Zones très rurales, l’inquiétude monte

externalisation des commandes
Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Aucune information précise n’a été donnée sur l’avenir de la distribution en zone très rurale et donc sur l’avenir des distributeurs concernés.

Forcément, cette situation alimente toutes les rumeurs possibles.

Quel est le projet ?

L’entreprise veut négocier un accord de sous traitance avec la poste.

Rappelons que notre concurrent, Médiapost, bénéficie déjà d’un accord de ce type avec la poste.

Il s’agit de confier à la poste des poignées préparées afin que les facteurs assurent la distribution des zones rurales voire très rurales qui ne sont pas rentables pour Adrexo.

Jusqu’à présent la poste s’y refusait et une démarche auprès de l’autorité de la concurrence semble avoir fait avancer le dossier.

Des tests ont déjà été effectués en Bretagne, région ou le déploiement de ce projet est en cours avant une mise en place sur toute la France en 2021.

Les zones rurales coutent chères à distribuer, les distances à parcourir sont plus élevées ainsi que le temps de distribution.

De plus, ces secteurs bénéficient de moins de documents, ce qui entraine un manque de rentabilité.

Que vont devenir les distributeurs de ces secteurs ?

Plan social ? Ce n’est pas prévu pour l’instant.

Pourtant, il y aura bien un impact social avec une réduction certaines des heures de distribution.

Pour nous, c’est l’aspect humain qui est préoccupant car si l’entreprise prévoir de confier d’autres secteurs aux personnes concernées ou de faire réaliser d’autres taches.

Dans le cadre d’une démarche syndicale, nous avons crée un groupe de travail sur le sujet.

Il s’est d’abord rapproché du directeur régional de la région bretagne, première concernée, qui à globalement indiqué qu’il comptait sur la nature pour gérer les difficultés.

La nature, c’est essentiellement le turn over naturel dans l’entreprise qui fait qu’en ne renouvelant pas ces postes, il n’y aura plus de problème.

De la à le favoriser un peu… voir à l’accentuer…, il n’y qu’un pas.

A notre interrogation de savoir comment était anticipé ce projet et comment il est suivi et avec quels outils de mesures, il a été question d’un outil très puissant et bien connu : le doigt mouillé.

Si il sèche au sud, c’est signe de secteur sous-traité.

Accessoirement, il nous a été proposé d’en créer un…

Il semble donc que les inquiétudes des salariés, mais aussi des responsables dont on aura bientôt plus besoin dans les mêmes proportions (voir notre article sur le C.S.E. du 18 novembre 2020), soient basées sur une réalité.

Comment peut on évaluer un impact sans analyser, secteur par secteur, et donc individu par individu, pour savoir combien d’heures de travail sont concernées, combien d’heures demeureront disponibles pour ces distributeurs orphelins de leurs secteurs mais aussi avec quelles modifications de distances de trajets pour travailler ?… bref… un outil sérieux de pilotage.

Print Friendly, PDF & Email

21 Commentaires

  1. Bonjour, comment évaluer vos dîtes ?
    Bah c’est assez simple pourtant.
    Nous voyons bien que les docs sont moins nombreuses, même en ville.
    Alors en rural rien d’étonnant.
    Moi même je n’est qu’une pub sur un secteur de 980 boîtes.
    Trajet, distribution, rémunération, oui je doit coûter cher a l’entreprise.
    Ont ne peu jeter la pierre a chaque fois, ayons un peu de bon sens.

    • Bonjour,

      C’est pour la même raison que notre concurrent sous traite à la Poste, le problème n’est pas de vouloir sous traiter, c’est de savoir comment gérer l’emploi.

  2. Bonour ,vous devez avoir la liste des secteurs concernes et quelles sont les conditions proposees aux distributeurs car le phenomene est entre en vigueur sur ces secteurs sans que les distibuteurs sachent comment ils vont etre defrayer BONNE journee Jean BELLAMY

    • Bonjour,

      Il n’y “aurait” pas de liste… En Bretage, c’est plus simple, ce sont les secteurs désormais numérotés en 7xxx.

      La proposition consisterait a proposer un autre secteur au distributeur, puis une autre activité (préparation, livraison,…) ou de finalement lui laisser le secteur initial.

      Pour le reste, il n’y a pas aujourd’hui de proposition et nous suivons l’évolution de la situation hors bretagne ou des relais ferment et se rassemblent sur un centre principal.

  3. Bonjour, les secteurs 7000 sont sous traiter à la poste ( pas de dates précises), les temps sont modifiés ( à la baisse ) et plus d’ adressés sur ces secteurs. J’ai donc poser quelques questions à mon ROC réponse une nouvelle tache devrait etre proposée aux personnes concernées, mais pas plus d’ informations.

    • Bonjour,

      Effectivement, c’est la situation “bretonne”, les imprimés publicitaires seront sous traités et il n’y a plus de courriers sur ces secteurs.

  4. Bonjour je voudrais savoir si le dépôt de lisieux est concerné a cette fermeture ? Car on ne sait rien

    • Lisieux n’est pas un village… A priori, ce n’est pas dans les priorités.

  5. Bonjour,
    cela veut il dire que certains adjoints basés sur les relais vont etre licenciés

    • Bonjour,

      On enregistre déjà plus de départs que d’embauches sur ces postes.

      Que ce soit sur les relais ou les centres principaux, les besoins en adjoints seront forcément moins forts.

      On se rend compte encore une fois que tout est lié et qu’il est nécessaire de penser collectif, moins de distributeurs, c’est moins d’adjoints, moins de cadres…

  6. Bonsoir les secteurs qui seront sous traité seront les « villages» mais sa sera les villages à combien de kilomètres du dépôt et les villages de combien de boîtes au lettres ? J’espère que sa ne concerne pas tout les villages sans exception car des villages y en a énormément

    • Ça concerne les villages qui n’ont jamais plus de 3 ou 4 documents à distribuer, ce qui fait effectivement un certain nombre.

  7. Bonjour, c’est quand même marrant une démarche auprès de l’autorité de la concurrence pour la sous traitance et l entreprise obtient gain de cause par contre pour l exploitation des salariés, heures de distribution et km non payés et tout un tas d’autres arrangement pour le paiement des heures, le paiement à la tâche pour la préparation des docs, le tout avec de multiples condamnations prud’hommales d’Adrexo depuis de nombreuses années. Rien n’avance sur ces sujets là peut être devriez vous regarder dans le carnet d adresse de nos dirigeants.

  8. Bonjour , j’ai déjà plusieurs secteurs en 7 mille , et je dois m’arrêter quand la badgeuse s’arrête, autant dire que la moitié des secteurs ne sont pas fait , et plus de courrier sur ces secteurs .

  9. Bonjour, une chose que j’aimerai comprendre si adrexo sous-traite à la poste ça reviendra plus cher que de faire travailler un distributeur.

Les commentaires sont fermés.