Evolution de la doctrine économique du gouvernement post Covid

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

La crise sanitaire, qui n’est d’ailleurs pas terminée, a pu mettre en évidence des lacunes dans le modèle économique de la France.

Le gouvernement, auparavant passionné par les secteurs des services cherche aujourd’hui à relocaliser des activités de production.

La ministre déléguée auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé de l’industrie, Agnes Pannier-Runacher, déjà présente dans le gouvernement “Philippe” entend faire évoluer la politique du gouvernement.

Dans une interview parue dans le magazine “Capital”, elle indique :

Nous n’arriverons à produire de manière durable en France qu’en investissant massivement dans les secteurs émergents. Pour cela, nous devons accélérer la croissance des entreprises innovantes pour que, lorsqu’elles passent au stade industriel, elles le fassent en installant leurs usines en France. Cela exige de concentrer nos moyens dans les domaines où nous pouvons devenir leader comme dans l’agriculture de précision, les biothérapies, la décarbonation de l’industrie, l’hydrogène, les nouveaux matériaux composites ou encore la cybersécurité.

Il faut aussi aider nos PME à basculer dans l’usine du futur. Enfin, à l’échelle de l’Europe, nous plaidons pour une plus grande symétrie de traitement, notamment dans le contrôle des aides publiques et dans la prise en compte des performances environnementales, entre nos entreprises et les groupes extra-européens.”

Ces paroles ont un raisonnement particulier quand on sait que cette ministre est très au fait des problèmes de notre entreprise.

Elle milite activement pour une reconquête industrielle dans des secteurs comme la pharmacie où notre dépendance à la Chine pose aujourd’hui une vraie difficulté. Avec 110 Milliards investis dans l’accompagnement des entreprises, l’état entend soutenir “l’investissement dans l’innovation et la formation aux métiers de demain“.

Même si Agnes Pannier-Runacher se défend d’avoir attendu le Covid pour s’atteler à cette tache, il est clair que le virus a provoqué un electro-choc avec des difficultés pour trouver les équipements de protection, pourtant indispensables mais que la demande mondiale a totalement rendu indisponibles.

Ces déclarations sont à mettre en parallèle avec une nouvelle offensive contre la publicité papier, menée sous forme d’une proposition de loi déposée à l’assemblée nationale, qui vise à modifier les règles de distribution.

Actuellement, un autocollant “stop pub” permet de ne pas en recevoir mais des députés souhaitent inverser les choses en faisant apposer un autocollant “Oui-pub” sur les boites souhaitant en recevoir.

L’absence d’auto-collant signifierait donc le refus. Il est tout à fait clair que l’adoption d’une telle loi, déjà une fois écartée en 2018/2019, sonnerait la fin de l’activité de distribution de prospectus.

Cette activité, qui, nous le savons, décline progressivement, pourra donc probablement s’éteindre progressivement et de mort naturelle, sans que la loi ne vienne accélérer le processus et tuer des emplois qui peuvent encore subsister quelques années.

La période, et les pertes d’emplois qui s’annoncent, n’est pas tout à fait propice à faire des sacrifices volontaires mais plutôt de les subir. Il est fort probable que le gouvernement ne retienne pas la proposition parlementaire et préfère y privilégier d’autres urgences économiques…

4 Commentaires

  1. Ils vont même faire dessiner par des enfants des stop pub dans le cadre scolaire je croyais pourtant que de faire travailler les enfants était interdit
    Pourquoi ne pas leur dire que leur tennis sont fabriqués en Chine par des enfants de leur âge et que le bateau qui les a apporté à une empreinte carbone supérieure à toutes les voitures circulent en France
    C’est vraiment l’écologie a géométrie variable

  2. Ce n’est pas le papier qui est anti-écologique car il est recyclable ad vitam aeternam. Il faudrait réfléchir sur les politiques natalistes et leur conséquence écologique. Nous sommes déjà trop sur la Terre et en rajouter ne fait qu’empirer le problème élémentaire de la baignoire qui se remplit alors que l’évacuation se bouche progressivement. Elle finira par déborder ! Diminuer l’entrée ou augmenter la sortie ? Dilemme de l’écologie !!!
    Le papier … De l’enfumage !… Écologique ‘à bon compte’. ‘L’arbre qui cache la forêt.’

  3. Bonjour,
    Est-ce vrai que l’activité va reprendre au centre de Villeneuve D’Ascq suite à la dècontanimation de l’entrepôt vendredi ?

Les commentaires sont fermés.