Les errements du C.S.E.

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Lors d’une réunion du C.S.E., nous avons pu admirer toute l’étendue de l’incompétence du secrétaire et de ses acolytes.

Pendant que le secrétaire s’évertuait à croire à ses visons ubuesques pour ce qui concerne la pratique du droit dans l’instance, les comiques qui l’accompagnent dans ses délires n’ont pas pipé mot sur l’absence de discernement de leur berger.

Vous nous direz qu’ils ne sont pas là pour ça puisqu’ils n’ont aucune idée du fonctionnement du C.S.E.

De plus, leur boulot principal était de voter pour le recours à un avocat qui devra assister l’instance mais surtout le secrétaire et la trésorière qui s’évertuent toujours à dissimuler la partie la plus parlante des comptes du C.S.E. ou de l’ancien C.E., les relevés de compte bancaire.

Preuve en est : le mandataire judiciaire chargé de la gestion du C.S.E. après l’annulation des élections n’a pas réussit à obtenir le moindre document. Avec les nouvelles élections, sa mission est aujourd’hui terminée et il devra indiquer tout cela dans son rapport. Autant dire que tout cela renforce le doute…

Ces élus semblent donc ralliés à la cause de ex-escrocs et sont à la botte de ceux qui dissimulent ces documents, tout en pilotant la bande ces incompétents crédules.

Pour notre part, nous savons déjà que leur incompétence et leur vénalité les pousseront jusqu’à la case “tribunal”, pour complicité, nous n’oublions pas le soutient affiché fut un temps et l’intervention volontaire de ces mêmes élus dans une procédure perdue et qui démontre la dissimulation de pièces comptables à l’endroit de certains membres du C.S.E.

La personne qu’ils vont (vainement) tenter de protéger est sérieusement soupçonné d’avoir détourné l’argent de l’ancien C.E. à son unique profit.

Quoi qu’il en soit, il sera confronté à ses juges, ses complices également. Ce n’est qu’une question de temps.

Le secrétaire qui pour sa part nous démontre à chaque réunion qu’il plane à 15 000, au plus bas mais peut dépasser ses limites , à chaque fois qu’il ouvre la bouche, ne sera pas, non plus, épargné et devra répondre de ses délits d’entrave successifs, pour lesquels nous avons déposé plainte.

Dernier en date, lors de la dernière réunion, un point a été ajouté à l’ordre du jour sans que les élus ne donnent un accord en ce sens, et ceci entraine évidement une incertitude juridique sur la décision qu’il a entrainée. Evidement !

Sinon, quoi de neuf au C.S.E. ?

Ben rien…!

Print Friendly, PDF & Email

16 Commentaires

    • Bonjour,

      Oui, c’est en cours.
      Et d’après un récent message, finalement ! Ce sera pour demain !

    • Bonjour,

      Oui, c’est en cours.

      Et d’après un récent message, finalement ! Ce sera pour demain !

  1. Bonjour ,
    En cours c’est vague , ça ne dit pas si les salaires seront bien versés ce jour ou pas ?

  2. Bonjour. En ce qui me concerne, j’ai bien eu le virement du salaire aujourd’hui. Pour info, je suis au crédit agricole.

  3. Tous ces commentaires, je les comprends très bien : la principale préoccupation des employés d’Adrexo est le paiement de la paye ! C’est vital pour une majorité d’entre nous et nous ne travaillons pas pour rien !
    Mais je suis atterré de constaté les commentaires postés suite à un sujet aussi grave que celui que vous relevez dans votre article : aucune remarque ni commentaire.
    Il est essentiel que le CSE fonctionne correctement et démocratiquement.
    Ce qui n’est pas le cas et le recours à la voie juridique nous engage sur un long, très long chemin. Bref, rien ne va changer pendant cette mandature… Alors, pourquoi avoir gagner les élections et être le syndicat le plus représentatif si, dans les faits, nous sommes impuissants ?
    La vie démocratique (syndicale, patronale, salariés) est un tortueux chemin que la plupart des employés n’a même pas idée.
    Vous savez nous éclairer mais êtes-vous bien compris par l’ensemble ?
    Ceci est une simple question et, peut-être mérite t’elle réflexion.
    Je vous soutiens et vous soutiendrez dans toutes vos actions.

    • Bonsoir,
      très concrètement, le CSE, après la réforme du CE, a été vidé de sa substance, tout comme les délégués du personnel, qui ont totalement disparus.

      Le, CSE est devenu une chambre d’enregistrement et une machine à brasser du vent. Aucun intérêt sauf à exercer son rôle en posant régulièrement des questions.

      C’est sur le plan syndical qu’il est aujourd’hui possible d’agir et uniquement sur ce plan.

  4. BONSOIR , je suis totalement en accord avec l analyse de JEAN MARC PERLOT et il faut voir a travers ses propos un des elements important sur l abstention massive des salaries d ADREXO IL faut trouver d autres moyens pour forcer la direction a repondre et d autres moyens de sensibiliser les salariés Ce n est pas facile et on sait que la CAT s .y emploie . BON courage . Jean BELLAMY

  5. Alors, soyons clair et direct, quelles seront les possibles actions syndicales de notre part et avec quel soutien des autres syndicats ou autres intervenants ?
    Pouvez-vous les énumérées ?
    Bien sûr, il faut tenir compte du contexte actuel particulièrement difficile, mais sommes-nous en position réelle de changer ou d’inverser le cours des choses et de quelle manière ?
    Voici une question de fond qui mérite une réponse précise.
    Quelle peut-être notre action concrètement et rapidement sans attendre les voies juridiques possibles sachant qu’un appel à la grève restera lettre morte auprès de l’ensemble des salariés ?
    Je suis tout à fait “raccord” avec Jean Bellamy sur son commentaire et l’en remercie. J’ose espérer que ma réflexion puisse relever l’analyse que nous, petites mains de l’entreprise, pouvons avoir de la situation de notre Société et des ses salariés. Mais aussi, une réponse très précise de notre syndicat face à toutes ces interrogations.

    • Bonsoir,

      Il y a différents leviers car l’entreprise à toujours la nécessité de trouver des accords avec les syndicats sur différents sujets et ces accords font l’objet de négociations et d’échanges.

      Il faut rappeler qu’il n’y a que le syndicat qui peut négocier un droit nouveau, et le syndicat reste dans un rapport de force qui sert à obtenir des avancées sociales.

      Comme vous l’indiquez, il faut aussi savoir que le contexte est particulier et que les patrons sont ceux qui dirigent l’entreprise, et qu’ils ont donc les manettes. Nous ne pouvons que, collectivement, faire bouger les lignes et faire pression sur des décisions pour améliorer le sort des salariés.

      Tout cela est complété par les moyens juridiques que vous citez. C’est un ensemble qui permet d’organiser des actions et d’obtenir un dialogue puis, petit à petit, de faire avancer les dossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*