Nouvelle ministre du travail, quels changements ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Muriel Penicaud s’en est allée sans, heureusement pourra t on dire, laisser une loi portant son nom comme avait pu le faire Myriam El’Khomeri au ministère du travail.

Pour les salariés que nous sommes, le ou la ministre du travail a une importance capitale, impulsant des réformes importantes. On se souvient de celles qui portent le nom de Rebsamen, ou El’khomri dont on ne peut pas dire qu’elles étaient très favorables aux salariés.

A l’aube d’une nouvelle réforme des retraites, et devant une situation économique qui s’annonce tendue, il fallait installer quelqu’un qui sait se faire entendre et respecter.

Le choix s’est portée vers une femme, et c’est tout un symbole dans un secteur où l’égalité est loin d’être acquise : Elisabeth Borne.

Et cette femme, connaît à la fois le monde du travail et celui des méandres administratifs, comme sa prédécesseure passée par Dassault aviation et Danone avant d’intégrer des pôles étatiques comme la SNCF ou Aéroport de Paris.

Toutefois, Elisabeth Borne est d’abord devenue haut fonctionnaire avant de présider la RATP.

Précédemment, elle a occupé des postes à Sonacotra, SNCF ou Eiffage.

Elle a aussi longtemps été une militante politique, proche du Parti socialiste, puis préfète de Poitou-Charentes en 2013, et directrice de cabinet de Ségolène Royal alors ministre de l’écologie.

Aujourd’hui elle annonce que sa priorité sera l’emploi des jeunes. Elle séduit les organisations syndicales par un discours clair et en renvoyant les réformes des retraites et de l’assurance chômage à 2021.

Nul doute en effet que la crise économique qui se profile pour les mois à venir devrait l’occuper à plein temps.

Elle aura, conjointement avec le ministre de l’économie, Bruno Lemaire, à mener un travail de soutien aux entreprises qui peuvent subsister durablement et créer ou maintenir les emplois.

Au moins pour cette période, nous n’avons pas à nous attendre à une nouvelle démolition en règle du code du travail et des acquis sociaux… et à l’apparition de nouvelles réformes imposées dans la douleur.

4 Commentaires

Les commentaires sont fermés.