Emploi : quelles modifications à venir ?

La volonté du gouvernement est de poursuivre des réformes pour atteindre “le plein emploi d’ici 2027”.

Tout un programme !

Mais…

“Je veux dès cet été que nous puissions avancer sur la réforme du travail.”

C’est ce qu’a annoncé Emmanuel Macron, lors de son interview télévisée, le jeudi 14 juillet.

Pour parvenir au plein emploi – à savoir un taux de chômage de 5% – d’ici la fin de son nouveau quinquennat, le chef de l’Etat veut travailler sur plusieurs axes :

  • réforme de l’assurance chômage,
  • renforcer l’accompagnement des Français sans emploi, via une refonte du revenu de solidarité active (RSA),
  • refonte de Pôle emploi,

Le président de la République a, par ailleurs, soulevé le besoin d’améliorer l’emploi des seniors et de mener plusieurs réformes dans le domaine de la formation des salariés en activité et non retraités.

L’assurance chômage :

Un (très controversé) nouveau mode de calcul des allocations chômage est déjà entré en vigueur.

Puis en décembre dernier, la réforme des conditions d’éligibilité (il faut désormais avoir travaillé six mois pour être indemnisé, contre quatre auparavant).

Puis encore, celle de la dégressivité des allocations pour les plus hauts revenus (elle s’applique à partir du neuvième mois d’indemnisation aujourd’hui, contre le septième auparavant).

Mais, désormais, les règles d’indemnisation seraient adaptées à la santé de l’économie française.

Cela consisterait à mieux protéger lorsque la situation se dégrade et d’être moins généreux en cas d’amélioration de la conjoncture.

Et donc, à moduler la durée d’indemnisation pour certains demandeurs d’emploi en fonction de la santé économique du pays. 

Un nivèlement par le bas, bien entendu, comme à l’habitude.

Versement du RSA conditionné par un minimum d’activité hebdomadaire

Autre souhait du gouvernement : engager la transformation du revenu de solidarité active (RSA) en une sorte de “revenu d’activité”.

Le revenu ne serait versé qu’en échange de l’engagement de consacrer 15 à 20 heures par semaine à une activité permettant d’aller “vers la reprise d’un emploi”.

Concrètement, cela se traduirait par un accompagnement intensif, via des formations, des périodes d’immersion en entreprise, ou encore des ateliers permettant de réaliser un bilan personnalisé.

En cas de non-respect de cette obligation, le versement de l’allocation serait suspendu progressivement sauf dérogation pour certains bénéficiaires, comme les mères isolées, les personnes atteintes de graves problèmes de santé ou d’addiction.

Transformer Pôle emploi en “France Travail”

Cette nouvelle entité réunirait Pôle emploi, les régions, les départements, les communes, les missions locales et les associations.

Réformer en profondeur le système de formation :

Objectif : 1 millions d’apprentis (contre 730 000) actuellement.

Enfin, le président de la République veut réformer la formation continue tout au long de la vie.

“Beaucoup de gens sont aujourd’hui au chômage parce qu’ils n’ont pas une formation qui correspond aux besoins de la nation”

Le moyen serait ici de ne pas retenir les formations qui ne seraient pas suffisamment qualifiantes et ne permettant pas de déboucher sur un “emploi durable”.

Bien entendu, les syndicats dont la C.A.T. seront associés aux réflexions sur ces réformes mais, d’expérience, nous savons désormais que la concertation reste très “succincte” et que les réformes sont souvent imposées sans toujours prendre en compte l’aspect social que les organisations syndicales défendent.

Print Friendly, PDF & Email

3 Commentaires

  1. pôle emploi nous coûte une fortune pour rien 85% des empois se font de façon informel le téléphone arabe va + vite que cette boutique

  2. C’est sans doute la raison pour laquelle on met de plus en plus d’obstacles à la distribution directe

  3. très bonnes idées mais il n’y a pas d’emploi!!!! normalement le “a” de rsa veut dire activité!!!! jusque là ça ne fonctionne pas!!! en plus cela fait des années que les présidents en parlent de ces réformes!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*