L’action syndicale traditionnelle à la ramasse mais à la gamelle également

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

L’urgentiste Patrick Pelloux a déploré lundi 13 juillet 2020 des “négociations de couloirs” après la signature des accords du Ségur de la santé.

Sept semaines après le lancement du “Ségur de la santé”, gouvernement et syndicats majoritaires ont signé ce lundi une série d’accords à 8 milliards d’euros pour les personnels hospitaliers. Ces accords ont été qualifiés “d’historiques” par le Premier ministre Jean Castex. Mais ils ne sont pas du goût de tous. Ce lundi sur une radio d’info en continu, Patrick Pelloux, le président de l’Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF), a critiqué des syndicats : “J’applaudis les syndicats qui ont réussi à faire des magouilles dans le dos des autres et qui ont réussi à s’arranger. C’est la France des clans, c’est la France des potentats, c’est la France qui fait croire que c’est un accord majoritaire alors que ça ne l’est pas. Ce sont des négociations de couloirs.” 

Ce constat ou cette découverte de la part de ce célèbre médecin est sans appel. Il ajoute, outre l’immense déception qu’il exprime : “Que ce sont toujours les mêmes qui depuis 30 ans signent les accords et qui font “un truc à l’envers”.

Il regrette également la promesse, qui avait été faite d’un nouveau monde, d’une une modernité, un ‘quoi qu’il en coûte’… Pourtant, il déplore le retour du “monde d’avant en pire”. 

Il ajoute : “Concernant les urgences, il n’y a aucun progrès (…) Il n’y a rien sur les gardes, il n’y a rien sur la permanence de soins, il n’y a rien sur la valorisation du temps additionnel, c’est-à-dire des heures supplémentaires. Là, dans le Ségur, il n’y a aucun moratoire. On va continuer la fermeture des hôpitaux et ça, je trouve vraiment que ce n’est pas bien ce qu’ils font”…

Oui, tout ça grâce à la complicité des syndicats représentatifs au niveau national et interprofessionnel.

Un sujet qui porte sur la santé et les acteurs des métiers de la santé est prioritaire, pourtant les pontes des grosses écuries syndicales ne s’en préoccupent pas. Ou très peu !

En tout cas, assez pour mettre la profession en colère !

Ceci illustre exactement le même fonctionnement de ces imposteurs syndicaux dans quasiment toutes les entreprises ou institutions françaises..

D’ailleurs, nous avons connu ça chez Adrexo, lorsque nos “collègues syndiqués” ont signé une convention collective qui n’a eu de cesse d’appauvrir les distributeur(rice)s.

Et pourtant, il y a eu près de dix années de négociations !!!

Lors de la signature de cette convention collective indigne, la direction était aux anges et a sûrement dû récompenser les plus conciliant(e)s, n’en doutons pas !

Nous vous racontons ce coup de gueule de ce médecin parce qu’e c’est symptomatique du fonctionnement des grandes centrales syndicales qui, “en vrai”, ne se préoccupent uniquement que de leurs intérêts financiers qui tournent principalement autour de la manne économique de l’état.

Ne pas mordre la main qui vous nourrit et faire le beau devant les maîtres. La seule consigne syndicale !

On connait ça, on a les même à dans l’entreprise…

La C.A.T. n’est pas financée par l’état, elle est autonome et indépendante. Seules ses valeurs comptent afin de vous défendre dans le respect de votre dignité.

De part notre engagement et notre transparence, nous sommes les garants de vos intérêts !

Print Friendly, PDF & Email

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*