Les grands gagnants seront ils ceux qui ne badgent pas ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

On peut se le demander !

En effet, l’accord d’entreprise sur la mesure du temps de distribution indique que si le distributeur ne peut mesurer son temps à l’aide de la badgeuse, pendant plus de 2 semaines, il doit déclarer son temps afin d’être payé au nombre d’heures déclarées.

Dans ces conditions, en l’absence de suffisamment de badgeuses, de plus en plus de nos collègues ne peuvent pas badger.

Pour eux, pas de temps Max, pas d’immobilité, pas de problème de GPS.

Seraient ils plus tranquilles que les autres ?

Certains rencontrent des problèmes pour obtenir les régularisations de salaires nécessaires mais en tenant à jour un tableau des heures réellement effectuées chaque jour, ils n’auront aucun mal à obtenir leurs rémunérations devant un conseil de Prud’hommes.

D’autres, peuvent allègrement distribuer sans aucun risque et il est peu probable que l’entreprise vienne les déranger puisqu’elle ne respecte pas, elle même, les dispositions de l’accord d’entreprise.

Elle aurait alors à s’en expliquer et il est peu probable qu’elle est envie de le faire.

Cette situation tentante pour ceux qui n’ont pas un temps vérifié sur leurs secteurs, est tout de même le constat d’un déséquilibre entre ceux qui badgent et ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas badger.

L’accord d’entreprise est tantôt méprisé par la direction, tantôt vanté par la même direction qui se vante de pouvoir vérifier la qualité de sa distribution grâce à cet outil magique.

Faudrait il encore que tout de monde puisse y avoir accès et que l’entreprise ne fasse pas bloquer ces appareils en plein milieu de la distribution.

Comme pour le reste, la encore, il faut apparaître vertueux et sérieux, cultiver une image, point fort de nos actionnaires qui ne savent faire que ça.

Ce qui nous interroge également sur ce sujet, c’est l’immobilisme des services de l’état qui ont souvent laissé faire et qui, aujourd’hui ne réagissent pas aux entorses à l’accord d’entreprise et au code du travail pratiquée dans cette entreprise. Savez vous sur mème la direction générale du travail n’était pas représentée à la dernière réunion de la branche de la distribution directe…

Il y a sans doute une raison. Mais nous ne la connaissons pas.

12 pensées sur “Les grands gagnants seront ils ceux qui ne badgent pas ?

  • 13 juillet 2019 à 8 08 02 07027
    Permalink

    une solution il faudrait que tous les distributeurs écrivent une lettre a c est personne pour dénoncer le faite

  • 13 juillet 2019 à 8 08 22 07227
    Permalink

    A mon avis, il y a une raison “apparente”, mais qui ne sera jamais “admise officiellement” par personne, tout de même: c’est le fait que, si les acteurs économiques se tenaient “à la lettre de leurs engagements écrits dans les conventions etc. ” ( loi du travail, sentences du tribunal, obligations des administrations publics de l’Etat et du secteur privé etc. ), ce serait la “faillite” de l’entreprise qui, de son côté, peut dire qu’elle assure quand même l’emploi de pas mal de salarié es. Si donc on essayait de changer la pratique – “illégale”, jamais admise ouvertement de l’entreprise – on risquerait le chômage de pas mal de personnes qui, de par leur travail, contribuent à payer des impôts et donnent de l’argent pour la Sécurité Sociale etc. Il y a donc forcément un “double jeu et double langage” dans la communication, partout. La seule solution – celle de la CAT de donner de l’aide à chacun et chacune qui le veut bien, c’est – à – dire d’aider à récupérer l’argent dû aux salarié es, en s’adressant aux tribunaux ( Prud’hommes ) – c’est la réalité du monde de la mondialisation et de l’individualisation poussée à l’extrême. Adieu au syndicalisme traditionnel ? !

