Adrexo : Kikenveu ?

Nous aurions pu déposer une annonce sur Leboncoin de ce style :

“Salariés motivés, honnêtes et impliqués cherchent désespérément un repreneur ayant les mêmes qualités, afin de remplacer des actionnaires menteurs, malhonnêtes et complémentent désintéressés de l’avenir de 16 000 salariés en souffrance.”

A l’aube d’une fin de mois compliquée pour nous tous, cette demande garde tout son sens dans la situation actuelle.

Aujourd’hui, personne n’est en capacité de dire, de manière définitive, que les actionnaires vont pouvoir assurer le versement des prochains salaires. Même si une tendance très négative commence à prendre, inexorablement, forme pour les semaines à venir.

Ce que nous savons avec certitude, c’est que nos actionnaires, pas modestes pour un sou et pas géniaux du tout, ont menti à tout le monde. A nous en premier.

Ce que nous savons aussi, c’est que nos sous-doués cherchent désespéramment un pigeon, pardon un investisseur pour couvrir les salaires au moins pour le mois d’août. Mais les investisseurs ne répondent pas comme nos actionnaires l’espéraient.

,,,

A l’époque de la reprise de l’entreprise par nos “copains” pilotes de voitures de luxe, amateurs éclairés de golf ou animateurs de summer-fest échevelés, la vie était belle.

Mister Pons ne disait-il pas à la cantonade, à chaque apparition publique : “C’est la fête, on s’applaudit !”

Ça rigolait ferme à cette époque et les ouvertures vers d’autres capitaux étaient possibles et réalisables.

Étaient !!!

Mais bon, notre ambianceur en chef, Frédéric Pons, ne voulait pas lâcher son leadership d’actionnaire majoritaire et snoba des investisseurs potentiels pourtant très solides. Parfois même, il se comporta comme un sagouin devant des personnes financièrement très armées mais aussi plus puissantes et plus intelligentes que lui.

Et c’est là où le bât blessa DJ fred ! Des gens puissants et intelligents ! Trop dangereux pour lui !

Des fois qu’ils auraient la curieuse idée de fourrer leur nez dans la soupe pas très fraîche concoctée par nos deux sous-doués de la finance !

Ainsi vogue ces personnages incompétents qui dépensent sans mesure et qui se prennent pour ce qu’ils ne seront jamais : des caïds du business !

A une époque, l’arrivée de financiers (pas les pâtisseries hein !) était possible. Aujourd’hui, nos duettistes de la dégringolade programmée se mettent à plat ventre devant des banquiers spécialistes du prêt bancaire personnel pour l’achat d’une voiture de moins de 10 ans, afin de financer les salaires de leurs employés.

C’est le signe qui ne trompe pas !!!!

Des investisseurs importants, de renommée internationale, qui pouvaient briguer, il n’y a pas si longtemps une entrée au capital, ont embauché les meilleurs sorciers et chamanes de la planète et de ses environs, afin que nos actionnaires oublient leur adresse et ne s’approchent plus jamais de leur bureau.

Ils n’ont aucune intention d’engager leur réputation en s’alliant avec ces professionnels de l’entourloupe. Et malheureusement ce ne sont pas les seuls !

La situation est critique mais pas désespérée.

Il suffit juste que nos boulets dégagent l’horizon, afin qu’il s’éclaircisse pour très longtemps, avec des nouveaux actionnaires sérieux et transparents, dans tous les sens du terme !!!!

Print Friendly, PDF & Email

En savoir plus sur Syndicat C.A.T. Milee (ADREXO)

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

16 Commentaires

  1. BONJOUR
    il y a encore quelques annees nous etions 20000
    l annee derniere17000
    dans votre article nous sommes plus que 16000
    combien sommes nous en realite? JE PENSAIS QU AVEC LES COLIS NOUS ETIONS PLUS
    pensez vous reellement que nous ayons une chance d etre rachete ?

    • Bonjour.
      Oui en effet nous sommes un peu moins qu’il y a encore 10 ans. Beaucoup de turn-over, l’effet “Drive” (regroupement d’agences), la mécanisation, la mesure du temps de distribution, augmentation des heures des contrats, par exemple et autres, on sûrement permis l’érosion du nombre de salariés chez Adrexo.
      Pour ce qui concerne la reprise d’Adrexo, elle ne fait aucun doute. Personne ne laisserait passer un joyau comme notre entreprise. L’idéal serait que nos deux actionnaires “bien-aimés” laissent la place rapidement à des gens sérieux et efficaces.

