Ils aimeraient tellement nous faire taire…!!!

Depuis plusieurs mois, deux ans pour être précis, au démarrage de notre site, des dents ont grincé et grincent encore de manière assez bruyante et continue.

Ces dents appartiennent à diverses personnes qui s’échelonnent (les personnes pas les dents) du simple syndicaliste ennemi (ou le syndicaliste simple d’esprit, si l’on veut), aux membres éminents de la direction, nos actionnaires, en passant par les désormais célèbres bronzés du non moins célèbre comité d’entreprise.

On gène !!!

On empêche de tourner en rond !!!

On sait et ça fait peur !!!

Passons sur les syndicalistes simples d’esprit, ou simplets me souffle-t-on. Il y a toujours la vedette, celui qui parle sans cesse de nous sur les réseaux sociaux ou dans les différentes réunions mais qui n’est pas capable de lire et de comprendre un traître mot de ce qu’on écrit. Alors il essaie quand même de lire, il finit par regarder les images et éructe une fois digérées toutes les informations avalées de travers. Burp !!!

Oui, passons !

Plus intéressants sont les stratagèmes employés par le secrétaire et le trésorier du comité d’entreprise pour nous faire taire.

Les bronzées en chef (secrétaire et trésorier) embobinent les élus comateux, c’est à dire la très grande majorité, sauf ceux de la C.A.T. évidemment, afin qu’ils se portent volontaires auprès des tribunaux pour essayer de nous faire condamner pour diffamations multiples et variées. En utilisant des moyens ridicules, pour ne pas dire grotesques. Comme eux en fait !

Les pauvres “zélus” du comité d’entreprise se font rouler dans la farine par leurs maîtres à chaque occasion. Ils ne se rendent pas compte que si cela tourne mal pour leurs “zhéros” bienfaiteurs et généreux, ils auront aussi à répondre de leur engagement aveugle, dans ces affaires, devant les tribunaux.

L’arroseur arrosé, en somme.

En tout cas, nous ferons valoir nos droits, face à nos accusateurs, en cas de décision favorable pour nous. Ils n’y échapperont pas !

En effet, ils n’aiment pas que l’on raconte les dérives dépensières du secrétaire et du trésorier qui ont peut-être estimé qu’ils étaient en droit de “bricoler” les budgets du comité d’entreprise à leur guise, avec l’accord complice des élus.

Ils n’aiment pas non plus que l’on vous informe qu’ils ont été condamnés pour les comptes du C.E mais qu’ils refusent de respecter la décision du juge. Bientôt la fin du jeu pour eux et les lendemains de fête vont être très difficiles. Très, très difficiles même…!!!

Dans un autre registre, depuis peu des émissaires émérites mandatés par nos actionnaires tentent de nous ramener à la raison !

Parce que bon, il faut y aller doucement, que ça risque de mettre en péril le groupe, que c’est pas gentil, que c’est pas mérité, et tout ça, tout ça.

En bref, arrêter de parler des mensonges que nous racontent Messieurs Paumier et Pons depuis des mois et se contenter de vous raconter que c’est la fête, youpi tralala !!!

Mais ce n’est pas nous qui mettons en péril le groupe, il ne faut pas inverser les rôles !

Nous informons tous les salariés du déroulement de la situation ubuesque dans laquelle nous ont mis des décideurs à la stratégie délirante, sans plus. S’il y a des contestations, nous sommes prêts à les diffuser !

De toute façon, vous avez le droit de savoir et tant que la situation sera dangereuse pour nous tous, nous continuerons à vous informer sans concession. Toutes les informations communiquées sont vérifiables, vérifiées, et souvent déjà connues sur d’autres réseaux.

Cela fait partie des engagements que nous vous avons promis. Mesdames, Messieurs, ne comptez pas sur nous pour changer !

Dont acte !

Commentaire(s) Facebook (autres commentaires plus bas)
Print Friendly, PDF & Email

En savoir plus sur Syndicat C.A.T. Milee (ADREXO)

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

9 Commentaires

  1. Bonjour
    Bien sûr cela les gênent eux qui vivent dans leur monde de bisounours
    Nous on doit sauver notre emploi.il n’ont rien à faire de nous.vidons les dépôts pour satisfaire nos clients.
    Même travailler le samedi et dimanche.seront nous payer.
    Réparer nos chariots. distribuer des secteurs avec des sacoches ou des caddies pour faire les courses..
    Au fait au golf ont a un temps Max pou jouer sa balle
    Cordialement

  2. Cela fait plaisir d’apprendre qu’il y a enfin une certaine réaction “nerveuse” de la part des trois actionnaires de HOPPS GROUP face aux représentants de la CAT, bien que ce soit plutôt une approche “inofficielle”, donc pas encore vraiment faite..
    Je ne comprends toujours pas comment les représentants des autres syndicats – plutôt traditionnels – voient leur rôle dans l’entreprise.
    Est – ce qu’ils ont vraiment perdu tout lien avec les réalités de l’entreprise d’aujourd’hui qui travaille avec une communication “dématérialisée” et qui ne prend pas du tout ses salarié es – ouvriers, distributeurs et autres – au sérieux, comme un facteur économique de valeur et de ressources de “richesse” même qu’il ne suffit pas d’exploiter jusqu’à la dernière minute de travail non payée.