  • 13 juillet 2019 à 9 09 50 07507
    Permalink

    Tout a fait d accord avec N.G.
    Combien de fois ne vous ai-je demande pourquoi ne portez -vous pas toutes ces exactions (celles de la direction y celles du C.E. ) sur la place publique . Au point ou nous en sommes !………
    Salutations
    Jean BELLAMY

    • 13 juillet 2019 à 10 10 26 07267
      Permalink

      Bonjour,

      Pour le faire, nous ne pouvons agir à la légère.

      Vous savez que nous diffusons des informations vérifiées et sincères.

      On ne peut entraîner les salariés dans le mur, sur la base de rumeurs.

      Imaginez la joie de la direction si nous étions attaquables.

      Mais, nous avons des sujets très chauds à vous dévoiler prochainement. Comptez sur nous, mais soyez patients. Il nous faut être prudent. Nous multiplions les rendez-vous, les vérifications, les validations d’avocats, et avançons.

  • 13 juillet 2019 à 13 01 03 07037
    Permalink

    une fois de plus , un article sur les badgeuses ….
    comment expliquez vous à l ‘ époque l’ unanimité des organisations syndicales pour laisser sans rien faire licencier les distributeurs qui ont refusé la badgeuse ???
    à l ‘ époque , tous ont présenté ça comme une grande avancée … sans ignorer (ou alors c est grave !!!) que le système est illégal et que de toutes facons , l accord d ‘entreprise en sera jamais respecté par la direction …

    • 14 juillet 2019 à 10 10 04 07047
      Permalink

      Bonjour,

      La badgeuse est un instrument de mesure et de contrôle qui répond à une obligation légale. L’employeur doit mesurer le temps de travail des salariés.

      Un salarié qui refuserait cela serait donc en infraction et surtout cela pose question sur la réalité des heures effectuées et donc de la qualité de distribution.

      L’accord n’a fait que préciser cette obligation en ajoutant des spécificités liées à l’entreprise en particulier pour le rendre conforme au sujet de la géolocalisation.

      L’entreprise a fait le choix d’ajouter des paramètres qui génèrent aujourd’hui un différent et rende les relations sociales plus tendues. Elle devra en assumer les conséquences.

  • 13 juillet 2019 à 14 02 45 07457
    Permalink

    Les secteurs certifiés monstres foutaises les temps repère après n’ont rien à voir avec les temps du référant. On ne retient même pas le temps max on est payé au-dessous temps repère plus 5%

    • 14 juillet 2019 à 9 09 58 07587
      Permalink

      Bonjour, si votre temps est vérifié, il devrait correspondre à la réalité.

      Si ce n’est pas le cas, il faut le signaler.

      En cas de problème persistant, vous pouvez prendre contact avec nous dans la rubrique d’aide aux salariés et nous pourrons intervenir.

  • 14 juillet 2019 à 12 12 37 07377
    Permalink

    Bonjour à tous les distributeurs pour information nous travaillons sans badgeuse donc quand mon formateur decide que je fasse un secteur après mes heure initiale de contrat pro je fait le secteur mais aussi les courier 17h 19h30 sans badgeuse qui c’est combien de temps je bosse avec le poids de mon chariot arrive à la maison 21h question j’ai donné 2h30 graruit mon contra pro et til modulable initialement prévu 7h journée 35h hooooops problème

    • 14 juillet 2019 à 13 01 08 07087
      Permalink

      Pour un salarié à temps complet, la badgeuse peut être utilisée.

      La limite d’heures de travail est de 10 heures par jour.

  • 17 juillet 2019 à 1 01 31 07317
    Permalink

    Bonjour aujourd’hui j’ai été distribuer un secteur en remplacement et j’avais oublier la badgeuse a la maison comme le secteur est a 15 km de chez moi je suis pas retourné la chercher car quand je me suis aperçu que je l’avais oublier j’étais déjà sur le secteur j’ai donc distribuer tout le secteur sans badgeuse comment vais-je être payer ? Merci

    • 17 juillet 2019 à 4 04 16 07167
      Permalink

      Bonjour, sur la base du temps théorique.

Commentaires fermés.

ADREXO

GRATUIT
VOIR