Aujourd’hui, première réunion N.A.O.

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Ce matin, à Aix en Provence, les organisations syndicales sont (enfin) convoquées à la première réunion de NAO (Négociations Annuelles Obligatoires).

Dans toutes les entreprises ou des organisations syndicales sont présentes, des négociations doivent se tenir chaque année.

En 2020, la direction a décidé de n’ouvrir des négociations qu’en Octobre. Autant dire que c’est plus que symbolique et traduit une volonté de ne rien négocier.

Les négociations portent sur plusieurs thèmes :

  • la rémunération, le temps de travail et le partage de la valeur ajoutée dans l’entreprise articles L. 2242-15 et L. 2242-16 du code du travail,
  •  L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la qualité de vie au travail articles L. 2242-17 à L. 2242-19 du code du travail,
  • les mesures visant à améliorer la mobilité des salariés entre leur lieu de résidence habituelle et leur lieu de travail, notamment en réduisant le coût de la mobilité, en incitant à l’usage des modes de transport vertueux ainsi que par la prise en charge des frais de transport personnel des salariés (nouvelles dispositions applicables depuis le 1er janvier 2020),

Sur ce dernier point, a défaut d’accord, les entreprises doivent élaborer un plan de mobilité employeur sur leurs différents sites dans les conditions prévues au II bis de l’article L. 1214-8-2 du code des transports.

L’entreprise qui considère ses agences comme un lieu d’embauche mais qui considère également le secteur de distribution comme un nouveau lieu d’embauche afin de s’exonérer du paiement des frais de déplacement vers le secteur, devra donc faire face à la prise en compte de ces paramètres.

Pour les distributeurs qui reçoivent les poignées mécanisées et qui doivent pour autant les stocker au domicile ou ajouter des documents non mécanisés au domicile sont également concernés.

  • Tous les trois ans, dans les entreprises d’au moins 300 salariés mentionnées à l’article L. 2242-2 du code du travail, une négociation sur la gestion des emplois et des parcours professionnels (mise en place d’un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences – GPEC -, grandes orientations à trois ans de la formation professionnelle dans l’entreprise et objectifs du plan de formation, déroulement de carrière des salariés exerçant des responsabilités syndicales et exercice de leurs fonctions, etc.). Cette négociation porte précisément sur les thèmes mentionnés aux articles L. 2242-20 et L. 2242-21 du code du travail.

Ce dernier point n’a jamais été évoqué dans une NAO dans l’entreprise.

C’est donc un point qu’il faudra aborder.

Nous rappelons que les NAO imposent à l’entreprise de négocier, mais l’entreprise a volontairement décidé de reculer ces négociations pour 2020, et ce, malgré les demandes de notre organisation syndicale.

Les NAO n’imposent pas la signature d’un accord, mais imposent juste de négocier.

A défaut d’accord, il est rédigé un procès verbal de désaccord qui valide l’organisation des négociation mais prend acte qu’aucun accord n’est possible.

En 2019, même des propositions syndicales n’engageant aucun frais avaient été refusées.

Autant dire que les négociations seront difficiles et qu’il faudra que toutes les organisations pèsent de tout leurs poids pour obtenir des avancées en faveur des salariés.

16 Commentaires

  1. Bonjour quand aurons nous des réponses ?
    Hier je souhaitais savoir si vous allez nous divulguer plus d’informations sur le la liste fermetures relais, chèque cadeau, situation économique, paie du 2 novembre.

    Quid de tout cela ?
    Auront nous des réponses à tout cela ou cherche t’on à nous cacher quelque choses ?

  2. Bonjour, je ne comprend pas trop.
    Les négociations sont obligatoires mais pas de signature d’accord.
    Donc ça sert a quoi ?
    De toute façon Adrexo ne lâchera rien.
    Pour preuve votre exemple de 2019.
    Merci a vous.

