La CAT représente tous les salariés

La C.A.T. ne souhaite pas différencier les salariés de l’entreprise.

Qu’il soit employé, distributeur, manutentionnaire, chauffeur, agent de maîtrise ou cadre, il est salarié de l’entreprise.

Il n’y a pas les employés d’un coté et les “chefs” de l’autre.

La vie d’une entreprise fait qu’ils sont tous concernés par les actions syndicales, chacun à leur niveau, mais tous associés dans la même volonté de progrès et d’amélioration.

La raison d’être d’un syndicat, c’est de revendiquer, protéger et défendre.

En face, nous avons une direction qui reçoit leurs instructions d’actionnaires qui n’ont pas du tout les mêmes intérêts que les salariés.

Monter une catégorie de salariés contre une autre, est un moyen de diviser et d’affaiblir la représentation syndicale.

C’est pourquoi, nous accompagnons tous les salariés.

Est-ce un problème ?

Nous pensons que non.

Parfois, l’employé peut ne pas apprécier le comportement de son chef et le considérer comme un ennemi.

Pour autant, ce “chef” est, lui aussi, sous les ordre d’un responsable, et ne fait pas toujours ce qu’il veut.

Même si le conflit provient souvent d’un problème de forme, d’un déficit d’explications, ou d’une décision trop autoritaire, il n’est pas forcément le fait du “chef” mais peut être celui d’une volonté du supérieur ou de la direction générale.

Dans le réseau Adrexo, il y a des responsables de grande valeur et il est clair qu’ils “régulent” un réseau d’agences qui aurait déjà explosé depuis longtemps s’ils n’étaient pas la.

Vous qui êtes employés, croyez vous sérieusement qu’un responsable “difficile” n’a pas, lui aussi, de problèmes avec sa hiéarchie ?

Croyez vous qu’il se lève le matin en cherchant ce qu’il pourra faire pour vous embêter aujourd’hui ? A l’évidence, ce genre de comportement déviant et manipulateur est à la marge et pas plus présent dans l’entreprise que dans une autre.

C’est pourquoi nous pensons qu’il faut défendre et représenter tous les salariés et adapter notre attitude et nos demandes selon le profil concerné.

Il n’y a aucune incompatibilité entre toutes les catégories de salariés et ils doivent se sentir épauler par notre syndicat même si chaque catégorie à des missions différentes.

C’est de façon certaine, par l’unité des salariés, qu’ils deviendront plus forts, ensemble.

Autre exemple : croyez vous réellement que les changements incessant de salariés distributeurs dans une agence permettent aux responsables d’avoir un certain confort ?

Clairement non ! C’est tout le contraire et ils préféreraient sans doute pouvoir les accueillir dans de meilleurs conditions, les former, les garder et les faire progresser dans l’entreprise.

Croyez vous que le manque de matériel, que le calcul des salaires soit de leur fait ? 

La encore, bien sur que non. Ils préféreraient gérer la production et la productivité, comme ailleurs, mais avec bienveillance, alors qu’ils subissent les décisions des algorithmes, ce qui engendre un mécontentement qu’ils assument, étant en première ligne, mais dont ils ne maîtrisent pas l’application.

Ça aussi, c’est frustrant… 

Pour nous, c’est par des actions globales,avec tous les salariés, que nous seront plus forts.

10 Commentaires

  1. Je pense que les salariés devraient être les actionnaires de leur entreprise.
    Et comme il faut être prudent avec nos actionnaires actuels relativement soupe au lait, et légèrement fatigué de devoir récolter le fruit du travail des salariés d’Adrexo (toucher des dividendes c’est hyper fatiguant j’avoue) notre unité salariale est notre force maintenant il serait judicieux que les représentants syndicaux s’allient et également impose le mandat impératif afin d’être obligé à la transparence auprès des salariés !
    Il est facile de critiquer les actions des autres mais il est bien difficile de justifier de son travail quand on ne fait que critiquer les autres xD

  2. BONJOUR, sentiments mitiges a vos propos car comment expliquer que certains ROC accedent aux revendications de leurs distributeurs et d autres FONT carrement la SOURDE OREILLE si ce n est que pour defendre leurs propres interets ( et les 2mes sont plus nombreux que les 1ers) C est cela qui cree la mauvaise ambiance que vous decriez dernierement chez ADREXO EN PLUS de la conjoncture financiere dans laquelle se trouve cette derniere Tant que les deux “sous doués” seront la il ne faut pas s attendre a mieux
    Bonne journee Jean BELLAMY

    • Bonjour,

      Oui, mais pas partout, il y a aussi des centres ou les responsables regrettent ne pas pouvoir faire certaines choses, il y aussi des responsables “toxiques” mais comme partout…

  3. Bonjour publier sauf si vous y mettez votre véto mes sur un blog cela se limite aux insultes au-delà c’est illégal ! de plus quand le la personne est adhérente
    Revenons à votre texte
    Phrase n° 1
    Parfois, l’employé peut ne pas apprécier le comportement de son chef et le considérer comme un ennemi.
    . Ma Réponse :
    Vous omettez de dire que le la propriétaire de l’entreprise, le président le, la DRH, sont responsable de tout JE DIT BIEN DE TOUS LES SALARIERS qu’il embauche, ou à qui il a données délégation soit par contrat, soit par lettres signés des deux parties !
    Donc l’employeur est responsable de son ses employés
    Phrase n° 2
    Même si le conflit provient souvent d’un problème de forme, d’un déficit d’explications, ou d’une décision trop autoritaire, il n’est pas forcément le fait du “chef” mais peut être celui d’une volonté du supérieur ou de la direction générale.
    . Ma Réponse :
    Mais si celui-ci laisse faire une décision illégale il devra s’expliquer au tribunal et sera rendu responsable et devra indemniser là le salarié ! et cela pue allez jusqu’à un une interdiction d’être responsable en des entreprises
    Phrase n° 3
    Vous qui êtes employés, croyez-vous sérieusement qu’un responsable “difficile” n’a pas, lui aussi, de problèmes avec sa hiérarchie ?
    . Ma Réponse :
    Si, il estime ne pas être à la hauteur, s’il est en désaccord avec la hiérarchie, Alor il va faire courrier en la hiérarchies supérieur. OU vas voir le syndicat avec lequel il est adhérent. S’il n’adhère a aucun syndicat, il va voir sa protection juridique ou vas voir un une avocate si il a pas assez de revenue il fait faire un recourt avec aide juridictionnelle !
    Mais il ne peut aucunement faire payer son différent aux salariés qui est lui en subordination !

    merci

  4. Entièrement d accord avec Daniel, très déçue de lire de tels propos de la part du Cat Adrexo. Le salarié de base ( en gros l esclave des chefaillons (Roc)) n à pas à subir les désagréments rencontrés par ce “chef” par sa hiérarchie. N oublions pas que les salaires ne sont pas les mêmes.. ..
    De plus bizarrement avec certains chefs tout se passe bien avec les salariés esclaves, ils ont du bon sens de l empathie etc… par contre avec d autres ne avons l impression d avoir des pitbulls detraques face à nous.

    • Bonjour,

      Ce n’est pas non plus ce que nous avons dit.

      Le salarié n’a pas à subir d’effet en ricochet, bien sur, mais c’est parfois au dessus qu’il faut chercher les vraies raisons des comportements de certains, et aussi, du manque de communication qui est souvent, l’origine des maux.

      Ce que nous voulons dire, c’est que ce n’est parce que c’est un chef que c’est un ennemi. C’est souvent du fait d’un manque de formation ou d’information que le manager n’est pas bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*