Forfait jour des cadres. 1ère étape passée.

Le 25 février 2019, la direction était convoquée afin que le problème lié au forfait jour soit évoqué devant les magistrats.

Rappelons que le forfait jour est un moyen, pour une entreprise, de rémunérer des cadres en dehors du cadre des horaires fixes car ils ont, par nature, une liberté d’organisation.

Le sujet est d’importance car ces dispositions n’empêchent pas, bien au contraire, de contrôler le temps de travail et la charge de travail et l’employeur doit vérifier que ce moyen n’entraîne pas un dépassement de la durée légale du travail (35 heures).

A l’heure ou l’entreprise ne cesse de dégrader les conditions salariales des permanents (assistantes, permanents commerciaux, permanents techniques, etc…), ce sujet est bien d’actualité.

Ce ne semble pas être une grande préoccupation car Adrexo n’a pas daigné se déplacer à l’audience, ni même l’avocat en charge du dossier qui avait seulement dépêché un correspondant local qui n’avait pas connaissance du sujet.

Les juges ont apprécié !

C’est donc lors d’une prochaine audience de jugement que l’entreprise devra s’expliquer, cette fois avec quelques arguments.