Négociation temps de travail des chauffeurs colis : le compte n’y est pas

Les négociation sur la rémunération du temps de travail des chauffeurs est toujours en cours.

Pour la C.A.T., le compte n’y est pas !

Il faut rappeler que l’accord actuel sur la modulation du temps de travail vient à échéance en septembre prochain suite à sa dénonciation par la C.A.T.

La direction souhaite maintenir un système de modulation mais en le limitant au trimestre (il est actuellement basé sur 12 mois).

Concrètement, la première période serait de juin à août de chaque année, avec un paiement des éventuelles heures de surmodulation à la fin de chaque trimestre.

L’accord de modulation peut permettre de stocker les heures supplémentaires, entre 35 et 42 heures, dans un compteur, et de verser ces heures en fin de trimestre. L’entreprise peut ainsi compenser les périodes creuses et fortes à l’intérieur de ce trimestre et ne verser que le solde.

A défaut d’accord, le versement des salaires se fera sur la base légale classique, sans modulation, et avec paiement des heures supplémentaires dès la 36ème heures, et chaque mois.

C’est le scenario le plus probable.

En effet, la C.A.T. a dénoncé l’accord de modulation dont l’usage donnait lieu à de véritables “magouilles”, les heures supplémentaires étant régulièrement “escamotées” du système de paye.

La situation ayant donné lieu à des alertes régulières qui n’ont pas été prises en compte par la direction, notre syndicat a remis en cause l’accord d’entreprise, ce qui génère une période de négociations pour construire un nouvel accord, ce qui parait, aujourd’hui, très compromis.

Pour la C.A.T., il ne s’agit pas de brader les intérêts des salariés, mais bien qu’une éventuelle modulation soit un avantage pour eux. La direction doit donc proposer un avantage substantiel pour équilibrer un éventuel accord.

Pour le moment, la direction ne propose rien qui soit au niveau attendu, et nous constaterons probablement demain, lors d’une nouvelle réunion sur le sujet, que les négociations s’arrêteront la.

Actuellement, la direction propose une augmentation des salaires de 27 euros après 1 an d’ancienneté, de 54 la troisième année d’ancienneté puis de 81 euros la 4ème année avec passage au coefficient 1.2.

Ces propositions sont quasiment insultantes quand on connait le niveau de rémunération et d’avantages des autres sociétés de transport.

Il est évident que nous ne signerons jamais un accord sur cette base et que la contrepartie proposée est clairement très en dessous de ce qui est acceptable puisque nous demandions à minima le passage au coefficient 1.2 dès l’embauche.

Print Friendly, PDF & Email

6 Commentaires

  1. Bonjour autre sujet on vient de m informer que je ne devrais pas dépasser 34h par semaine ordre de l état ou loi donc on me lève un secteur c est nouveau vous avez des infos pour m informer Merci de votre réponse

    • Bonjour,

      Ce n’est pas nouveau, en contrat à temps partiel, si vous dépassez 34 heures, vous êtes en droit de faire requalifier votre contrat à temps plein.

  2. Bonjour.
    Cet accord concerne uniquement les chauffeurs-livreurs de colis ou également les chauffeurs-livreurs Drive to Home ?

    • Bonjour,

      Les chauffeurs livreurs D2H doivent sortir du périmètre d’Adrexo pour intégrer une nouvelle entité (YPER) et ne sont donc plus concernés.

  3. Bonjour vous dite que les chauffeurs drive to home doive sortir du perimetre d adrexo mais savez vous quand exactement car on en entend parler mais rien de concret j ai l impression pour l instant alors si vous avez une datte a communiquer ou qui s en rapprocher je la veut bien merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*