C.E., encore une entrave !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Lors du comité d’entreprise du 19 novembre à 14 heures, les élus titulaires ont reçu, en début de séance, un dossier de 80 pages, représentant le résultat de l’expertise réalisée dans le cadre du droit d’alerte économique déclenché par le CE.

Les élus suppléants, pourtant présents et les représentants syndicaux, en ont été volontairement privés.

Il a été indiqué qu’ils devaient s’adresser aux titulaires !

C’est ainsi que d’une part, un document qui doit être remis normalement à l’avance aux élus ne l’a été qu’en début de réunion et que d’autre part, une partie des élus ne l’a pas eu du tout.

Évidemment, les élus C.A.T. suppléants relèveront ce délit d’entrave caractérisé en informant le procureur de la république. D’après nos informations, des élus, d’autres organisations syndicales, feront de même.

Comble, il a été tenté une mascarade en fin de séance pour voter, alors que ce n’était pas l’ordre du jour, une motion indiquant que nous n’avions pas tous les éléments pour nous prononcer. Le secrétaire qui ne manque pas d’air mais accuse un sérieux déficit de jugeote, nous étala son incompétence en tentant de nous expliquer l’inexplicable…

Heureusement, des élus ont refusé. Le secrétaire du comité d’entreprise n’est pas à une embrouille près. Sûrement, pour celle-ci, une commande venue de “là-haut”, vu les circonstances…

Le droit d’alerte declenché par le CE reste actif et pourra se poursuivre.

Dans ce cadre, nous avons demandé officiellement à auditionner, très rapidement, les commissaires aux comptes.

Print Friendly, PDF & Email

2 Commentaires

    • Bonjour,

      Nous avons déjà déposé des plaintes pénales et assignés le secrétaire et le trésorier du comité d’entreprise devant les juges, il faut maintenant attendre qu’elle se prononce

Les commentaires sont fermés.