La C.A.T. toujours en pointe sur l’humain

La C.A.T. – Adrexo souhaite, depuis toujours, mettre en avant l’humain dans nos métiers où l’intervention manuelle à une place particulièrement importante.

Nous demandons par exemple depuis longtemps que le distributeur soit mis au centre du dispositif Adrexien.

Ce ne serait que justice !

Nous ne demandons pas que les distributeurs dirigent l’entreprise, chacun doit rester à sa place, chacun assure et assume des missions différentes et toutes aussi respectables.

De même, les agents de maîtrise et cadres, aujourd’hui très sollicités, doivent pouvoir être d’avantage consultés, écoutés, et surtout considérés, ce qui n’est pas aujourd’hui toujours ressenti ainsi.

Ils doivent pouvoir se sentir responsables et pouvoir être à la hauteur des enjeux pour engager une nécessaire réforme du mode de management dans l’entreprise.

Dans ce cadre, nous émettons le vœux que la nouvelle direction, qui connait bien le fonctionnement d’entreprise employant de nombreux salariés à temps partiel, place la qualité du management au centre de ses préoccupations.

En fait, nous souhaitons uniquement un traitement juste et équitable.

Nous proposerons que ce critère de qualité des relations sociales et humaines soit pris en compte pour calculer les primes sur objectifs des managers comme c’est déjà le cas sur des critères plus techniques (qualité de distribution, rentabilité,…).

Nous entendons trop souvent que certains managers ont un comportement déplacé, inapproprié, voire outrancier sans que la direction ne prenne le temps d’en chercher l’explication et d’imposer des corrections.

Nous entendons trop souvent que certains managers ne prennent pas le temps d’écouter, d’expliquer et provoquent ainsi des conflits qui auraient pu être évités.

Certains peuvent penser que ce comportement sert les intérêts de l’entreprise alors que c’est tout le contraire. Ce comportement existe dans les agences et aussi dans certaines directions régionales. Il est plus que temps de faire d’Adrexo une vraie entreprise qui communique avec ses salariés.

Ces cas sont peu nombreux et l’essentiel des managers est au niveau avec des attitudes managériales compatibles avec notre époque et les enjeux du moment. Il faut bien reconnaître que l’environnement global de l’entreprise ne les aide pas toujours d’autant que la pression est forte et que le travail est extrêmement prenant.

Nous soutenons ces managers modernes et humains. Ils sont l’avenir de l’entreprise et les équipes qu’ils gèrent apprécient de travailler avec eux.

Les nécessaires évolutions passent évidement par une meilleure formation des cadres et agents de maîtrise sur le sujet des relations sociales et humaines.

Nous constatons également trop souvent des situations inquiétantes en matière de sécurité et de conditions de travail.

Enfin, nous regrettons que ces attitudes génèrent malheureusement des départs de collègues qui seraient restés en poste s’ils avaient obtenu un peu plus de considération.

Cela ne veut pas dire que le manager doit toujours dire oui, mais cela veut simplement dire qu’il doit avoir une réponse, que cette réponse doit être expliquée, que le salarié puisse dialoguer et que le comportement des managers soit professionnel, juste et équitable.

Bref, normal…

Les départs fréquents de nouveaux entrants qui se sentent perdus ou d’anciens salariés qui ne se retrouvent pas dans le fonctionnement d’Adrexo, coûte cher à l’entreprise et n’apporte rien de bon aux managers eux mêmes, qui passe ensuite un temps important à chercher de nouveaux collaborateurs.

L’intérêt de tous converge sur cette notion de respect et d’attitude bienveillante envers tous les salariés. De la direction générale vers les responsables de centre et les directeurs régionaux, des responsables locaux vers les équipes techniques et de distribution.

La C.A.T. sera donc, de nouveau, force de proposition, sur ce thème important de la qualité de vie au travail des cadres, agents de maîtrise, techniciens et salariés distributeurs. Thème sans doute au surplus primordial pour la vie et la survie de l’entreprise.

Toutes ces personnes sont des salariés, ils doivent travailler ensemble, dans un objectif commun et avoir l’envie ! Rien ne sert de monter une catégorie de salariés contre une autre… ensemble, nous sommes toujours plus forts !

8 pensées sur “La C.A.T. toujours en pointe sur l’humain

  • 12 janvier 2019 à 11 11 25 01251
    Permalink

    quelle avenir pour les salariés retraiter chez a drexo de 70 ans

    Répondre
    • 12 janvier 2019 à 11 11 27 01271
      Permalink

      S’ils sont engagés alors qu’ils étaient déjà retraités, ils peuvent travailler tant que le médecin du travail ne l’interdit pas.

      Répondre
  • 12 janvier 2019 à 13 01 37 01371
    Permalink

    quel préavis en cas de départ et peut on ne pas faire son préavis en cas de démission

    Répondre
    • 12 janvier 2019 à 13 01 38 01381
      Permalink

      Le préavis est de 15 jours, il peut ne pas être exécuté avec l’accord de l’employeur.

      Répondre
  • 12 janvier 2019 à 13 01 58 01581
    Permalink

    Merci pour ce rapport très différencié et moderne sous l’angle d’un “jeune” syndicat orienté vers un esprit de coopération à “profit mutuel” entre direction, management et travailleurs – distributeurs, donc moderne.

    Je constate que, dans mon dépôt, cette “mentalité moderne” de rapports plutôt souples et réceptifs entre “supérieurs” et “subalternes” est presque sur un niveau de réalisation. Ce constat est dû peut – être au fait que le personnel “dirigeant” dans notre dépôt et la “direction dans la centrale régionale” sont assez jeunes et peut – être ont – ils été formés dans ce sens ou qu’il disposent déjà de cette “mentalité” qui est peut – être plus typique pour la jeune génération de notre temps ?

    Un bon début de l’année 2019 donc, si je peux dire, dans un sens moderne…

    Répondre
  • 17 janvier 2019 à 19 07 30 01301
    Permalink

    tout à fait d’accord avec vous . le jour ou l’on nous expliquera le fonctionnement de l’entreprise , les changements , et le jour ou le téléphone , les ordinateurs , et tablettes marcheront , alors j’aurais un peu plus d’entrain à aller bosser .
    cette semaine j’ai cassé ma badgeuse … réponse : on en a plein en stock , mais aucunes ne fonctionnent . c’est vous qui avez cassé votre instrument de travail donc … débrouillez vous sans .conclusion , c’est tout benef pour l’entreprise qui ne me payera que le temps de référence qui est un peu loin de mon temps badgé . sans parler des kilomètres qui est encore un vaste sujet . quand j’ai lu l’article sorti dans les échos je suis restée sans voix !!!! il est certain que distribuer le courrier en même temps que les pubs çà ne leur coute pas grand chose tout comme la concurrence qui fait distribuer les pubs par les facteurs sur leur temps de travail ….

    Répondre
    • 17 janvier 2019 à 19 07 50 01501
      Permalink

      Vous avez raison, la stratégie de mutualisation des publicités et courriers et commune aux deux entreprises.

      Cependant, dans le cas d’Adrexo, la distribution publicitaire, à elle seule, n’est plus rentable, il est donc indispensable de recourir à de nouvelles activités complémentaires afin de payer les coûts de distribution.

      Demain, ces deux activités et peut être d’autres, n’iront pas l’une sans l’autre. C’est une question de survie de l’entreprise.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *