Vie pratique : Connaissez-vous M. Charles PONZI ?

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l’escroquerie n’est pas découverte, elle apparaît au grand jour au moment où elle s’écroule, c’est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients. Elle tient son nom de Charles Ponzi qui est devenu célèbre après avoir mis en place une opération fondée sur ce principe à Boston dans les années 1920.

Il illustre le fait que les placements boursiers ne sont pas destinés aux salariés qui souhaitent placer de maigres économies.

Source : Wikipédia

Imaginons que quelqu’un propose un investissement à 100 % d’intérêts : vous lui donnez 10 euros, il vous en rend 20 en utilisant l’argent déposé par les clients suivants (il lui suffit d’ailleurs de proposer un rendement double des rendements connus du marché pour s’attirer de la clientèle et pour durer). Le système est viable tant que la clientèle afflue, attirée en masse par les promesses financières (et d’autant plus tentantes que les premiers investisseurs sont satisfaits et font une formidable publicité au placement). Les premiers clients, trop heureux de ce placement mirifique, replacent leur argent eux aussi, s’ajoutant à tous ceux qu’ils ont réussi à convaincre.

Le phénomène fait alors boule de neige, entretenu tant que l’argent est versé et permet de payer à 100 % les nouveaux investisseurs. L’organisateur prend une commission, bien compréhensible lorsque l’on voit les promesses qu’il fait, et qu’il tient. Le système peut durer tant que la demande suit la croissance exponentielle imposée par ce système, les clients arrivant par 2, 4, 8, 16, 32, etc. Lorsque les nouveaux arrivants se raréfient, la dynamique de la chaîne se brise, la bulle éclate : les derniers et nombreux investisseurs sont spoliés. Les rares gagnants sont ceux qui ont quitté le navire à temps. (et l’organisateur…).


Système à risque !

Le système fonctionne aussi auprès d’entreprises ou de banques, tant que l’argent rentre, il est possible d’assécher totalement la trésorerie d’une entreprise puis de la refinancer à des taux hallucinants puis d’aller chercher de nouveaux investisseurs sur les marchés boursiers qui eux même revendront rapidement (quelques jours ou semaines et tant que le montant de l’action monte du fait des achats spéculatifs) à de petits porteurs qui perdront l’intégralité de leurs investissements le jour ou le système s’écroule.

Les marchés sont situés dans un monde ou l’argent est roi et ou chacun tente de tirer profit de l’autre et certainement pas un monde destiné à l’épargne des salariés. Si vous avez des placements à faire, privilégiez des valeurs sures et résistez aux tentations de l’argent facile.

Print Friendly, PDF & Email

12 Commentaires

  1. Bernard madoff en est le plus célèbre utilisateur du système ponzi. Et dire qu’il a réussi à tenir plus de 40 ans son système en arnaquant des banques comme hsbc, santander ou medici. Sans la crise de 2008, son système serait encore. Car malgré tous les indices qui indiquaient l’arnaque il a réussi à tenir grâce à ses relations haut placées.
    Pour en revenir à Hopps, seul une analyse complète et détaillée des comptes par des experts indépendants pourra nous indiquer dans quelle situation financière elle se trouve réellement.
    Et si jamais elle se trouvait dans une situation financière catastrophique comme certains le disent, alors, au pire des cas, l’etat fera en sorte de trouver un repreneur afin de pas laisser plus de 15000 personnes sur le carreau et pour laisser mediapost en situation de monopole sur le secteur de la distribution. Les situations de monopole étant interdit par l’UE.
    En attendant d’en savoir plus, courage à toutes et tous.

  2. Bonsoir,

    Tout à fait. Rien ne sert désormais de spéculer sur quoi que ce soit avant le résultat de l’AG du 24 septembre. Par ailleurs,effectivement,dans le pire des cas,une solution sera
    proposée,car,effectivement,une seule entreprise ne saurait avoir le monopole de la distribution de prospectus en France,La loi l’interdit.

    • ca c est juste de la théorie … dans la pratique, si hoops est mis en faillite et ses dirigeants poursuivis pour banqueroute frauduleuse et abus de bien sociaux croyez vous vraiment qu un investisseur (même attardé mental) , va miser 1$ dans le marché des prospectus ??? après , pour le marché des adréssés , il faut investir un maximum si on veut faire du voume et concurencer réellement la Poste. pour le marché de la livraison de colis, idem , il faut énormément de volume et des investissements monstrueux + et la concurrence est dèja là … quand notre gouru annonce qu on est les champions du monde du J+1 , les clients doivent doucement se marrer et les concurrents être morts de rire …

  3. Bonjour la CAT,
    Si vous nous parlez ici de la pyramide de Ponzi, cela signifie-t-il que vous faites un rapprochement avec ce qu’il se passe actuellement dans la gestion du groupe HOPPS ?
    Étant donné que cette pratique, illégale, de nos dirigeants est avérée, pourraient-ils se retrouver devant la Justice ? Je pose la question…

  4. Oups ! Je voulais écrire : “SI cette pratique, illégale, de nos dirigeants est avérée…”

    • Bonjour Isabelle.
      Pas de souci, nous avions rectifié et compris le sens. En tout cas, SI cela s’avérait être le cas, la justice serait de toute façon saisie. Après…

  5. En ce qui me concerne, je n’aurais pas acheté des “papiers frauduleux” de ces messieurs, car la promesse m’aurait paru vraiment trop bête et surtout irresponsable par rapport à l’économie du pays et des citoyens concernés.
    Ce qui me “chagrine” c’est le fait qu’une entreprise ( française ou autre ) peut être fondé, comme c’est le cas de celle d’ADREXO sous le “toit de HOPPS GROUP – repreneur” sans qu’il n’y ait aucun contrôle de la gestion des trois seuls actionnaires possible après, que les distributeurs, salarié es et autres sont donc les victimes futures sans aucun moyen de défense en face de leur “dirigeants” libres de tout faire aussi longtemps que leur construction tient à peu près.
    Je me demande donc quelle sera la base de la reconstruction de la nouvelle entreprise “ADREXO XYZ” après la reprise. Est – ce quelle sera différente ?

    • Vous parlez du cas d’Adrexo, et nous nous interrogeons également sur le contrôle de gestion des commissaires aux comptes.

      L’avenir passe par une structuration des offres, aujourd’hui commercialisées sans process précis.

  6. Bonjour
    Ce principe est un peu comme un système pyramidal, au début et en haut, un organisateur, puis ses proches conseillers, charge à eux de recruter autant que possible pour aboutir à l’exemple que vous indiquez, mais problème …. en France, la Loi condamne cela !

  7. BJ DE TOUTE MANIÈRE UN JOUR OU L AUTRE ON FINIRA PAR SAVOIR . POUR MA PARD J AI LU LA GRANDE PAGE DU MONDE D AUJOURD HUI FRANCHEMENT FOND PAS DE CADEAUX A NO DIRIGENT

  8. Ponzi et Madoff étaient des maîtres dans leur domaine ! Comme Spaggiari en 1976 ! ( humour )
    Le malheur c’est que je ne vois aucune once d’intelligence chez les grandes têtes pensantes d’Adrexo ! Que des petits joueurs ! humour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*