Le turnover, cauchemar de la direction !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Le turnover (rotation en français) est un phénomène de plus en plus présent dans la vie des entreprises en France (32% des employés français pensent fréquemment à changer d’emploi). Le turnover désigne dans une entreprise le renouvellement des effectifs, suite à des recrutements et des départs du personnel. Il constitue un indicateur précieux qui peut traduire assez facilement l’ambiance au travail au sein de l’entreprise. 

Un faible turnover au sein d’une entreprise révèle une situation sociale saine, alors qu’un fort pourcentage de turnover constaté mettra en lumière un malaise social à résoudre. De plus, le turnover peut avoir un coût important pour les entreprises qui doivent prévoir un budget conséquent pour pallier les frais liés aux différents départs (indemnités de départ volontaire, de démission…) ainsi que ceux nécessaires à de nouvelles embauches (formation, stage etc.). 

 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les causes d’un turnover élevé.  En effet, les mauvaises conditions de travail, le climat social, le stress au travail… peuvent empêcher une entreprise de fidéliser ses salariés, qui de leur côté sont prêts à abandonner leur poste face à la moindre opportunité qui se présente. Une mauvaise gestion des ressources humaines (absence de promotion, perspective d’évolution pas claire, meilleure offre chez les concurrents…) sont autant d’éléments qui peuvent démotiver les employés et générer un turnover important au sein d’une entreprise.

 

Chez Adrexo, depuis quelques temps le phénomène s’est amplifié. En effet, environ 900 distributeurs quittent tous les mois l’entreprise, ce qui a le don de “crisper” de plus en plus la direction des ressources humaines.

 

Y aura-t-il demain assez de salariés pour assurer la distribution ?

 

Comment enrayer la fuite des distributeurs ?

 

Comment faire pour attirer des potentiels distributeurs et surtout les garder ?

 

Ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, parce que les nouveaux entrants quittent l’entreprise souvent beaucoup plus vite qu’ils n’y sont entrés.

 

Chez Adrexo, il y a indubitablement ce problème, somme toute, difficile à résoudre. Nous ne parlons pas des départs dus à l’age des salariés (+ de 50% des distributeurs ont + de 50 ans) mais plutôt de la gestion liée aux embauches et au suivi des distributeurs, en difficulté chronique avec les nouvelles règles apparues avec la mesure et l’enregistrement du temps de distribution (badgeuse, temps repères…).

 

Pour les salariés le manque de formation et de soutien est évident. Les problèmes de badgeuse, les temps invalidés, la gestion du courrier, des managers débordés par ailleurs, des membres de la commission de suivi qui glandouillent, des temps théoriques ou repères complètement délirants, le manque de matériel et autres joyeusetés ne permettent pas de fidéliser des salariés pourtant performants, selon les chiffres connus pour ce qui concerne la qualité de distribution.

 

Peut-être qu’un peu plus de considération permettrait de rééquilibrer une situation humaine et économique qui peut très vite devenir catastrophique. Sans compter qu’un certain bien-être qui devait accompagner le nouveau mode de rémunération n’est pas encore véritablement arrivé. La direction en est, heureusement, consciente mais il va falloir qu’elle fasse preuve d’imagination et de conviction auprès de nous, salariés impatients de sentir réellement les changements annoncés. 

 

A plusieurs reprises, pendant les différentes réunions, nos dirigeants nous ont assurés qu’ils avaient pris le(s) problème(s) à bras le corps et que des dispositions ont d’ores et déjà été prises et mises en oeuvre par les services RH.

 

Des formateurs à la distribution sont prévus, du matériel de distribution est prévu, des nouveaux découpages de secteurs sont prévus, des nouveaux calculs des temps théoriques sont prévus, des actions de grande envergure sont prévues par la commission de suivi (n’y comptez pas, c’est une blague), un nouveau process pour mesurer et enregistrer le temps de distribution (application et smartphone) est prévu, une évolution de la durée de l’immobilité est prévue, des vêtements (blousons, coupe-vents,etc…) sont prévus et plein d’autres actions qui permettraient de réduire la fuite des salariés vers des prairies plus vertes et plus grasses…

 

OK MAIS QUAND ?

 

Tout le problème est là ! Plein de beaux projets, de blablas, d’études. Mais y a-t-il la volonté de les réaliser ?

 

Il y a quelques jours, nous vous contions les déboires de la commission de suivi et de la volonté de certains de ses membres de ne rien faire du tout pour ce qui concerne les véritables temps de distribution. Ces membres de la commission qui sont par ailleurs représentants des organisations syndicales signataires et prétendument défenseurs des salariés. Nous craignons sincèrement que leur je-m’en-foutisme chronique déteigne sur la direction.

