Temps de travail des cadres (suite)

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Le temps de travail des cadres n’échappe pas à la réglementation.

Par définition, ils jouissent d’une relative liberté mais doivent se conformer aux dispositions légales et règlementaires en matière de temps de travail.

Une convention de forfait peut être conclue, ce n’est pas le cas chez Adrexo.

Malgré l’existance d’un syndicat dédié aux cadres dans l’entreprise, le temps de travail des cadres semblent un sujet dont il ne faut pas parler.

Bien plus, pendant que les cadres de l’entreprises étaient totalement débordés et sous les eaux pour la période de distribution de la propagande électorale, ce syndicat faisait valoir son droit à la déconnexion :

De :JOSE MIRANDA

Je tenais à te remercier d’avoir tenu compte du repos dominical et d’avoir pris le soin de ne faire ta demande que ce matin. Je réitère ma demande de respect au droit à la déconnexion et pour ceux qui l’auraient mal interprété ce n’est pas uniquement MON DROIT à la déconnexion mais celui de NOMBREUX élus  qui m’en ont fait la demande et qui en ont assez de se voir solliciter le soir à pas d’heure et le week -end.”


Mais peu importe, chacun se fera son idée la dessus et sur les avantages accordés aux cadres dans l’entreprise qui se résume au néant, juste le stricte minimum obligatoire sans doute le résultat d’une totale implication de ce syndicat au service des cadres…

Revenons plutôt aux informations utiles et constructives.

Pour le temps de travail, voici quelques exemples de manque à gagner possible selon quelques cas précis :

Le salarié travaille 5 jours à raison de 7H30 par jour avec un contrat prévoyant 151,67 heures par mois :

Il travaille 37,50 et va bénéficier de RTT pour la différence. Pas de paiement d’heures à recevoir.

Le salarié travaille 5 jours à raison de 8 Heures par jour :

Il travaille 40 heures, soit 173,20 heures par mois et 21,53 heures de plus que l’horaire collectif (35 H/hebdo et 151,67 H/mois).

Sans l’effet éventuel des RTT, le nombre d’heures payées en plus par an serait donc de 258,36 heures

Le salarié travaille 5 jours à saison de 10 Heures par jour :

Par exemple de 7 h à midi et de 13 h à 18 h (cas fréquent, voir plus)

Il travaille 50 heures, soit 15 heures par semaine de plus que l’horaire collectif.

La loi limite à 48 heures le temps de travail (et même 42 en moyenne).

Sans l’effet éventuel des RTT, l’entreprise devrait lui payer 64,95 heures supplémentaires par mois.

Le nombre d’heures payées en plus par an serait donc de 779,40.

Les exemples peuvent se multiplier à loisir mais finissent par générer des sommes rondelettes souvent abandonnées par des salariés cadres qui n’ont pas non plus des salaires de base importants et qui ne perçoivent souvent quasiment aucune prime.

Rappel : Jurisprudence pour Adrexo

Des cadres de l’entreprise ont déjà contesté l’application unilatérale d’une convention de forfait.

Nous mettons à votre disposition dans l’espace “Jurisprudence” des dizaines de jugements et d’arrêts concernant l’entreprise et en particulier un arrêt récent d’une Cour d’Appel concernant la condamnation de l’entreprise Adrexo pour l’application d’un forfait jour sans convention.

La période “Propaganda”

Alors que les cadres ont été subit une pression sans précédent pendant la période de distribution des plis électoraux, avec parfois des menaces, des insultes, des demandes exorbitantes, il est plus que nécessaire qu’ils reçoivent le fruit de ses efforts étant entendu que le fiasco final n’est absolument pas dû au travail de ces salariés, ni même des salariés en général, mais bien aux directions régionales et nationales qui n’avaient pas anticipé les besoins.

Il en est de même bien sur pour les salariés non cadres, qui doivent percevoir l’intégralité des heures travaillées (heures normales, heures complémentaires et supplémentaires, heures de nuit, frais de déplacement,…).

On nous reporte des temps de travail allant jusqu’à 80 heures par semaine pendant le pic d’activité des fins de premier et second tour ainsi que des salariés en arrêt maladie, ou très affectés, moralement et physiquement.

Print Friendly, PDF & Email