Quelques témoignages du réseau

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Ce matin, nous avons pu recueillir quelques témoignages (par téléphone) de quelques exemples d’activités sur le réseau Adrexo.

Didier, sous traitant de Colis Privé, vient chercher ses colis du jour au centre Adrexo.

Il va ensuite les trier sur place et les livrer.

Il nous indique que les volumes sont stables pour lui et que les livraisons se passent bien pour l’essentiel.

“Il y les livraisons en boites, la majorité, et la, c’est comme d’habitude.

Lorsque nous rencontrons les destinataires, certains indiquent que la livraison pouvait attendre mais sont contents de nous voir et une minorité n’accepte pas facilement d’être livrée mais dans l’ensemble, les gens sont sympas.”

Paul, est livreur de colis dans le centre ouest de la France, il travaille pour Adrexo comme chauffeur livreur et fait sensiblement le même constat.

De plus, il précise qu’il n’est pas très rassuré de travailler dans ces conditions.

“Dans le centre ou je suis, il y a toujours des gants, du savon, et des essuies mains jetables. D’habitude, les gants sont destinés aux distributeurs de publicités mais le responsable a basculé le stock pour nous.

“Nous avons du gel hydroalcoolique au dépôt mais pas encore dans les voitures, c’est un peu compliqué à gérer”.

Gérard est cadre dans une agence Adrexo de l’ouest de la France :

“Le travail est au ralenti, je viens le matin pour vider le camion des colis puisqu’il n’y a pas d’autre cariste présents sur le site en ce moment.

Après, c’est le traitement des urgences sur site, la récupération du courrier, quelques scan à faire et je pars télé travailler depuis mon domicile.

Il faut positiver, le temps non utilisé sert à se mettre à jour de quelques taches qui sont parfois difficiles à mener en période d’activité normale. Je prépare des plans pour la prochaine mise à jour par exemple et j’appelle des distributeurs pour maintenir un lien.”

Roger, lui est distributeur de publicité et voudrait bien travailler mais l’arrêt brutal l’a freiné mardi.

“Nous n’avons plus de publicités à distribuer et je le regrette, seul, sans contact, nous n’avions pas de risque, mais je comprends qu’il faille éviter de se déplacer le plus possible.

J’ai appelé mon responsable qui nous avait informé mardi de l’arrêt du travail, mais il n’y a pas de date de reprise précise”.

Pour Marc, distributeur de nord de la France, c’est un peu différent, il est chez lui est infecté par le coronavirus.

“J’ai ressenti les premiers signes jeudi soir, j’étais fatigué et un peu bizarre. J’ai vraiment été malade dans la journée de dimanche avec de la fièvre et surtout des courbatures assez douloureuses.

J’ai vu mon médecin lundi et je suis traité à mon domicile.

Aujourd’hui, j’ai toujours de la fièvre mais les courbatures sont moins douloureuses et je dors beaucoup.

Je suis globalement en bonne santé. Mon médecin m’annonce une guérison pour la fin de la semaine prochaine.

J’ai prévenu mon responsable et je reste chez moi en respectant les consignes de mon médecin. J’avoue avoir eu un peu peur au départ mais je n’ai pas le choix et je suis très bien suivi”.

NDLR : nous avons changé les prénoms des témoins par discrétion.

2 Commentaires

  1. confiné à domicile je m’inquiete de la situation et me pose aussi la question des salaires et des conséquences à venir pour les familles,courage à tous et patience,respectons les règles de sécurité.

Les commentaires sont fermés.