Article du magazine "Challenges" du 28 novembre, décryptage

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Le magazine Challenges, publie dans sa version papier disponible à partir du 28 Novembre en kiosque, un dossier sur l’entreprise.

Le journal commence par citer les éléments d’un rapport d’expertise alarmant, présenté aux élus du C.E. le 19 novembre, puis indique que le ministère des finances, par l’intermédiaire du CIRI, est au chevet de l’entreprise et du groupe.

La banque Rothscild est annoncée comme mandatée pour trouver une solution de financement. Nous apprenons alors qu’un fond australien (Macquarie) “s’est montré intéressé” mais que le fond d’investissement Colony Capital mènerait des discussions “avancées”.

Si Macquarie a une activité de conseil et bancaire. Colony Capital est un fond d’investissement pur et intervient dans le monde entier dans différents domaines.

Il possède de nombreux casinos et chaines hôtelières aux Etats-Unis mais aussi des propriétés vinicoles en France. Ce fond d’investissement a même été propriétaire du club de football PSG. Il dirige la chaîne Buffalo Grill et possédait, jusqu’à 2017, un peu plus de 9% de Carrefour.

Colony Capital est actionnaire dans des domaines très variés et intervient dans des entreprises comme BUT, ACCOR, Stations Casinos. Son siège est à Los Angeles.

Dans l’article du jour, Eric Paumier explique les difficultés actuelles de l’entreprise, par la crise des gilets jaunes “qui a engendré une baisse du marché de 10 %“.

Enfin, Eric PAUMIER explique qu’il rejette toute faute de gestion et indique que “sur les 154 millions d’euros perçus via les soultes et l’emprunt conclu cette année, nous avons consommé 137 millions, dont 30 millions d’investissements.”

Pour nous, ces explications sont insuffisantes. D’abord parceque les difficultés d’Adrexo remontent à 2018, bien avant l’action des gilets jaunes.

Ensuite, parce que nous ne comprenons pas le calcul opéré par Eric PAUMIER, décrit dans l’article.

Si l’entreprise a perçu 154 millions d’euros en soultes et emprunts et consommé 137 millions (dont 30 M€ d’investissements, que nous n’avons d’ailleurs pas vu chez Adrexo), il devrait rester 17 millions.

Or ce n’est pas le cas.

Bien plus, avec le montant des pertes cumulées et affichées sur les bilans 2017 et 2018 de l’entreprise, qui est largement inférieur à 137 Millions, nous comprenons mal comment ils ont pu être consommés.

En fin d’article, le journaliste revient sur le montant des salaires de nos actionnaires et des avantages en nature dont ils bénéficient. Ces révélations peuvent apparaître choquantes lorsqu’on gagne entre 300 et 800 euros par mois, en tant que distributeur de publicité.

En conclusion, tout cela n’est pas de nature à nous rassurer. L’inquiétude demeure. En particulier sur le retournement de l’entreprise, qui doit devenir durablement profitable pour maintenir les emplois, investir et progresser.

Car au delà du financement à court terme, qui permet d’attendre des jours meilleurs, rien n’indique que l’entreprise saura s’autofinancer prochainement, ce qui est un élément essentiel à sa survie

Print Friendly, PDF & Email

14 Commentaires

  1. CHER SYNDICATS
    LE ROC DU DEPOT PUBS ME DIT QUE C EST AMPLIFIER CE QUE VOUS FAITES CONCERNANT LES DIFFICULTés de la societe
    j aimerais plus de details pour les avenirs de nos salaires avec le deplacement a bercy
    recevez mes respectueuses salutations

    • Bonjour, en l’occurrence, pour ce qui est de l’article de presse, nous n’y sommes pour rien.

      Ce n’est pas d’avantage nous qui exagérons les problèmes rencontrés par les agences et les salariés.

      Pour le reste, notre rendez-vous à Bercy ne nous a pas rassuré, ni le rapport de notre expert comptable mais nous espérons l’arrivée d’un investisseur sérieux et puissant.

    • Malheureusement, les données économiques sont confidentielles et nous ne pouvons les détailler.

      Ce serait faire prendre un risque pour l’entreprise et l’emploi car des concurrents ou des personnes mails intentionnées pourraient les utiliser pour nuire à nos intérêts.

      Le but n’est pas de détruire mais de construire durablement.

      Mais sachez que tous nos interlocuteurs maîtrisaient très bien le sujet.

  2. Bonjour, Merci pour toutes ses informations qui sont malheureusement “réalistes”. Nous ne sommes pas dans le monde des bisounours (ça se saurez !). Continuez à nous informer, car nous le “valons bien”, même si cela en dérange certains…

    • Bonjour Madame Courgette,

      Ne vous inquiétez pas, nous ne changerons rien, nous ne pouvons malheureusement pas assez vous informer car des données sont confidentielles et les divulguer pourrait mettre l’entreprise en danger et cela n’arrangerait rien pour elle et surtout mettrait en danger nos emplois.

      Sachez que nous travaillons aussi parfois discrètement sur certains sujets. Par exemple, notre rencontre au ministère date de 15 jours et nous n’avions pas voulu en faire un argument de communication, nous l’avons donc annoncé plus tard, a froid. La direction de l’entreprise le savait, elle a aussi ses espions !

  3. les données dont vous refusez de nous informer sont déjà dans les rédactions de la presse “économique ” …. et quand un journaliste va vouloir en parler , il va se faire une fois de plus “enfumer” par nos 3 communiquants de choc !!!
    mais comme d habitude , étant les premiers concernés nous seront comme d habitude les derniers infirmés et mis au pied du mur (de pôle emploi ) …
    ensuite je souhaite relever votre mauvaise fois évidente concernant les efforts gigantesques fait en matière d investissement chez Adrexo … en effet , rien que sur l année écoulée , notre dépot a recu 3 charriots recyclés tant bien que mal , et une bonne dizaine de tee shit Pages jaunes

    • Oui, ce n’est pas faux… mais la presse prendra ses responsabilités. Nous avons été destinataires de détails que nous ne pouvons communiquer mais vous connaissez l’essentiel de la situation.

      Nous n’avons jamais dit que la direction avait fait des investissements, c’est tout le contraires que nous affirmons depuis 2 ans.

Les commentaires sont fermés.