Comité d’entreprise du 22 Août 2019 à Aix en Provence

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Une réunion ordinaire du comité d’entreprise s’est tenue hier à Aix en Provence en présence d’Alain BROUSSE, Directeur Général, Samuel DEWITE, Directeur Général Adjoint, Brian PERY, Directeur du réseau ainsi que deux intervenants techniques sur des sujets spécifiques.

Pour une fois, cette réunion peut presque être qualifiée d’intéressante avec un niveau de questions plus élevé qu’à l’habitude et un peu moins d’interventions aussi fantaisistes qu’inutiles.

Il est vrai que le nombre de participants étaient plus réduits qu’à l’habitude en cette période post-estivale.

L’ordre du jour appelait des questions basées essentiellement sur la situation économique dont vous savez déjà qu’elle n’est guère brillante.

A défaut d’un travail effectif de la commission économique du C.E. qui s’est contentée de produire une synthèse de l’expert amendée de conclusions sans queue ni tête, il faut bien que des élus travaillent autrement pour réussir à vous informer et à prendre des initiatives pour anticiper les risques pour l’emploi.

Du fait du déroulement de la réunion à Aix, à proximité du siège, nous avons pu obtenir des réponses précises par des responsables de services, ce qui est intéressant dans les circonstances actuelles.

Sachez toutefois que la direction anticipe un nouveau fractionnement du paiement des salaires d’août qui seront versés pour la première partie, le lundi 2 septembre.

Toutefois, elle précise que si la possibilité, comme le mois dernier, de verser l’intégralité des salaires existait, elle pourrait verser les rémunérations entièrement à cette date.

Dans le cas contraire, un second versement interviendrait le 6 septembre.    

Par ailleurs, la direction s’est engagée à ce que chaque salarié qui est amené à dépasser le temps max avec l’autorisation de son manager, soit effectivement rémunéré de ce dépassement et demande que chaque cas contraire lui soit remonté.

Tous les distributeurs qui poursuivre la distribution après l’arrêt de la badgeuse et après autorisation du responsable doivent donc être rémunérés. Nous savons que ce n’est pas le cas actuellement et vous invitons à vous manifester auprès de nous afin que nous puissions obtenir les régularisations de salaire qui s’imposent.

La direction annonce également étudier un système qui permettrait de réactiver la badgeuse après autorisation du manager afin d’effectuer le complément de distribution. Elle se mettrait ainsi en conformité avec les règles du code du travail qui impose une mesure et un contrôle du temps de travail journalier.

Elle indique également que de nouveaux temps max basés sur des relevés de temps exécutés par un distributeur avaient été injectés dans le système de manière à réduire le nombre de temps Max calculés sur une extrapolation mathématique basé sur le temps repère.

Il est donc possible que vous soyez concernés. Nous rappelons que chaque manager est en capacité de vous indiquer comment est calculé votre ou vos temps Max (quelle semaine de référence, par quel distributeur, quelles traces).

La superposition de tous ces temps finit par faire oublier que certains peuvent avoir une référence à la réalité.

Il convient donc de rappeler quelques notions à ce sujet :

  • Temps repère :
    • Deux possibilités :
      • Un temps calculé selon différents paramètres (longueurs de voiries, nombre de boites, …), appelé temps théorique dans l’accord d’entreprise. Il s’agit d’un temps qui n’est pas vérifié par un humain et qui est juste calculé par un algorithme. La plupart du temps, il est très éloigné de la réalité.
      • Un temps vérifié par une permutation. Un autre distributeur a effectué la distribution, ces traces sont étudiés sur trois semaines, le temps est mis à jour sur une base humaine.
  • Temps Max :
    • Deux possibilités :
      • Il n’existe pas d’historique d’une distribution sur ce secteur par un autre distributeur avec un taux de couverture suffisant, le temps est calculé par l’ajout au temps repère d’un écart moyen constaté sur l’agence (si le centre à un écart moyen de 15% entre le temps repère et le temps badgé, c’est ce taux qui sera appliqué à tout le monde). A l’évidence, ce calcul ajoute une fantaisie à un temps qui présente déjà beaucoup d’incohérence. Cela reste le produit d’un nouvel algorithme.
      • Il existe une semaine avec une distribution dont les traces sont exploitables et qui montrent un taux de couverture suffisant. Le temps Max est le reflet d’une distribution menée par un collègue sur le même secteur.

 Pour rappel également :

  • Un distributeur qui n’a pas de badgeuse, doit déclarer son temps chaque semaine.
  • Le distributeur qui ne reçoit pas d’instruction pour continuer sa distribution après l’atteinte du temps max et l’arrêt de la badgeuse, ne doit pas poursuivre son travail et doit rapporter les documents restant au centre (cet accord peut être donné à l’arrêt de la badgeuse sur le terrain, ou préalablement à la distribution),
  • Le distributeur qui reçoit un accord pour continuer peut ne pas le faire, l’entreprise ne satisfaisant pas actuellement à ses obligations légales en matière de mesure du temps de travail,
  • En cas d’arrêt de la badgeuse au temps Max, le distributeur qui poursuit sa distribution doit déclarer le temps complémentaire à son responsable chaque semaine et vérifier qu’il a bien été pris en compte sur sa fiche de paye ou en demandant un récapitulatif de distribution à son manager.

8 Commentaires

  1. Monsieur de toute façon la badgeuse n’enregistre pas toute l activité donc elle n’a aucune valeur il manque:
    chargement temps réel chargement VL
    temps réel trajet du lieu de chargement au premier secteur
    temps réel triage des AD
    temps réel retour dépôt du lieu ou se trouvent les pubs et AD
    temps réel râbe pubs et AD non distribuer
    manque temps réel rechargement si deux voyage sur un même secteur (sinon payé nous un fourgon le CAT!)
    temps de rechargement de retour pub et AD au dépôt adrexo
    temps de déchargement pub ET ad au dépôt adrexo! plus temps passé devant le ROC!

    • La badgeuse ne mesure que le temps de distribution.

      Pour le reste, tout cela a déjà été dit dans de précédents articles à de nombreuses reprises et c’est l’objet de contentieux devant les juridictions dans toute la france, les premières décisions étant attendue pour septembre.

  2. bonjour vous parlez à nouveau d’un décalage des salaires hors dans un article précèdent intitulé RETARDS DE VERSEMENT DES SALAIRES QUE DIT LA LOI vous écriviez “il est évident que si un décalage du paiement des salaires de juillet intervenait nous vous inviterions également à réagir concrètement ,au moins pour que la justice se saisisse de la situation . Nous communiquerons dans ce cas un courrier type à adresser au tribunal de commerce ainsi qu’au procureur de la république” je suppose que ce que vous aviez écrit reste d’actualité et dans ce cas ne pourriez vous pas dès à présent mettre un lien pour télécharger ce dit courrier ? nous serions alors prêt pour réagir . merci !

  3. Bonjour
    Pour ne pas dépasser le temps de la badgeuse, je suis obligé de mettre en pause ma badgeuse à chaque fois que je refais un chargement dans mon chariot, je repars à l’endroit où je me suis mis en pause ,car autrement la badgeuse sonne avec son bruit stressant ce qui fait que je suis obligé de faire l’esclave puisque quand on dépasse le temps nous ne sommes pas rémunérés.

    • Le temps de chargement du chariot est du temps de travail qui doit être comptabilisé par la badgeuse.

      Vous devriez plutôt laisser la badgeuse tourner et vous arrêter lorsque la badgeuse arrive au temps Max.

Les commentaires sont fermés.