Le comité d’entreprise Adrexo : Amis hier, complices aujourd’hui…

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Vous avez régulièrement suivi, ici, les pérégrinations méditerranéennes de nos élus du C.E., plus connus sous le sobriquet “les bronzés”. Vous avez toutes et tous compris que le tour de la Catalogne Française, qui a duré deux ans, n’était pas un lieu qui avait été choisi par des experts des sciences cognitives. Loin de là !

Les organisateurs en chef de ces réunions préparatoires festives, avaient-ils autre chose en tête que d’éviter aux élus (et à eux-mêmes) d’évoluer dans le monde « contraignant » des intérêts du salarié ?

Voulaient-ils absolument se fabriquer une majorité, afin de pouvoir « bricoler » tranquillement les budgets du comité d’entreprise ? Cette majorité totalement « synthétique »  devait, pensaient-ils peut-être, leur permettre de se mettre à l’abri des attaques du vilain Salim Henouda, qui aurait découvert des pratiques qui feraient pâlir n’importe quel magicien de « bonne famille » !

Ces nouveaux amis semblent faire parfaitement office de complices sourds, muets et aveugles, devant ce qui était devenu une évidence, que certains d’entres eux avaient pourtant ouvertement et officiellement critiqué en 2016 et 2017.

Dans leurs écritures devant les juges, il est dit que nos accusateurs ont pu tout voir des comptes du C.E. et n’ont aucun problème pour tout vérifier. Pourquoi alors l’interdire au trésorier adjoint ? Et si tout cela est vrai, pourquoi n’ont ils rien vu ?

Est-ce les deux jours dans des hôtels à étoiles, parfois garnis d’une piscine, tout cela au soleil de la Catalogne, qui ont fait passer ces anciens détracteurs en mode silencieux ?

Quoi qu’il en soit, cela n’a pas empêché que soient condamnés le secrétaire et le trésorier par le tribunal, à mettre à disposition de notre camarade les comptes du C.E. (procédure actuellement en appel).

Les élus solidaires, les ont, là aussi, soutenus mordicus quand ils décidèrent de passer outre la décision du juge et même de suggérer que nous pouvions, sur ce sujet, diffamer les élus et le comité d’entreprise. Ne se doutant pas que par leur dévouement ridicule, ils se mettraient ainsi (bientôt) en difficulté devant la justice.

Ne reculant devant aucun sacrifice, ces élus ayant la berlue retournèrent au charbon quand il a fallu au comité d’entreprise attaquer pour diffamations, diverses et variées, des élus de la C.A.T., le secrétaire de la C.A.T. – Adrexo. et la C.A.T elle-même. En voici la liste avec leur appartenance syndicale pour information :

Ces élus du C.E. décidèrent, après avoir pris conseil auprès d’un avocat, apparemment d’expérience et désintéressé (lui), de laisser tomber l’affaire et de le faire savoir à la réunion du comité d’entreprise de décembre dont le compte rendu est affiché dans les agences.

Ces agissements posent questions :

  • Qu’attendaient le secrétaire, le trésorier et leurs amis élus des procédures ridicules et très mal préparées, engagées contre nous ?
  • Pourquoi et dans l’intérêt de qui cette avalanche d’assignations ?
  • Les élus « volontaires » et solidaires, ont-ils conscience des risques qu’ils encourent ?
  • Pourquoi engager autant d’argent dans ces procédures pour se contenter de perdre à chaque fois ?
  • Pourquoi le secrétaire, le trésorier et les élus complices cachent-ils, avec autant d’énergie, les comptes du comité d’entreprise ?
  • Pourquoi, parmi eux, certains réclamaient les comptes du C.E. en début de mandature, pour abandonner ensuite sans les avoir vu ?

Ne trouvez vous pas ces questions légitimes ?

En cette fin de mandature, les langues se délient et nous annoncent des pratiques délirantes si elles sont vraies. Chèques cadeaux anonymes (du moins au moins 8 clairement identifiés à date et reconnus par le trésorier), des aménagements financés (ce qui n’a jamais été contesté), voiture perso renouvelée (folle rumeur ?), le tout payé avec l’argent du C.E, retro-commissions perçues ? Il est plus que temps de solder ces doutes en montrant la comptabilité détaillée de l’institution…

Récemment, la direction d’Adrexo a dû se déplacer à la gendarmerie, afin de répondre à des questions concernant la gestion opaque des comptes du comité d’entreprise et les différentes entraves mis en évidence. Plusieurs sujets ont été abordés…

C’est aussi la campagne électorale et les syndicats affichent leurs tracts et vous racontent plein de choses qui devraient changer votre vie de salarié…

Un tract a particulièrement attiré notre notre curiosité. Celui d’un syndicat dans lequel on peut y lire des exploits incroyables, dont un festival de trompettes en plastique aux abords d’un practice de golf. Mais pas que…

Dans ce tract, ce syndicat des musiciens qui agitent des fanions jaunes (oui, ils arrivent à faire deux choses en même temps), nous, vous explique qu’il veillera à ce que la transparence des comptes du prochain CSE soit respectée. Attendez, attendez, ne riez pas encore, ce n’est pas terminé. Ce syndicat écrit aussi qu’il veillera également qu’il n’y ait pas de privilèges au futur C.S.E. !!!!

Allez-y lachez-vous, ça fait du bien !

Quand on sait que l’unique élue de ce syndicat participe aux réunions des bronzés en Catalogne pendant deux ans et il nous étonnerait qu’elle ait dormi dans sa nouvelle voiture…

Quand on sait qu’elle a défendu bec et ongles le secrétaire et le trésorier lorsque Salim Henouda, notre élu au comité d’entreprise, a demandé les comptes, en soutenant leur refus de mettre à disposition la comptabilité du C.E….

Quand on sait qu’une fois la justice rendue en faveur de Salim Henouda de la C.A.T., le secrétaire et le trésorier ont pu immédiatement compter sur le soutien “solidaire” de l’élue de ce syndicat, qui “sera” vigilant, pour désobéir à la décision du juge…

Ces bonimenteurs à la petite semaine n’ont pas honte de vous faire avaler leurs couleuvres et vous assurer une “vigilance” optimale sur des activités dont ils ont profitées sans vergogne !!!

Les guignols ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

Depuis, des faits graves d’abus de confiance ont été découverts et cette même personne assure qu’elle est attentive aux comptes et a pu tout voir… Alors, pourquoi n’avoir rien dit ?

Des promesses… qui ne seront jamais tenues, c’est tellement bon les privilèges… Même pour un syndicat “révolutionnaire”.. !

Bref ! L’enquête qui se poursuit, la fin de ce feuilleton sur la gestion délirante du comité d’entreprise est proche.

Bientôt l’épilogue, dans le dernier épisode sur votre site C.A.T.-Adrexo.fr !