Assistantes technico-commerciale. La démarche reçoit un bon accueil.

Lorsque l’on parle des assistantes (et assistants) dans l’entreprise, l’avis est unanime : ce sont des personnes efficaces et indispensables au réseau.

Ce qui est certain, c’est qu’a tous les niveaux, elles sont appréciées.

Pour autant, malgré les directions successives, rien n’a été fait pour améliorer leur niveau de rémunération, bien au contraire, en n’augmentant jamais le salaire, le niveau de vie s’est minoré et aucun avantage n’est venu compenser.

La C.A.T. ADREXO est présente dans l’entreprise depuis plus de 10 ans. Elle compte de nombreux élus et délégués.

Depuis 2016 et son entrée au comité d’entreprise, elle n’a eu de cesse que de poser le problème du salaire des assistantes (voir comptes rendus de comités d’entreprise et par exemple celui du 26 mai 2016.).

C’est la C.A.T. qui a obtenu le changement de nom du poste de secrétaire à assistante afin de permettre une mise en rapport entre le poste et la réalité du travail effectué. C’est un point important si un salarié souhaite faire valoir son expérience pour un autre emploi. C’est cependant insuffisant au niveau des demandes salariales qui ont toujours été refusées par la direction.

Il est donc normal que nous prenions aujourd’hui une position plus tranchée permettant à ces collègues de marquer et d’exprimer leurs mécontentements

C’est ainsi que nous appelons à cesser le travail le 19 mars de 10 heures à midi.

Nous appelons en particulier à ne plus assurer l’accueil téléphonique habituel dans les agences.

Il s’agit la d’une première action symbolique qui préfigurera peut être des actions plus fortes.

L’objectif est de rompre avec l’immobilisme habituel et de faire état de la solidarité des intéressés. Trop longtemps, les demandes ont été simplement verbalisées, sans aucune suite.

Au même moment, nous serons en réunion avec la direction pour annoncer nos revendications pour l’ensemble du personnel et donc préciser nos demandes concernant les assistantes.

Notre appel a quatre objectifs :

  • Susciter le débat et la négociation,
  • Permettre aux collègues qui le souhaitent d’avoir un cadre légal pour cesser le travail,
  • Avoir des remontées écrites des collègues concernées,
  • Démontrer la solidarité des assistantes entres elles.

Nous savons que sur certaines agences, les problèmes rencontrées par les assistantes sont instrumentalisés par d’autres salariés qui sont eux même soumis à d’importants changements et qui pensent pouvoir déstabiliser l’entreprise sans trop se montrer et en utilisant le problème des collègues.

Il s’agit de dossiers différents, peut être tout aussi légitimes, mais qui n’ont pas de lien direct et il n’est pas dans nos habitudes d’aller vers une quelconque manipulation. Notre démarche ne concerne que les assistantes et n’a pas vocation à servir à autre chose qu’a l’amélioration des conditions de travail et de rémunération de celles-ci.

Les assistantes ont été destinataires d’appels à communiquer leurs intentions de grève (ce qui n’est pas légal) vers les directions régionales alors que ces directeurs ne sont pas les N+1 des assistantes locales, et que les DR ne seraient pas au courant de la démarche… Beaucoup de contres vérités et de manipulations de la direction pour atténuer l’action des assistantes. Il est dommage qu’il ne puisse y avoir d’unité au service de l’efficacité.

Certaines assistantes, s’affichant pourtant comme porte parole à l’origine, usent aujourd’hui de désinformation pour briser l’unité des salariés concernés. Ont elles reçus des ordres de la direction ? Il semble en tout cas qu’elles communiquent ardemment avec elle et travaillent plus à leurs intérêts personnels.

La C.A.T. a déposé des revendications larges sur les sujets des salaires et des conditions de travail, laissant le champ libre à toutes revendications du terrain et la liberté aux intéressées. Nous n’entendons pas confisquer leurs demandes et nous n’en sommes que le relais.

La C.A.T. est aux cotés de tous les salariés, employés, agents de maîtrise et cadres sans exclusive. Il s’agit aujourd’hui de permettre de faire entendre, de manière significative, le mal être de chacune des assistantes (et assistants) et le manque de reconnaissance évident.

Nous invitons les assistantes à s’inscrire dans la démarche par le biais du formulaire ci-dessous. Nous vous tiendrons bien entendu informés de l’avancée de ce dossier par mail direct.

Nous espérons que d’autres organisations syndicales responsables passeront outre les postures syndicales pour s’associer à la démarche et faire preuve de solidarité avec les assistantes.

Par votre action sur ce formulaire, vous indiquez vous inscrire dans la démarche du 19 mars 2019 et vous souhaitez être comptabilisé pour que nous puissions faire état du nombre de salariés impliqués.

Nous souhaitons que vous preniez également quelques minutes pour nous indiquer vos préoccupations personnelles afin que nous puissions nourrir notre argumentation avec ces éléments.

Ce formulaire ne concerne évidement QUE les assistantes et uniquement cette démarche précise.

Votre nom*
Matricule*
Votre prenom*
E-mail:*

Vous pouvez également indiquez ici vos revendications personnelles (non obligatoire)

Thèmes principaux de vos préocupations
Vos revendications ou préoccupations personelles que vous souhaitez voir exprimer

Pour rappel, retrouvez notre précédent article ci-dessous :

Pour rester informé, vous pouvez également vous inscrire à la liste de diffusion et recevoir un mail à chaque nouvel article publié.