Recensement des agences dépourvues de point d’eau, les “gagnants” sont :

Voici le podium des agences qui ne disposent pas de point d’eau.

Ce n’est pas une blague, il existe donc encore, aujourd’hui, des lieux de travail sans eau dans l’entreprise !

Voici les 3 noms des tristes vainqueurs les plus cités par vos réponses à notre questionnaire :

Dans l’ordre des plus cités :

n°1 – Dieppe (76),

n°2 – Lisieux (14),

n°3 – Pontivy (56),

Suivent : Cognac (16), Vire (14), Neufchatel en Bray (76), Forbach (57), Chateaudun (28),

Mais également : St Nazaire (44) inaccessibles et non entretenus …

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces locaux ouverts aux distributeurs ne disposent pas ou plus d’eau courante et donc pas plus de toilettes.

Certains ne disposent pas d’avantage de moyens de lutte contre l’incendie, de tableaux d’affichage pour l’information des salariés…

Ce sont souvent des relais, mais qui peuvent être implantés dans des villes importantes, et qui sont passés sous les radars des services de contrôle et des élus du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

Rappelons que l’employeur doit fournir au moins un lavabo avec eau potable (Articles R.4228-1 et suivants du code du travail) à température réglable et équipé de savon pour le lavage des mains ainsi que des essuie-main à usage unique ou d’un moyen de séchage électrique.

Les toilettes sont également, bien entendu, obligatoires. L’employeur doit en faire assurer l’entretien régulier.

Cet article est écrit en mai 2020 !

Il va de soit qu’avec les circonstances sanitaires actuelles, ce manque devient encore plus pénalisant pour les salariés qui devront se passer d’un lavage des mains après avoir chargé leurs véhicules.

Print Friendly, PDF & Email

En savoir plus sur Syndicat C.A.T. Milee (ADREXO)

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

29 Commentaires

  1. Bonjour donc à moins que je me trompe c’est lieux sont impropres à recevoir du personnel et doivent être fermés que compter vous faire pour protéger nos malheureux collègues pour obliger adrexo à faire ce qui est un simple devoir d’hygiène à la base merci pour nos collègues à qui nous pouvons adresser tout nos encouragements

    • Bonjour,

      Les représentants du personnel ne peuvent imposer la fermeture mais peuvent demander des aménagements.

      Ils peuvent aussi saisir les services de contrôle.

  2. Agence de vire.pas de toilette.pas de robinet d’eau.es sa vas rouvrir.sais une bonne blague

  3. Bien dans ce cas faites le et sans tarder merci pour eux comptons sur vous

    • Si je peux vous faire une confidence…, c’est déjà fait…

  4. Vous avez oublier eure et loir a Châteaudun 28200 ,c’est un garage.

  5. dans ces cas là, vos juristes ne peuvent pas préparer pour les salariés concernés un courrier type pour l exercice du droit de retrait .
    puis ensuite saisir la justice en refere comme chez Amazone pour faire fermer les centres en question ???

    • C’est un peu plus compliqué puisque la simple absence d’eau, surtout si on s’est accommodé pendant des mois ou des années, n’est pas une cause suffisante pour exercer un droit de retrait qui sera ensuite validé.

      En revanche, les services de contrôle, eux, ont le pouvoir de mettre en demeure l’entreprise, de dresser procès verbal, et aussi de délivrer des injonctions qui sont très coûteuses puisqu’elles s’appliquent jusqu’à ce que la situation soit réglée.

      • sauf que les services de contrôle vont surement pas bouger si personne fait rien !!! déjà qu ils ont des consignes de pas faire de vagues …
        en ce qui concerne le droit de retrait , dans la situation actuelle (et deja si y a même pas d’eau , faut pas demander le reste !!!!) cela met de facon grave , imminente et certaine la santé des salariés en danger …. si vous avez reperé les centres concernés, il suffit de mandater un huissier pour faire constater les infractions si l inspection du T veut pas se déplacer … il reste 3 semaines pour bouger ..
        et enfin , pour le fait qu il n y a pas d eau depuis mathusalem, n importe quel juriste vous indiquera que adrexo ne peut se prevaloir de sa propre turpitude … s il refuse le droit de retrait , ils ont des chances au prudhomme évaluées a 0.00001/1000

        • Pas tout à fait, grave sans doute mais pas imminente… Or, les conditions doivent se cumuler.

          Un huissier n’aura aucun effet, nous transmettrons à l’entreprise qui le sait déjà et si un service de contrôle ne veut rien faire, il ne ferons pas plus avec un constat.

