Les sous-doués et les bronzés dans le viseur de l'Urssaf ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Adrexo et quelques autres entreprises du groupe Hopps sont visés par un contrôle des services de l’URSSAF.

Quand nous disons “quelques autres”, c’est pour être précis…

En effet, dans la longue liste des filiales qui doivent être contrôlées, n’y figurent pas les deux sociétés Holding du groupe Hopps : Satine et Atheva !!!

Nous savons que ces deux sociétés, qui assurent la gouvernance de Hopps-Group, sont pilotées par nos deux actionnaires en chef, Messieurs Pons et Paumier.

Est-ce un hasard, un oubli ? Peu probable !!!

Nous pouvons raisonnablement nous poser la question. Il n’est pas secret que le Président du Conseil d’Administration de l’URSSAF – Paca n’est autre que Directeur de la société Eurafrique, le voyagiste de Hopps-group.

Eurafrique a été désignée à la place de la société Wagons-Lits. A l’époque cela avait fait couler “un peu d’encre”, puisque l’absence d’appel d’offre était mal passée pour certains… Nous avions à l’époque communiqué, en expliquant le tour de passe-passe qui avait propulsé Eurafrique sur le marché des voyages chez Hopps.

Sûrement une “coïncidence”… ?

Du coup, nous préférons penser que c’est le temps “Max” et l’important nombre d’heures non rémunérées qui l’accompagne qui a déclenché ce contrôle…ou d’autres éléments…?

Il n’est pas non plus anormal que l’URSSAF contrôle des entreprises du groupe, le dernier contrôle est très ancien et on sait que l’URSSAF intervient régulièrement, sans forcément qu’il y ait de raisons précises, mais si en plus, on sait quoi chercher, c’est encore mieux.

Toujours est-il que pendant 10 semaines, 6 inspecteurs des services de l’URSSAF viendront contrôler Adrexo, ainsi que, comment nous l’avons écrit plus haut, “quelques autres entreprises du groupe”…

Les chefs des bronzés du comité d’entreprise sont également visés. Mais comme il n’y a aucun salarié au C.E., le contrôle se limite à l’usage des fonds utilisés par le comité, ceux du fonctionnement et ceux destinés aux œuvres sociales donc les chéquiers cadeaux.

Les chèques cadeaux qui ont fait et font toujours polémique, notamment lorsque sont apparus, comme par miracle, des chéquiers “anonymes”, pendant une tournée “campagne électorale” du trésorier du C.E….

D’où sortent ces chèques cadeaux ? Qui en profite ? Combien il y en a-t-il ? Et pourquoi les élus du comité d’entreprise n’étaient pas au courant de l’existence de ces mystérieux chéquiers ?

La gestion “particulière” de cette affaire de chèques cadeaux, n’est que le reflet catastrophique de quatre années obscures, sur la gestion des budgets par le secrétaire et le trésorier du C.E.

Cote entreprise, la direction a demandé une délibération du C.E., après avoir pris connaissance de l’information, pour régulariser sa situation puisqu’elle est, en sa qualité de président du CE, responsable de l’utilisation des fonds.

Nous avions demandé à la direction de clarifier tout cela. Nous n’avons reçu aucune réponse. Le président du CE n’est visiblement pas pressé de nous répondre.

En ce qui nous concerne, nous ne cautionnerons pas ces agissements et il était de notre responsabilité d’en tirer toutes les conséquences de droit afin de nous positionner clairement contre ce fonctionnement et surtout ne pas laisser penser, par l’absence de signalement, que nous l’acceptons tacitement.

L’Urssaf va pouvoir aussi y jeter un oeil, peut-être même deux…