distribution de 30% des adressés aussi, si c’est un marché si important pour l’avenir ….??!! Ou bien: qui est – ce qui distribuera les 30% d’adressés pas distribués ?

Les commentaires sont fermés.