Distributeurs, distributrices, permanents techniques ou commerciaux, un équilibre nécessaire !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Nous l’avons déjà souligné et le réaffirmons, une entreprise a besoin de tous pour fonctionner.

La C.A.T. défend et informe tous les salariés. Qu’ils soient employés, agents de maîtrise, ou cadres, ils composent un ensemble et jouent tous un rôle dans la réussite de l’entreprise.

La majorité des effectifs de l’entreprise est composée d’employé(e)s, principalement des distributeurs et distributrices, ils composent la force opérationnelle d’Adrexo et sont sa richesse.

Ceci pose d’ailleurs question car quand la valeur de l’entreprise est essentiellement constituée par son réseau en région et que ce réseau est aujourd’hui très maltraité, surtout que plus de la moitié des distributeurs change chaque année, il est légitime de s’interroger sur la véritable valeur de ce réseau.

Faire un pari capitalistique sur une coquille quasi-vide est audacieux.

Pour accompagner ces employés de terrain, des équipes techniques gèrent au quotidien l’organisation des centres, tant au niveau opérationnel que social.

Ces équipes sont composées de salariés cadres et non-cadres souvent très investis dans leurs missions.

elles doivent entretenir un équilibre entre les besoins opérationnels de l’entreprise et les possibilités offertes avec les moyens disponibles.

De plus en plus, elles sont formées à la gestion humaine, qui faisait cruellement défaut dans le passé.

Car, ils restent tous des salariés, qu’ils soient employés dans les agences, les directions régionales ou au siège.

L’oublier ou parfois refuser d’y croire peut parfois créer de cruelles désillusions.

Beaucoup ont été rappelés aux réalités lors de leur inscription sur les rangs des demandeurs d’emplois lorsqu’ils avaient oubliés qu’une entreprise qui occupe plus de 17 000 salariés ne peut se gérer sans un minimum de respect de l’humain et de sérieux.

C’est pourquoi nous pensons que chacun, à sa place, peut former un ensemble cohérent et surtout permettant un fonctionnement basé sur un management moderne et à la hauteur de l’enjeu.

Car enjeu, il y a ! Le contexte économique et les besoins de consommations changent et il nous appartient tous, mais également nous, syndicalistes, d’accompagner ces évolutions.

Accompagner, former, informer et défendre sont les valeurs essentielles d’un manager. Bien entendu, il faut aussi sanctionner quand cela est nécessaire mais c’est souvent un constat d’échec.

Aujourd’hui, les managers ont des possibilités qu’ils n’exploitent pas toujours pour faire que le ressenti de leurs équipes dénotent des valeurs positives. Il faut pourtant aujourd’hui aller de l’avant !

Croyez vous que tous les salariés se sentent opprimés chez Adrexo ? Bien sur que non ! Nombreux sont ceux qui s’y sentent bien. Ce sont probablement les plus silencieux, c’est normal. Alors pourquoi ces disparités ?

Sans doute parce que la direction générale autorise des modes de gestion très différents.

Il ne faut pas ignorer non plus qu’il demeure d’importantes difficultés que le dialogue et les moyens offerts aux managers ne peuvent pas toujours régler.

Il reste, dans certains esprits, des méthodes datées qui ne sont plus en phase avec l’entreprise et le contexte économique.

L’époque n’est plus à être “centimier”, l’époque est à être adroit, gestionnaire et agile.

Le besoin est la satisfaction client et plus à une apparente qualité de service qui cache bien des choses.

Les nouveaux marchés ont besoin d’une qualité prouvée et vérifiable, d’une lisibilité claire pour le client avec des moyens modernes, qui permettent d’avoir rapidement leur confiance.

Rester dans un modèle de la distribution de masse est aujourd’hui un choix suicidaire. La prestation a besoin d’être vérifiable dans le détail du terrain. il ne faut plus se contenter de statistiques mais démontrer sa capacité à agir.

Ce sont sur ces fondements que nos équipes commerciales pourront construire.

Eux aussi, sont partie intégrante des équipes.

