Au secours, le ciblage revient !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Ce qui est bien avec Adrexo, c’est qu’à faire et défaire, il est difficile de s’ennuyer !

En 2019, nous avions pu convaincre la direction générale de simplifier le ciblage.

Pour 2020, Rétropédalage !

D’abord parce que c’est impossible à transcrire correctement sur le terrain Il faudrait des chariots à 5 rangées pour mettre toutes les combinaisons de documents (Les villas, les résidences, les HLM, les “autres” et les toutes boîtes).

L’entreprise n’est déjà pas capable de fournir un chariot ordinaire, n’imaginons pas un équipement compatible.

Ensuite parce que vouloir faire la différence entre une résidence et un HLM relève parfois de l’enquête policière. Les nouveaux logements sont en effet d’un niveau de qualité très proche.

Et si on parle de grands ensembles, ils sont souvent sur des secteurs précis et peuvent être écartés simplement en n’incluant pas le secteur concerné dans la zone de distribution.

La cerise sur le prospectus, c’est un référentiel très confus sur ce chapitre et surtout des incohérences entre les catégories V (Villas) et A (autres).

Cette mesure consiste donc clairement à vouloir installer un systèmû commercial pur, qui ne sera pas ou peu traduit sur le terrain.

Ce qui est sur, c’est que cela va singulièrement compliquer la lecture des feuilles de route et notre travail sur le terrain.

Imaginez le client DUPONT qu’il ne faudrait pas distribuer en Résidence, Villa et autre (RVA sans HLM donc), le client DURAND en Villa et Autre (VA) et le client MARTIN qu’il ne faudra mettre qu’en Villa (V) et ainsi de suite. Tout cela la même semaine. Il ne faut pas être très malin pour penser que cela va bien se passer sur le terrain !

Quand on sait que le client devrait payer pour ce service, les commerciaux vont souffrir pour expliquer comment c’est possible et surtout pourquoi cela n’a pas été fait. Cela ne fonctionnait pas avant, cela ne changera pas demain, c’est sur.

La direction commerciale d’Adrexo ne sait plus quoi faire pour expliquer qu’elle n’arrive pas à séduire les clients. Il fallait trouver une excuse, c’est la faute du ciblage !!

Le concurrent, lui, a tranché, c’est soit un immeuble, soit une maison. Beaucoup plus logique !

Pour tenter d’offrir un service présentant “un avantage concurrentiel”, il est, une nouvelle fois, mis en place des solutions primaires, qui vont mettre en danger tous les clients. Désorganiser le travail de préparation, y compris et surtout sur les zones mécanisées où la qualité est déjà très dégradée, tout cela pour finalement constater un échec.

A force de prendre les clients pour des demeurés, on va passer pour des escrocs sans aucun effort. On est mal patron, on est mal…

6 Commentaires

  1. Depuis bien longtemps les distributeurs ne font cas du ciblage car c’est impossible à réaliser vu le matériel dont nous disposons. le problème c’est lorsque nous avons 2 poignées la 2e poignée
    d’un ciblage différent contient des documents de la première on distribue parfois certains mêmes documents.

    Si il y a un ou plusieurs rajout, de nombreux adressés, le vent, la pluie etc…… vous aurez tout compris sur la qualité de la distribution!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Bonjour pour ma part ça fait 30 ans que je suis distributeur chez adrexo et je n’ai jamais une seule fois tenu compte du ciblage pour la simple raison que vous évoquez impossible de mettre en place en distribution et je n’ai jamais eu de retour de quiconque

  3. Pffffff ! V’là autre chose ! Brainstorming ! 🙂

    Bonne journée tout de même !

  4. Bonjour
    Me concernant c’est pas trop compliqué, sur mes 3 secteurs parfois un 4ème, j’ai une moyenne de 1600 à 1700 boites à distribuer, mais comme au dépôt on est tellement “généreux” avec moi, les préparateurs chargent mes palettes à hauteur de 2000 à 2400 imprimés, (mon record une fois c’était 10 paquets de 100 prospectus en trop, et quand j’ai ramené le surplus au dépôt, mon responsable n’avait pas trop apprécié) et pour presque tous les dépliants publicitaires c’est pareil, alors moi en retour je charge les BALs sans distinction …. et personne ne me dit rien !!!
    Remarquez au passage, l’annonceur qui veut que ses prospectus soient donnés à tel endroit et pas ailleurs, s’il apprend que son annonce est diffusée partout, ça m’étonnerais qu’il se plaigne …. au contraire !

  5. Voila comment compliquer un peu plus le travail du distributeur. Et comme le matériel qui devrait être fourni au distributeur de fait de plus en plus rare, que la badgeuse est parfois capricieuse avec le réseau, que le courrier comporte des numérotations un peu farfelues, il ne faut pas s’étonner que ça en décourage plus d’un et que le turn over qui est déjà important augmentera un peu plus. Dans notre société, c’est à croire qu’il existe un challenge pour celui qui aura la plus mauvaise idée, celle qui au lieu de simplifier la tache du distributeur, la compliquera de façon à ce que la qualité ne soit plus au rendez vous. Il y a vraiment beaucoup de petits génies (sans bouillir) dans cette entreprise…

Les commentaires sont fermés.