          Ce type de retrait a déjà donné lieu à un vaste jurisprudence, ce n’est pas la solution.

          Pour autant, les services de contrôle peuvent être saisies et de manière officielle en engageant leur responsabilité. Nous avons pour cela différents canaux qui sont ou vont être actionnés, c’est tout l’intérêt d’associer les salariés pour avoir les bonnes informations en les rendre acteur d’une situation qui n’a que trop durée.

  6. Bonjour
    Mettez votre liste à jour
    Au TERNOIS IL Y A DEUX COINS TOILETTES ET DEUX LAVABOS

    • Bonjour, st Nazaire dispose de deux wc et de deux lavabos. Ils sont en panne?

  7. Bonjour, sérieux je n’est pas de mots.
    Comment cela peut encore exciter.
    Comment nous collègues n’ont rien fait ?
    Ils serait bien de voir pour faire intervenir les services d’hygiènes pour résoudre ça.

    • Bonjour,

      Oui, ça peut paraître surprenant, parfois, ce sont des relais, les distributeurs y passent rapidement mais il y a aussi une ou deux personnes qui les reçoivent.

      Ce n’est même plus question d’hygiène quand il n’y a rien, c’est juste une question de respect.

  8. Ils sont bougés de crasse et les toilettes n’en parlons pas
    Inaccessible pour nous les distributeurs c’est compliques

    • Ok, merci de l’information, nous allons faire le nécessaire.

  9. Bonsoir
    Pour info sur le relais de Pontivy il y a un point d’eau et un toilette.
    Certes Il faut traverser le dépôt pour aller dans le bâtiment contigu.
    Le relais est ouvert le Vendredi matin de 8H00 à 11h45.
    De nouvelles dispositions vont être mise en place suite à cette épidémie.

    • Effectivement, mais l’accès est subordonné à l’acceptation du voisin qui peut parfois, quand ses loyers ne lui sont pas payés, être assez peu tolérant.

      • Ce n’est pas faux,mais à part un blocage de la porte contigu il y a quelques mois,le proprietaire ne pose pas de véto à l’access des des toilettes.
        Malgré le fait que son local qui est un relais cdiscount contiens des objets de grande valeurs…..

        • C’est sur.

          Cette situation est possible parcequ’Adrexo n’a pas prévu de notifier sur le bail que cet accès aux toilettes est possible.

          Ne pas y penser dénote un manque d’attention sur la situation des salariés qui vont travailler sur place.

          Il aurait pu aussi être financé un point d’eau sans le local avec un coin toilettes.

  10. Bonjour

    Bon, si ça peut relativiser un peu, sur Terre, plus de 800 millions d’êtres humains n’ont pas un point d’accès à l’eau potable ?! et on déplore presque 2 000 décès à cause de l’eau non potable chaque jour !!! (sources Worldometers)

    sinon, revenons au sujet de l’article, certains dépôts d’Adrexo sont des annexes d’un dépôt principal, même s’il n’y a pas un point d’eau, pour le distributeur que je suis j’y passe à peine 1h30 par semaine dans ce dépôt, donc, je ne suis pas trop pénalisé !
    ensuite, la fermeture d’un dépôt à cause d’une non conformité par manque de point d’eau provoquerait une pénalisation pour les distributeurs qui habitent pas très loin, imaginez si les distributeurs devaient faire 30 ou 50 kms de plus juste pour aller dans un dépôt dit “conforme” ?! quand on sait sur quelle base sont remboursés nos indemnités kilométriques, je pense qu’on l’aurait amère ! non ?

    • Bonjour,

      Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas de faire fermer un relais, mais il faut aussi que l’entreprise soit consciente que des personnes travaillent dans ces conditions car il y a les distributeurs qui passent et des permanents qui restent pendant toute la période d’ouverture.

      L’entreprise ne pourrait pas se permettre de payer 30 ou 50 kilomètres à chaque distributeur concerné, ça coûterait en quelques semaines, plus cher que d’installer un point d’eau !

      Vous comprendrez qu’une organisation syndicale ne peut accepter ces situations d’autant qu’au delà de l’absence d’eau, il n’y a souvent aucun extincteur, aucun moyen de prévention, aucun affichage, et parfois même des risques avérés.

      Ces manques participent à une vision globale de l’entreprise qui doit être, de manière générale, plus respectueuse de ses salariés.

Les commentaires sont fermés.