  2. Et nous faisons quoi si nous ne sommes pas payés?Je n’ai pas envie de me crever la patate pour des nèfles.Adishatz.

    • Nous serons payés mais nous ne savons pas quand et pendant encore combien de temps par l’entreprise. En cas de cessation de paiement, une caisse de solidarité prendra le relais pour assurer le paiement des salaires, une fois que l’état aura mis l’entreprise sous tutelle.

  3. Il faudra s’inquiéter quand même, car – comme on voit dans tous les cas, où un repreneur se charge d’une entreprise en “faillite” – après le délai de protection prévue par la loi dans un cas pareil, il y a la restructuration nécessaire de l’entreprise qui avait travaillé sur des bases malsaines ( profit sans merci sur le dos des distributeurs – salarié es, si j’ai bien compris. ). Où il y a un manque de capital causé par une telle gestion désastreuse, on ne peut pas “faire mieux” de suite, tout au contraire !: il faudra “dégraisser le mammouth”, – pardon !, car les distributeurs ne sont pas gros ! – licencier un bon pourcentage du personnel pour faire des économies et pour redémarrer – éventuellement ! – sur des bases de financement et d’investissements intelligents à moyen terme. Il n’y a pas de miracles et surtout pas de cadeaux de la part des financeurs, s’il ne s’agit pas de personnes comme c’était et c’est encore ( ? ) le cas de nos trois actionnaires majoritaires…!

    • Bonjour,

      Bien sur, la nouvelle gouvernance de l’entreprise aura à faire face à deux priorités.

      D’abord investir pour remettre en ordre l’entreprise et la développer. Cela nécessite plusieurs dizaine de millions d’euros qui serviront à structurer l’entreprise et ses agences ainsi que les offres commerciales.

      D’autre part, pour entrer en négociation et structurer aussi la profession de distributeur qui sera dans l’avenir un “messager” professionnel qui pourra faire face à toutes les missions et les enjeux à venir.

      L’avantage que nous avons c’est que l’entreprise ne peut se passer de ses distributeurs et si il faut “dégraisser” ce sera surtout ailleurs. A notre avis, la structure a besoin de s’appuyer sur des professionnels de la gestion et de la production et devra revoir son schéma managérial.

      Et puis, enfin, avec 800 distributeurs qui quittent l’entreprise chaque mois, pas besoin de licencier, le renouvellement, s’il était nécessaire, ce qui reste à prouver, se fait naturellement.

  4. Bonjour cela veut il dire que le 2 septembre on n est pas sur d avoir les 20 pour cent parce que sur un article c était mentionnée que nous seront payer le 2 et et la totalité le 6 septembre donc qu en ai t il concrètement on déjà mercredi donc on devrait savoir si les paye seront verser je pense

    • Bonjour.
      Concrètement rien est encore sûr. Nous devions avoir une communication hier (mardi) mais elle a été repoussée à demain (jeudi).
      Cela veut dire q’aucune solution n’a trouvée hier. Le paiement en deux fois, le 2 septembre et le 6 septembre, avait été annoncée par la direction à la réunion du comité d’entreprise le 22 août.
      De notre avis, c’était plus un souhait qu’une certitude. Nous pensons que si ce souhait de la direction était devenu une certitude, nous aurions eu la confirmation depuis. Normalement demain nous saurons et nous vous en informerons dès que nous la connaîtrons officiellement.

  5. Bonjour nous passons au prudhommes a la fin septembre. J espere que vous defendeur cat.vous saurait mettre en evidence tout ce qu il me doivent et aussi mettre ce soucis en évidence aupres des prud’hommes et juges car d ici peu moi je croit que je vais me retrouver a la rue.je suis dans une situation déplorable au vue de ce que adrexo me doit et vu la situation j aurai bien besoin car cela va mal et si sait pas racheté sa va faire beaucoup de monde a pole emploi et dans la misere

    • Bonjour Pascal.
      Pas de souci pour votre défense. Nos défendeurs sont affûtes comme jamais. La direction ne partira pas la fleur au fusil et nous y allons avec vous pour gagner, faire valoir vos droits et faire payer ce qu’on vous doit. Jusqu’au dernier centime. Vous pouvez compter sur nous.

