Marseille : Un délégué syndical condamné pour fraude aux élections professionnelles

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Un délégué syndical de la préfecture de police a été condamné pour avoir fraudé lors d’élections professionnelles en 2018.

Peut importe l’étiquette syndicale, ce n’est pas le problème ici, mais à proximité de nos nouvelles élections du CSE, cet article de “20 minutes” met en évidence les difficultés liées au vote électronique.

“Ce jeudi, le tribunal correctionnel de Marseille a condamné à six mois de prison avec sursis et une interdiction d’exercer pendant un an son activité de fonctionnaire un délégué syndical ​ de la préfecture des Bouches-du-Rhône qui avait fraudé lors d’élections professionnelles en décembre 2018.

« Ce qu’il a fait est particulièrement désagréable car cela remet en cause un principe démocratique », a dénoncé le procureur Patrice Ollivier-Maurel qui avait requis trois à six mois de prison avec sursis et une interdiction pendant trois ans d’exercer toute activité syndicale.

Vote électronique

Détaché permanent par son syndicat depuis 2013, Stéphane Jacomino, 53 ans, auparavant chauffeur du préfet durant dix ans, a reconnu avoir voté électroniquement à la place de huit agents. Son syndicat avait remporté cette élection avec quatre des huit sièges en jeu et ces votes frauduleux n’avaient pas été de nature à fausser le résultat.

Le dernier jour du scrutin organisé pour la première fois de façon électronique, le syndicaliste s’était connecté au serveur depuis un cybercafé proche de la préfecture, dépourvu de caméras de surveillance.

Ayant eu accès à la liste d’émargement comme tous les responsables syndicaux, il avait « généré » de nouveaux mots de passe selon une procédure dématérialisée nécessitant de détenir le matricule de l’agent, sa date et son département de naissance, la clé de son numéro de Sécurité sociale et surtout les sept derniers caractères de l’IBAN du compte sur lequel est versé son traitement.”

(Source 20 Minutes)

Et Adrexo ?

Souvenez vous, cela a été le cas avec vos données personnelles confidentielles chez Adrexo par un syndicat, pendant les dernières élections. Une tradition sans doute… Nous avons détecté, à la simple analyse de la liste d’émargement, des votes suspects avec des personnes qui ont votées pour d’autres.

Nous vous avions également indiqué que des appels téléphoniques avaient été prodigués par des candidats au moyen des données des fiches RH, visibles en agence sur les postes informatiques.

A l’époque, nous avions signalé les faits à l’entreprise qui nous avait répondu qu’elle allait les faire cesser, mais en vain puis à la C.N.I.L. ( Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

Dernièrement, sur d’autres faits touchant a vos données personnelles, nous avons du de nouveau saisir la CNIL et le Procureur.

Nous serons extrêmement vigilants, pour les prochaines élections, soyez-en sûrs !!!

Print Friendly, PDF & Email

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*