Aujourd’hui, ils passent beaucoup de temps sur une activité de “pompiers”, bien éloignée du besoin de l’entreprise.

Est ce le rôle d’un cadre commercial que d’aller gérer les dysfonctionnements constatés par des clients et qui sont le fruit de la production générée par les équipes techniques ?

Sans doute pas. Pourtant, ils y sont aujourd’hui contraints, ce qui pèse lourdement sur leurs disponibilités au service du développement.

Dans certaines régions, la mécanisation pèse également lourd sur cette qualité, ce qui génère d’autres fossés entre les salariés qui produisent des poignées et ceux qui, ensuite, les mettent en distribution.

Équipés de machines inadaptées, les uns font ce qu’ils peuvent et les autres subissent.

Tout cela nous ramène à une impérieuse nécessité, celle de faire qu’un équilibre existe entre ces salariés, différents, mais dont l’avenir est étroitement lié.

Pas de permanents sans distributeurs, pas d’entreprise sans personnel.

Soyez toutefois rassurés, nous ne sommes pas naïfs et n’imaginons pas une entreprise sans conflits et sans revendications, mais juste une entreprise avec une volonté commune, celle de maintenir l’emploi de tous et de développer l’activité pour permettre de faciliter l’expression des revendications.

Il faut d’ailleurs noter que les revendications sont toujours plus faciles à porter lorsque les salariés sont unis autours d’un projet, sachant que l’union n’empêche pas la critique constructive.

Dans notre entreprise, il n’y a pas d’autre solution que de mettre en avant l’humain et c’est l’affaire de tous, à chaque niveau !

7 Commentaires

  1. Bonjour
    J’ai une petite question
    Peut ton travailler le lundi de Pentecôte sans que notre salaire parte à l’état pour sois disant le donner au personne âgée?

    • Bonjour,

      Oui, vous pouvez travailler sans difficulté.

      Il n’y a pas de prélèvement sur le salaire des distributeurs chez Adrexo pour la journée de solidarité.

  2. Je suis une distributrice qui se sent bien chez Adrexo depuis 5 ans … ! J’aime cette activité qui me laisse libre de m’organiser comme je le souhaite, sans prise de tête avec des collègues … Alors je sors de mon silence pour le dire !!!

  3. Bonjour le lundi 10 juin étant férié sera t’il payer en plus de notre feuille de route ?
    Et j’avais vu un article sur votre site qui disais que 2 500 badgeuse aller arriver dans tout les centre quand est-ce qu’elle arriverons ? Et est-ce que sont des badgeuse neuve ? Merci d’avance

    • Bonjour,

      Il n’y a pas de majoration pour les jours fériés sauf 1er mai, 25 décembre et 1er Janvier.

      Les badgeuses sont en cours de configuration et devraient être livrées sous quinzaine.

  4. Merci pour les explications sur les réalités et les nécessités d’une entente et une coopération plutôt réussies. J’ai apprécié aussi l’appel au respect mutuel pour apprendre et progresser dans la perspective de la réussite de l’entreprise et par conséquent, des salarié es uni es aussi. Ce qui me fait un peu douter de cet esprit positif est le fait qu’il y a une tendance de mettre la responsabilité ou au moins le fait de subir les conséquences d’une mauvaise gestion ou de mauvaises conditions de travail ( équipement, moyens de protection contre le temps etc. ) sur le dos des salariés, par ex. le report d’une livraison de pubs d’un ou deux jours, bien que sur la FDR, il y a une disponibilité pour lundi et mardi seulement, sans qu’il y ait la “moindre excuse” pour ce préjudice négatif au dépens du / de la salarié e après. Cela fait preuve d’un esprit hiérarchique du 19e siècle et c’est irrespectueux ! Sinon, ça va, pour moi aussi.

    • Vous avez raison, l’entreprise fonctionne sur un système qui n’est plus en phase avec son époque et qui est pourtant entretenu sans être remis en cause, ou si peu !

Les commentaires sont fermés.