 

Pour autant, à la CAT les choses sont claires, notre volonté est de vous aider, de vous accompagner, afin que vos intérêts ainsi que vos droits soient respectés coûte que coûte et où que ce soit.

14 Commentaires

  1. Je pense que s’il arrêter de prendre les distributeurs pour dés robots sa serait déjà mieux
    Car sans nous ils ne sont rien
    Si un jour tout les distributeurs font grève ils seront tellement dans la m**** que l’on pourrait tout demander

  2. Bonjour moi je voudrais que la direction prévoit de payé les kms réel effectué,mais aussi d’être plus reconnaissant côté salaire une augmentation et voir une petite prime. Après ont c’est que Adrexo est en difficulté,mais rien n’empêche de faire un geste pour au moins gardé le personnel surtout les distributeurs qui font le travail de fin de chaîne. Sans distributeurs l’entreprise n’existe plus.

    • Bonjour, sur ce point des kilomètres, la direction d’Adrexo s’obstine à ne pas vouloir utiliser les relevés de badgage pour calculer les vrais kilométrages.

      Les salariés doivent passer par les conseils de prud’hommes pour les avoir.

      Aujourd’hui l’entreprise préfère changer de distributeur que d’avoir à respecter ce point.

  3. Moi, je crois savoir pourquoi il y a tant de turnover (et pas que chez Adrexo)
    « il suffit de traverser la rue pour (re)trouver du travail » … c’est Macron qui l’a dit, il a peut-être raison, si tout le monde fait ça ?!

  4. Le vrai problème de Turn Over n’est hélas pas situé qu’au niveau des distributeurs.

    Le Turn Over est tout aussi impressionnant dans les permanents encadrant, et MEME au siège ! ça arrête pas !

    Le doigt sur le vrai problème est il mis ???

    je ne pense pas

    Bien cordialement

    • Bonjour.
      C’est vrai que cela touche quasiment tous les salariés de l’entreprise, nous sommes tout à fait d’accord avec vous. Pour les encadrants nous en avions parlé des multiples difficultés qu’ils rencontrent quotidiennement dans un article. Au siège cela est différent puisque c’est la volonté de l’entreprise de mettre en place un système qui favorise le recrutement d’alternant(e)s à grande échelle.
      Pour les distruteurs et distributrices c’est quasiment l’ensemble des effectifs qui part chaque année.(12 000 environ qui quittent le navire sur 15 000 au total). C’est un veritable casse-tête pour la direction et surtout, il ne faut pas les oublier, pour les encadrants qui ont aussi en charge le recrutement.

  5. bonjour,
    je suis d’accord chez adrexo il faut être bénévoles c’ est reconnu nous sommes tellement heureux chez adrexo que nous acceptons de travailler gratuitement qq heures chaque semaines [versus]
    je rigole, j ai jamais vu une entreprise aussi malhonnête ils abusent de gens déjà dans la précarité qui ne pourrons se défendre et qui accepte tout chez adrexo on retourne au temps des bagnards beaucoup de travail et pas de salaire

    • Bonjour,
      Heureusement, beaucoup réagissent et se défendent, au besoin, en faisant appel à la cat pour faire valoir leurs droits.

      N’hésitez pas à nous consulter.

  6. Bonjour
    très simple ou pas je ne peux hélas le dire bien souvent les chefs sont aussi responsable la direction ne voit pas tout et ne sait pas tout comme je vois des fois un responsable de secteur assis devant son écran avec ses oreillettes je me demande bien ce qu’il peux faire moi j ‘ai 75 balais et cela fais 10 ans que je travail chez ADREXO et cela devient de plus en plus démoralisant de voir comment nous considères et comment la société se comporte envers nous je suis sur avec un peu plus d’humanité car le travail et déjà pénible et difficile certain jours l’ambiance changerai et nous distributeurs aussi.

    • Bonjour, bien sûr, un peu d’empathie, un simple bonjour, ça va ? Une écoute, des choses simples et gratuites et un grand pas en avant serait fait !

  7. l’application sur un smartphone en complément des badgeuses est elle toujours d’actualitée? où en n’est on sur les régions qui les testent.

    • Bonjour.
      Il y a eu des tests sur certaines agences en Bretagne et seulement là-bas. Après avoir relevé quelques problèmes techniques, l’expérience devrait être prolongée afin de fiabiliser l’application. Nous vous tiendrons au courant des la suite de ce test breton.

Les commentaires sont fermés.