Plis électoraux : la distribution du bout du monde

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Le vent de folie médiatique qui a accompagné la médiocre prestation de la distribution des plis électoraux, ne doit pas faire oublier la réalité.

Tout le monde s’en est mêlé. Chaînes TV, radios, journaux de tout poil, députés, sénateurs, ministres, secrétaires d’état… Il n’y a que le bon dieu et ses saints qui ne soient pas intervenus.

Quoique !

Beaucoup d’interrogations sur l’organisation générale. Avec pour les uns une erreur de stratégie pour ce qui concerne la mise en place d’intérimaires inexpérimentés en la matière et pour les autres les manquements du routeur en terme de délais de livraison.

Il y en a même qui se demandaient où étaient ces fameux intérimaires lâchés précipitamment, dans la nature.

Il est vrai que certains de ces collaborateurs éphémères ne revinrent jamais à leur agence de rattachement, d’autres abandonnèrent avant même d’avoir commencé. Un beau foutoir teinté d’incertitudes dont nous serions incapables d’en faire l’inventaire.

Néanmoins, le ciel en est témoin, nous avons pu localiser un de ces distributeurs occasionnels qui tentait de se repérer dans un petit village de Touraine qui borde le Cheret ses eaux calmes.

Le genre de village anonyme avec son église, sa mairie et un charmant restaurant très réputé, devant lequel notre intérimaire chargé de plis électoraux passa nonchalamment, qui se nomme “Le bout du monde” !

On en avait trouvé au moins un, qui aurait pu être au Summer Zoo Festival, et bien non, il était là, perdu dans la campagne tourangelle !

Et oui, du bout du monde gastronomique à la fin du monde électoral, il n’y a que quelques pas…

Print Friendly, PDF & Email

6 Commentaires

  1. Bonjour, je pense que tout distributeur a eu des “bouts du monde” car dans la campagne pas beaucoup de noms de rues pas beaucoup de n° car les habitants préfèrent nommer leur habitation comme ils le souhaitent et donner un nom de rue ou de lieux dits parfois datant de mathusalem (malgré l’obligation pour les communes me semble-t-il depuis quelques années de fixer des adresses correctes). La rapidité à laquelle il fallait distribuer ne permettait pas de regarder les restaurants ni de s’y arreter.

  2. J’ai fais parti de ces distributeurs et effectivement une organisation bien compliquée et qui continue. En effet, j’attends toujours d’être payée de 30h et 327km suite à des problèmes de badgeuse ainsi que d’erreur entre la fiche de route et les envelopes que je possèdais réellement en mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*