    • Bonjour.
      Votre analyse est, comme d’habitude, frappée du bon sens. Les premiers pas de la direction vers nous sont, pour le moment, timides mais on attend plutôt de sa part une communication claire et honnête. Si c’était le cas, nous ne serions pas “obligés” de communiquer sur les vérités qui dérangent. Nous pourrions nous concentrer sur d’autres sujets.
      Pour les “syndicalistes” c’est autres chose. Dans l’ambiance un peu particulière du moment dans l’entreprise, ils ne font pas tache. Ils sont même “couleur locale” avec leurs petits arrangements entre amis. Il arrive parfois que certains salariés nous avouent qu’ils confondent les élus du personnel et les actionnaires… Ils leur trouvent une certaine similitude… C’est assez troublant !

  3. si la cat est pas la pas d information alors ? je pensse avec les election a venire certain on du souci a ce faire hein no soie disant defensseur de no droits

  4. Bonjour
    En règle générale les entreprises qui réussissent le mieux sur tous les plans, ce sont celles ou du Directeur jusqu’aux simples salariés tout le monde travaille en confiance, s’épanouie pleinement dans son travail, s’investit parce qu’on sait qu’en retour cela est bénéfique pour tout le monde …..

    Peut-on, ou pourra t-on en dire autant concernant Adrexo et sa maison mère le Groupe Hopps ?

  5. Il serait grand temps de réagir depuis des années que cela dure.Des chefs de centre à la Direction le même langage “escroqué” le petit distributeur …….Et chaque fois que tu veux t’exprimer ,on détourne les lois du travail. LOI de TALION……..

    • Bonsoir,

      Ne mettons pas tout le monde dans le même sac ! L’entreprise a beaucoup évolué ces dernières années, et le management aussi.

  6. Vous informez heureusement que tous les syndicalistes ne sont pas des idiots, les généralités ne sont pas la réalité du terrain, malgré tout de trop nombreux managers et ROC eux sont réellement des idiots, et que penser de notre direction et de nos actionnaires qui ont l’air de l’être tout autant.

    Mon ROC me menace avec mon petit CDI de 6h /semaine de me renvoyer si mon taux de couverture par secteur est inférieur à 80% avec le temps max qui est insuffisant pour assurer une prestation de qualité, alors que mon ROC m’a dit verbalement que l’important c’était le taux de couverture par secteur et non la qualité. Et pourquoi donc ? Parce que le ROC touche des primes ce qui totalement dégueulasse car celui qui bosse sur le terrain le distributeur lui n’en touche pas pour la qualité de son travail, pour porter l’image de l’entreprise à bout de bras.

    Bref mon ROC menace alors qu’il a plus à perdre que le distributeur à 6h/semaine qui à du travail ailleurs !

    Quelle blague ! C’est ça le management chez ADREXO ! WHOUA vous avez embauché des crétins qui ne pensent qu’au fric, vous avez acceptez des actionnaires aussi avare que la direction et laissez les personnes du CE faire n’importe quoi avec notre argent. Et certains syndiqués qui n’ont pas rien dans le slip pour défendre les intérêts des salariés et de leur outil de travail, la liste est longue au sein d’ADREXO de personnes qui n’ont que de nom la compétence et qui dans la réalité se foutent de tout sauf de leurs salaires, primes et autres avantages.

    Si demain ADREXO est liquidée ou mise en vente, je suggère que ce soit les salariés qui s’en emparent et en deviennent les propriétaires, la chaine de commandement actuelle est vérolée, de trop nombreux élus syndiqués le sont aussi, et les actionnaires sont carrément bon pour un passage à l’hôpital psychiatrique.

    Je n’oublie pas une certaine Patou non cadre, non responsable, juste salariée qui a perdu toute humanité avec tous ces collègues car la peur de perdre son emploi qu’utilise son ROC l’aveugle tellement qu’elle agit contre ces propres intérêts sans s’en rendre compte. Voilà ce qu’est réellement ADREXO, l’entreprise du chantage permanent.

    On peut se mobiliser nous les salariés d’ADREXO contre tous ces énergumènes, hurluberlus, abrutis, inconscients, inutiles, profiteurs, peu importe votre couleur, peu importe votre syndicat ou pas. Nous devons faire le ménage pour sauvegarder notre outil de travail !

    • Bonjour,

      Actuellement, les ROCs perçoivent une prime liée à la qualité et une autre, un peu plus nébuleuse, tient compte des taux de couverture mais les objectifs sont bien au dessus de 80 %. Vous demander 80% ne permettra pas le versement de cette prime.

      La ou vous avez raison, c’est sur la démarche de base. Demandez un taux de couverture minimum… et s’il n’est pas atteint, que croyez vous que votre manager fasse ? Rien… légalement, rien n’est possible. Et ce n’est certainement pas dans la situation actuelle de l’entreprise qu’elle ira courir le risque d’un nouveau sujet de condamnation !

      Au lieu de ça, si votre responsable vous proposait d’échanger votre secteur pendant 3 semaines avec un collègue, et de faire vérifier votre temps, ça pourrait avoir du sens et ensuite permettre de discuter sur le temps que vous mettez.

      Il est vrai que vous mettez le double de temps qu’un autre collègue, il peut être légitime d’analyser pourquoi, mais si, après permutation, le temps est le même, pourquoi continuer à discuter ?

      Ce que vous racontez la est frappé du bon sens. Je ne sais pas ou vous vous trouvez, mais c’est typiquement le comportement dans certains centres de Bretagne ou l’entreprise enregistre la plus mauvaise qualité en France, depuis toujours, ou il est évidement très difficile de développer la clientèle et ou elle pense toujours qu’elle doit réaliser des économies. C’est une région ou le management est extrêmement dégradé, parfois même primaire, et ou les salariés sont le moins bien traités (pas ou peu de chariots, pas de considération, des responsables sous pression). Il ne faut pas s’étonner du résultat !

Les commentaires sont fermés.