    • Bonjour,

      Effectivement, c’est une obligation de négocier, pas de tomber d’accord. C’est par le rapport de force qui va s’installer que la direction cédera ou pas quelque chose.

  3. Bonjour. Il serait peut-être opportun que soit considéré l’indemnité kilométrique sur le trajet réel des publicités dans les véhicules personnels. Personnellement, comme j’effectue mes préparations à domicile je ne “transporte” que trajet “centre domicile” dans une zone 30 km/h et l’algorithme cacule mon indemnité avec une moyenne à 70 km/h. Pour me transporter sur zone je parcoure chaque semaine 73 kms seuls 3 kms sont “payées”. Je me suis laissé dire que c’était “Joséphine Ange Gardien” qui effectue tous ces transports non rémunérés et dont tout le monde se contrefiche. J’ai besoin de ce semblant de complément de salaire, donc je m’écrase. Bonne journée.

    • Bonjour,

      A notre avis, le montant de l’indemnité n’est pas le problème.

      Le problème c’est que les vraies distances soient prises en compte comme vous l’indiquez.

      Le nombre de kilomètres est, globalement, à la moitié de la réalité selon les études que nous avons réalisé sur les dossiers actuellement aux prud’hommes.

      Ce n’est pas une fatalité, il existe des moyens pour proposer des modifications pour les faire intégrer par l’entreprise. N’hésitons à nous contacter pour vous aider.

  4. Visiblement ma précédente réaction n’a pas été validée. Je formule donc différemment pour préciser qu’il serait intéressant que l’indemnité kilométrique soit calculée sur le kilométrage effectué par un véhicule personnel pour transport de la pub jusqu’à la dernière boite distribuée. Ainsi, en ce qui me concerne, l’algorithme mis en place par un quidam assis sur la chaise devant l’ordinateur, j’ai droit à une indemnité kilométrique (trajet centre vers domicile pour préparation des secteurs) pour 3 kms parcourus en 3 mn dans une zone 30. Comprend qui veut ! Moi je m’écrase, on me l’a fait comprendre, car j’ai besoin de ce complément. Heureusement “Joséphine Ange Gardien” transporte miraculeusement et sans frais sur 73 kms chaque semaine, les pubs pour que je puisse délicatement les déposer qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il caille. Je la ferme et je continue à bosser car il n’y a rien à attendre de PERSONNE !!! Si tel était le cas les réunions, envolées littéraires et autres promesses auraient depuis longtemps eu une certaine déficience.

    • Votre commentaire et pertinent et a bien été validé. Nous menons des démarches amiables avec les distributeurs qui le souhaitent pour faire recalculer des distances. N’hésitez pas à nous contacter.

  5. Bonjour j’imagine que vos journées sont chargé c’est temps-ci mais allez vous poster un article aujourd’hui encore pour nous faire part de ce qui ce passe ?

    • Bonjour, merci, et en plus, nous travaillons aussi, comme vous. Mais nous allons faire une synthèse de l’actualité probablement demain.

  6. BONJOUR , Pourriez-vous nous tenir au courant des differents cas prud hommales qui sont sortis recemment MERCI
    Bonne soiree Jean BELLAMY

    • Bonjour,

      Nous pourrons faire une synthèse, et il est déjà possible d’en tirer des conséquences très favorables même si les procédures sont longues et que les Cours d’appel ne sont sont pas encore prononcées.

      Le rythme judiciaire est particulier et nécessite beaucoup de patience.

  7. bonsoir nous travaillons a ADREXO Prouvy nous faisons les postes de 14h a 21h nous voudrions savoir si il nous faut une attestation de l’employeur avec le cachet de l’entreprise pour rentrer chez soi
    apres 21h bien cordialement

    • Bonjour,

      Dans nos métiers, les horaires vont jusqu’à 21 heures et vous devez donc être rentré chez vous à 21 heures, le retour étant un trajet de travail.

Les commentaires sont fermés.