La commission de suivi qui ne suit plus rien du tout

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Le 4 juillet 2016 a été signé, par quatre syndicats (C.A.T., CFE-CGC, Sud et F.O), un accord sur la mesure et l’enregistrement du temps de travail. Le fameux « accord badgeuse » !

Dans cet accord, il est prévu une commission de suivi où seuls seraient présents un représentant de chaque syndicat signataire, plus un représentant du comité d’entreprise (en l’espèce, l’omnipotent secrétaire peu intéressé par autre chose que ses intérêts).

Cette commission a, normalement, pour but de veiller au respect des dispositions prévues par l’accord.

Cette commission qui, selon les termes de l’accord, ne devait se tenir qu’une fois par an minimum.

Vous imaginez, une commission qui ne se réunit qu’une fois par an…

Et puis, devant tous les soucis rencontrés par les salariés, notamment avec la badgeuse, la commission prit la décision de se réunir une fois par trimestre.

Un jour, devant l’immobilisme chronique de certains membres de cette commission, le directeur général de l’époque, Hervé Estampes, prit les choses en main et décida de secouer son monde, en envoyant les représentants des syndicats signataires sur le terrain. Incroyable non ?

La direction de l’entreprise qui propose à des syndicalistes (tous?) d’aller au contact des distributeurs dans le cadre d’une commission. Le truc que personne ne pouvait imaginer. Et pourtant !

Le but principal était d’accompagner les salariés lors de leur distribution, afin de permettre de valider des nouveaux temps théoriques bien plus proches de la réalité que ceux proposés sur les feuilles de route.

Le problème, c’est qu’au bout d’un certain temps, les membres de la commission de suivi ne prirent pas le chemin emprunté par le représentant de la C.A.T.. Celui d’accompagner les salariés sur le terrain et décidèrent de se contenter de siéger aux réunions, tranquillement assis au chaud. Trop dur d’accompagner les distributeurs.

C’était assez sidérant de voir des “syndicalistes” se mettre d’accord, pour dire que les distributeurs n’avaient qu’à « se démerder » seuls !!!!

Et oui cher(e)s collègues, FO, la CFE-CGC (qui se fout comme de l’an 40 des salariés) et Sud ont préférer le confort des salles de réunion à la « brutalité » du terrain? Sans parler du contact avec les distributeurs…

Pour faire quoi, nous direz-vous ?

Ben rien ou pas grand chose. Vous devez le savoir depuis le temps, ces « honorables » personnes utilisent le temps des réunions de la commission de suivi pour bavasser ; Et patati et patata et re-patati et re-patata. C’est un métier de faire croire que l’on fait avancer les choses et que l’on s’occupe des intérêts des salariés…

Depuis, la direction a lâché prise et en a profité pour faire passer le « Temps Max » en loucedé. Sous l’œil goguenard et complice des membres “fatigués”, représentants de leur syndicat…

Mardi dernier a eu lieu une « réunion » de cette commission.

La direction a annoncé un test “badgeuse” sur les agences de Vitrolles et Avignon. Ce test étudiera la possibilité pour le distributeur, qui a atteint le Temps Max, de demander via la badgeuse de continuer la distribution. En cas de réponse positive, il pourra continuer sa distribution jusqu’à la fin et la régule se fera automatiquement sans intervention d’un manager. Si ce test est concluant, il sera déployé au niveau national, via une mise à jour de la badgeuse et l’ajout d’une touche sur l’écran, mi-novembre.

Le représentant de la C.A.T. a demandé qu’une information claire, pour ce qui concerne la distribution des courriers via le numéro chrono, soit une nouvelle fois diffusée dans toutes les agences.

A la suite de longs, très longs discours des représentants de la commission sur le choix du tri par rue pour le courrier et après qu’une représentante, qui parle beaucoup mais ne comprend pas grand chose, expliqua qu’elle avait vu “tous les salariés” d’Adrexo (16 000 ?) et qu’ils ne voulaient pas du numéro chrono, la direction exaspérée finit par informer tout ce beau monde ignorant, que le tri par rue est accessible via la badgeuse…

Sinon quoi d’autre ?

Ben rien, comme d’habitude…

 

Print Friendly, PDF & Email

6 Commentaires

  1. Bonjour. Souhaitons que la possibilité d’interroger la badgeuse pour continuer la distribution après le temps max soit concluante. C’est dommage de devoir cesser une distribution lorsqu’il ne manque qu’une demi heure pour la terminer, la qualité de distribution s’en ressent. Pour ce qui est du numéro chrono, il reste utile pour vérifier que le pli à distribuer correspond bien à celui qui est afficher sur l’écran. Mais il est vrai que pour ce qui me concerne, le classement par rue du courrier est déterminant pour l’organisation de mes tournées. N’est ce pas la priorité, distribuer tout le courrier avant d’avoir atteint le temp max ?
    Reste à espérer que personne n’abuse et que les distributions soient réalisées de façon efficace afin de ne pas générer un surcout pour la société.

  2. Bonjour à tous

    J’espère bien qu’il va y avoir une touche de plus via une mise à jour pour ne plus à avoir à noter le temps après le temps Max et ensuite de se justifier sur le temps en plus pour qu’il soit pris en compte

    Pourquoi ne pas faire le même pour faire le classement des prospectus sachant que c’est un algorithme ( je pense ) qu’il calcule le temps de préparation selon le nombre de prospectus à trier ( prend pas en compte les papiers fins , couper les cerclages etc ….)

    Excellent week-end à tous

  3. Il est admis 5 %,d’écart avec le temps théorique mais il n’est pas respecté par Adrexo
    Je m’explique 5% correspond à une minutes par tranche de 20 minutes essayé juste pour voir vous aurez un message par lequel votre temps est incohérent
    J’estime que le mots incohérent pour quelque secondes tiens du harcèlement moral et que son auteur devrait être poursuivi devant les tribunaux

    • Bonjour, effectivement, 5% font 3 minutes par heure mais le système n’accepte que moins de 5% et pas 5%, ce qui n’est pas conforme.

  4. Bonjour

    Un employé reconnu RQTH , a t’il le droit à une avantage badgeuse , je m’expliqique : exemple le temps max pris en compte et un ajout de bonification directement pour handicap 30 mns ou autre

    Un chariot neuf ou pas …….. des affaires de travail ?

    Merci d’avance

    • Bonjour,

      Les salariés reconnus handicapés peuvent avoir une aide à l’appareillage et peuvent demander à leurs responsables l’intervention du service DFFI HANDICAP pour coordonner la demande avec les services compétents. Ces actions permettent le financement de chariots adaptés ou de matériels supplémentaires.

      Il n’y a pas d’adaptation automatique des temps de distribution en fonction de la déclaration de handicap.

Les commentaires sont fermés.