Un comité d’entreprise presque ordinaire !

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

9h30… Le froid rendait le paysage Aixois plus triste qu’à l’habitude…

Pas de quoi décourager les élus et surtout la direction qui avait opportunément organisé la réunion… autour d’une piscine.

Seul bémol, le chauffage pulsé nécessaire au confort des lieux et la proximité de l’autoroute empêchaient d’entendre les interlocuteurs à plus de 3 mètres. Il il a été nécessaire d’opérer un repli stratégique dans une autre salle de l’hôtel restaurant qui nous accueillait.

Non pas que les personnes présentes s’écoutent habituellement mais surtout au profit de la personne chargée de prendre des notes et d’établir le procès verbal.

Le comité d’entreprise est désormais internationalement réputé pour ses séjours autour des piscines du pays catalan, mais si la direction s’y met aussi… Il faudra bientôt prévoir une tenue de bain également, lors des réunions mensuelles qu’elle organise.

C’est donc dans la salle de restauration de l’établissement que la réunion s’est transportée. Dans un cadre non moins étonnant puisque nous étions installés, cette fois, autour d’un circuit automobile miniature. Ce circuit de plus 30 m2 permettait donc d’asseoir autour plus de 30 personnes.

Heureusement, les tenanciers de l’établissement ont vite confisqué les manettes permettant l’usage du circuit. De manière à ce que nous ne soyons pas distraits par ce jeu très prisé des “vieux garçons”, qui n’aurait pas manqué d’attirer quelques élus ou membres imminents de la direction en quête d’occupation.

Pas terrible, question confidentialité. La proximité du bar appelait certains à des tentations naturelles, incomplètement satisfaites la veille, mais au moins, on pouvait s’écouter ou du moins s’entendre.

Après la pause déjeuner, il a toutefois fallu attendre que les clients non concernés par l’entreprise aient fini de déjeuner pour reprendre la réunion l’après-midi. D’autant qu’une voiture du concurrent trônait sur le parking… Il n’était pas possible de l’inviter officiellement aux débats. Bien qu’il aurait pu, tout autant, en profiter depuis la salle voisine depuis la fin de son petit déjeuner.

Il faut savoir que pendant la réunion, certains vaquent à leurs occupations personnelles (Courriers, mails, jeux, sieste, pauses cigarette, discussions avec son voisin, bataille navale, lecture du dictionnaire, du code du travail et des risques liés au détournement de l’argent du comité d’entreprise). Il est très rare que tout le monde soit là en même temps autour de la table, et encore moins attentif en permanence.

Cette installation a créé une nouvelle proximité des élus, qui n’a pas été du goût de tous puisque le secrétaire, dont l’incompétence n’a d’égal que son hystérie non contrôlée, n’a pas pu résister longtemps à exprimer une subite colère. En effet, il a proposé à une élue de lui casser un tabouret sur la tête. Ce qui n’a pas été du goût de ladite élue concernée, qui n’avait prévu ni maillot, ni casque de protection, ne pensant pas, avoir l’usage, ni de l’un, ni de l’autre.

Le secrétaire, dérangé psychologiquement par l’approche des échéances judiciaires, voulait, sans doute, exprimer sa “virilité” devant cette élue, en expliquant qu’elle lui cassait les “couilles” (une manie qui le rassure…). La classe ! Tout cela n’a pas rassuré le personnel de l’établissement, qui s’affairait à la préparation du déjeuner à venir et n’a pas manqué d’attirer l’attention des quelques clients déjà présents. Le secrétaire, outre son niveau CM1 pour sa capacité à s’exprimer oralement ou par écrit, nous a une nouvelle fois démontré sa volonté d’élever le débat…

C’est donc dans ces décors exotiques et cette ambiance chaleureuse, pour ne pas dire enjouée, que s’est tenu un comité d’entreprise très ordinaire, comme d’habitude.

A peine cette organisation bien rodée a-t-elle, à un moment, été perturbée par l’annonce d’une contestation sérieuse. En l’espèce, que la taille d’une ouverture de boîte à lettres standard était de 2,4 centimètres, alors que le directeur courrier de l’entreprise affirmait qu’il pouvait, lui, passer un objet d’au moins 3 centimètres…

Vous savez comment sont les hommes, toujours à vouloir la voir plus grande… Il a donc fallu que l’élue, motivée comme jamais et en charge des mesures en tout genre, armée d’un mètre à ruban S.G.D.G., objet reconnu par l’assistance comme étalon acceptable pour l’opération, se transporte devant la boîte à lettres de l’hôtel. Elle finit par revenir triomphante avec l’objet (le mètre), après avoir constaté la taille réelle incriminée, l’objet en main (le mètre) elle annonça 2,4 centimètres. Consternation !!!!

Force est de constater que l’objet sus-cité du directeur courrier n’y entrera pas. Ce qui sera évidemment dûment consigné au le procès verbal, pour valoir ce que de droit. Il y a des priorités qui se respectent…


Sur les autres sujets, la direction indique en substance, qu’elle fera tout lorsqu’elle aura de l’argent et les élus salariés promettent de se revoir le mois prochain pour écouter la même chose.

Le niveau de qualité de l’environnement de ce lieu de réunion, avec ces changements successifs d’ambiance, place la barre très haut pour l’organisation de la prochaine réunion de décembre. Si la direction veut faire mieux, il n’y a plus que le moulin rouge et Las Vegas. La seconde solution nous emmenant en dehors des frontières, ce qui n’est pas possible, nous espérons Paris by night et attendons avec impatience la dernière réunion de cette mandature atypique dans une entreprise non moins atypique !

A l’heure où nous écrivons, la tendance serait : Repas de noël proposé “généreusement” par le secrétaire, qui a finalement consenti de garder un peu d’argent pour inviter tous les élus du comité d’entreprise. Pour la dernière il faudra au trésorier et au secrétaire ne pas se tromper de carte bancaire…

Print Friendly, PDF & Email

5 Commentaires

  1. Bonsoir

    Impensable, mais cest tout à fait le comportement de ce secrétaire. Manque de savoir vivre.

    Bravo pour l’élue

    Joël

    • Bonjour Joël.
      Totalement d’accord avec vous concernant le secrétaire. Un gros déficit de savoir vivre et une vulgarité bien au-dessus de la moyenne.
      Ce monsieur est aussi bête que méchant, il nous l’a prouvé hier. Néanmoins, même si cette élue n’est pas une “amie” de notre syndicat, nous lui apporterons, si elle le juge nécessaire, notre entier soutien dans l’action qu’elle mettra en place..

    • Bonjour Bernard.
      C’est vrai que cette mandature a été particulièrement en dessous de tout. Une troupe de comiques guidée par un secrétaire et un trésorier peu scrupuleux (le mot est faible) qui n’ont eu que seul intérêt de se gaver, dans tous les sens du terme, sans vergogne. Les tribunaux arrivent en cette fin d’année et remettront certainement les choses à l’endroit.

  2. Aujourd hui c est le 40é anniversaire du film LES BRONZES . Et nous nos bronzes a nous … QU En est il de nos BRONZES a nous ? Ils leur restent 40 jours a vivre avant d etre condamnes du moins je l espere — Nous comptons sur vous la CAT por leurs faire payer leurs incivilites a ces mecreants .
    Jean BELLAMY

Les commentaires sont fermés.