Badgeuse, état des lieux et rappels

Plus de 80% des distributeurs équipés utilisent régulièrement une badgeuse.

De l’avis général, les badgeuses sont de mieux en mieux utilisées.

Le traitement des données s’est amélioré même s’il reste encore des progrès a faire.

Les utilisateurs sont de plus en plus adaptés à l’outil.

Mais il reste des distributeurs qui ne peuvent y avoir accès par manque de stock de matériel.

Ceci provoque des problèmes de rémunération mais également de gestion de la qualité de la distribution publicitaire et surtout du courrier.

Rappel sur les règles d’invalidations et d’utilisation :

Pour diverses raisons, le temps mesuré peut être invalidé. Soit, il s’agit de problèmes d’utilisation et l’employeur à la charge de former et de faire corriger les utilisations défaillantes, soit il s’agit de problèmes de matériel et l’utilisateur n’a aucune responsabilité et ne doit pas être pénalisé.

On peut comprendre que l’employeur puisse vérifier que l’utilisateur se trouve bien sur son secteur de distribution et qu’il n’en sort pas, afin de mesurer le temps de travail réel tout en le contrôlant.

Ce qui est plus difficile a comprendre, c’est que si l’entreprise détecte une anomalie par un badgage hors secteur par exemple, elle sanctionne son salarié par un passage du temps réel au temps théorique, en cultivant une valeur de temps théorique bien en dessous du temps moyen, ce qui le prive d’une partie de sa rémunération.

C’est un peu comme si, dans une usine, un salarié qui n’aurait pas produit une pièce conforme se voyait rémunérer la moitié de son temps.

Vous comprendrez que dans un pays ou il existe un salaire minimum, l’employeur ne peut décider de payer ses salariés à moitié prix lorsque cela lui plait.

En théorie, il devrait appeler son salarié pour lui indiquer qu’il n’a pas travaillé comme cela lui a été demandé, lui réexpliquer, le former et éventuellement le sanctionner et pourquoi pas s’en séparer si le problème perdure.

Dans notre exemple d’usine, si le salarié, malgré l’information, et la formation, n’y arrive pas, il sera probablement amené à ne pas rester dans l’entreprise mais aura, pour autant, été rémunéré de son temps réel de travail en attendant la décision de l’employeur.

Chez ADREXO, le salarié peut poursuivre son travail en commettant des erreurs, sans pour autant être inquiété, mais en percevant une rémunération tronquée. C’est assez extra-ordinaire.

Heureusement, la grande majorité des distributeurs font un travail remarquable mais pourrait très bien être déçus et démotivés si ils apprenaient que des collègues indélicats pratiquent sans trop être iniquités, des distributions plutôt aléatoires.

Même si les responsables tentaient de faire sanctionner le distributeur concerné, ils n’y arriveraient que très difficilement tant il est difficile d’obtenir quelque chose du service support RH, qui est totalement inopérant.

Le service RH, pourtant censé être au service des agences, est, aujourd’hui, le principal frein au développement de la qualité de distribution et du développement de l’entreprise en général.

L’incompétence et la volonté de ne rien faire y est légion. Les erreurs sont plus que fréquentes ainsi que le mensonge et le sentiment de supériorité par rapport au réseau est entretenu alors que rien ne peut le justifier dans les faits, bien au contraire. Aujourd’hui, considéré comme la référence en matière d’immobilité, il est devenu le cailloux dans la chaussure des managers qui ont, pour la plupart, jetés l’éponge et laissent faire, regrettant qu’en guise de support, ce service soit devenu un boulet.

Ceux, qui, dans ce service, étaient auparavant plus efficaces, ont également aujourd’hui, épousés, de grès ou de force, le rythme imposé.

Dans ces conditions, le distributeur n’a rien à craindre. Souvenez vous la blague de Coluche qui disait qu’au bout de 30 avertissements, il pouvait avoir un blâmes, et qu’au bout de 30 blâmes, il pouvait passer devant le conseil de discipline… c’est en dessous de la vérité vécue dans l’entreprise.

Une entreprise a besoin de services centraux ouverts, constructifs, réactifs compétents et efficaces. Ce n’est pas le cas ici et pourtant, en toute connaissance de cause, le groupe entretien ce service au rabais et voudrait construire, sur ces fondations, une nouvelle entreprise. A l’évidence, ce n’est pas possible, et il est clair que l’on ne nous dit pas tout…

7 pensées sur “Badgeuse, état des lieux et rappels

  • 18 mars 2019 à 17 05 17 03173
    Permalink

    Bonjour,
    les pavé temp repere et temp badgé sont trop petit et trop raprocher on risque de se tromper,il faudrais des pavés comme pour Preparation et distribution.

  • 18 mars 2019 à 19 07 27 03273
    Permalink

    bonjour
    ma tournée se situant près d un aéroport j ai quasiment toutes les semaines sur le récapitulatif de distribution
    un motif d invalidation
    qui est le suivant
    (problème réception satellite au moment du badgeage)
    que faire
    mon responsable connait le problème (a cause de la tour de contrôle d après son analyse)
    je suis contraint de vérifier sur mon salaire si mes heures sont régularisées
    c est agaçant et pénible
    cdl

    • 18 mars 2019 à 22 10 56 03563
      Permalink

      bonjour,

      Allumez la badgeuse 15 minutes avant d’arriver sur place et vous devriez régler le problème.

  • 19 mars 2019 à 18 06 50 03503
    Permalink

    merci pour l info
    mais j habite sur place
    sa fait 12 ans que je fait cette tournée
    je met en marche ma badgeuse 1/2 heure avant le départ
    mais le problème est récurrent depuis le commencement du badgeage
    cdl

  • 20 mars 2019 à 18 06 43 03433
    Permalink

    bonsoir
    la Bretagne en ille et vilaine

Commentaires fermés.

ADREXO

GRATUIT
VOIR