Salariés en missions à rallonge, distributeurs payés au lance pierre pour la manutention, C’est aussi ça, Adrexo

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

L’intérim, vous connaissez ?

Il y a mieux, Adrexo poursuit l’utilisation de l’intérim aléatoire.

Dans de nombreux dépôts, des « petites mains » travaillent à la manutention et à la préparation des chariots ou des palettes mais également au tri des courriers…

Ces petites mains sont généralement distributeurs puis complètent par des heures payées sur des bases assez nébuleuses puisqu’elles sont données au bon vouloir des uns ou des autres et d’une durée extrêmement variables selon les semaines.

Malgré un accord de l’entreprise, ces heures qui devraient permettre une revalorisation de la classification du salarié, ne génère plus rien.

Comment peut on organiser sa vie quand on ne sait pas combien de temps on va travailler ?

Comment peut on avoir un autre emploi quand il faut attendre une hypothétique activité après sa distribution ?

C’est l’intérim en pire !

Question paiement, la encore, c’est la foire à l’astuce.

La solution normale s’appelle « SFD », Salaire et Frais Divers, une ligne de crédit accordée aux agences et limitées en fonction du volume d’activité prévue.

Mais cette attribution est souvent trop faible et c’est la qu’apparaissent un certain nombre d’astuces divers et variées qui permettent de contourner l’obstacle.

Allez voir un banquier avec ça pour négocier l’octroi d’un crédit et vous êtes certain de l’affoler et de le quitter sans votre argent !

Ce texte décrit un monde d’intérimaires by Adrexo, sans avoir recours à l’intérim, et pour moins cher.

D’autres, déjà évoqués ici, sont en « mission » avec un avenant temporaire, pour remplacer un salarié ou renforcer une équipe mais qui s’éternise dans le temps alors que le motif initial n’existe plus.

La encore, le salarié dépend d’un avenant renouvelé ou pas, et ne peut organiser sa vie ou mener un projet personnel.

11 Commentaires

  1. Bonjour, et bien une fois terminer ils vont voir leurs responsables et se mettent d’accord sur le nombre d’heures travailler le jour-même.
    Documents et signatures a l’appuie.

  2. Bonjour. Il m’est arrivé de faire des compléments de salaire avec les SFD. Dans le dépôt ou je travaille, ce type de prestations supplémentaires générées un nombre d’heure qui étaient quantifiés en accord avec le manager. J’ai parfois dépassé ces heures mais à chaque fois elles furent régularisées. Si cela n’avait pas été le cas, j’aurais refusé de faire ces prestations supplémentaires. Cela n’à jamais été un obstacle à l’organisation de ma vie. Et je n’étais pas à la recherche d’un second emploi car je perçois une pension de retraite. Quand on vous propose ces prestations supplementaires qui sont l’équivalent d’une tournée en distribution,si l’accord passé entre le distributeur et le manager est honnête, ça ne se refuse pas. Bonne journée.

    • Dans votre cas, avec une vie active déjà passée, c’est effectivement un bon moyen mais imaginez la même chose au début de votre vie de salarié, le problème aurait été lié à la régularité des salaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*