  6. bonjour à tous,
    et merci pour le travail d’information que vous faites auprès de nous.
    Toutefois, j’entends lire partout que quoi qu’il se passe nous serons payés !!!
    Effectivement y’a de grandes chances pour que nous le soyons à la finalité, mais quand ?
    Parce que je pense que mes collègues sont comme moi ; ils ont besoin de leurs salaires pour vivre, ou survivre ça dépend …
    et même pour aller travailler !
    Donc depuis le mois de Juin on nous dit qu’il faut maintenir la boite, faire notre job, montrer qu’on est de confiance, efficace etc ….
    pour pas que tout se casse complètement la “gueule” et pour maintenir la confiance d’éventuels nouveaux investisseurs ou de repreneurs …
    Ok on joue le jeu ….. Sans pour autant que notre très grande direction prenne la peine de communiquer avec nous, qui ne le méritons pas bien sur …
    Même pour modifier nos conditions de calcul de nos salaires (création du temps Max, paiement à nouveau à partir d’un forfait et plus au temps badgé),
    on n’a même pas eu le droit à un bout d’explication, ni même à donner notre avis. Ok on baisse la tête, la queue entre les jambes et on accepte d’aller au casse pipe
    comme les bons petits soldats que nous sommes ! Quel mépris ! Quel manque d’humanité ! Quel manque de respect ! Et cerise sur le gâteau ils ont essayé de nous faire
    croire en plus que si le système changeait c’était de notre faute, que nous n’étions pas assez performants, pas assez professionnels ! Pathétique….
    Il a fallut par contre qu’on leur fasse à nouveau confiance et accepter de faire des heures complémentaires, pour encore une fois maintenir, une distribution
    de qualité, pour ne pas risquer de perdre des clients, pour ne pas bloquer le développement de la partie courrier, sans savoir si elles seraient vraiment payées
    et comme par hasard on le saura vraiment qu’à la paye de ce mois-ci (parce que pour le mois dernier, une seule semaine était concernée par l’apparition
    magique de “MAX” dans nos vies professionnelles) … et on nous dit à nouveau ce mois-ci que bin c’est le merdier pour nos salaires et qu’il va encore
    falloir faire confiance …. (sans être prévenu bien sur, on est le 28 et qu’est ce que ça peux faire, si les salariés ne savent pas s’ils vont être payés hein ? et surtout quand
    ils vont être payés)… encore une fois ils va falloir qu’on s’adaptent …
    Perso pour tout dire, et je ne dois pas être la seule, je commence à en avoir un peu marre de m’adapter …. et ça non plus ça n’est pas très bon signe !!!

    • Bonjour.
      Nous aurions pu faire un article de votre témoignage courageux et lucide.
      L’invitation est lancée. A vous et aux autres qui s’expriment régulièrement ici.

    • bonjour a mon avis si les regules ne sont pas payés se mois si sa sera stop ont ne fait plus
      et si nous sommes pas payés la pub restera au depot dans l attente d etre reglés

  7. C est simple pas de salaire le 2pas de distribution tous reste dans le garage personne n’a bouger pour laisser le temps au actionnaires de vider les caisses tant pis pour les distributeurs ils ferons sans . Détrompez vous pas de salaire pas d’ essence pas de distribution

  8. Bonjour.
    Que cherche nos dirigeants ? Que l’on se mette en grève pour obtenir le paiement de nos salaires en temps et en heure ? Une grève, ce n’est pas le moment, ce serait dévastateur dans le contexte actuel. Alors, que faire ? Continuez à être le parfait mouton que l’on tond à sa guise ? Réagir, mais de quelle manière ? Des distributeurs n’ont que ce salaire pour vivre. Nos actionnaires et dirigeants sont en train de les mettre dans la merde. Un moment ou un autre, l’exaspération du à cette situation atteindra son comble et je crains que la réaction de certain soit impossible à contrôler. Il faut être patient, nous le sommes. Mais la patience à ses limites. Et cette situation engendre du stress, beaucoup de mes collègues en ont ras le bol de toutes les malversations dont ils sont victimes depuis trop longtemps. J’espère très sincèrement que l’action prévue d’ici peu mettra en lumière toutes les magouilles de nos actionnaires et dirigeants et que les médias relaieront ces faits.

Les commentaires sont fermés.