Nouvelles organisations à venir : régionalisation et adaptation

Cartoon character of a clown plays trumpet with musical melody symbols illustration
Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Eric PAUMIER l’affirme, le fonctionnement de l’entreprise ne peut pas être décidé intégralement depuis Aix en Provence.

Chaque région doit pouvoir subir une adaptation en fonction de ses besoins.

La Bretagne est la région ou il y a le moins d’imprimés publicitaires et devra subir sans doute une cure d’économie avec moins de moyens mis vers ce territoire.

La question qui pourrait aussi être posée est de savoir si ce constat est le fruit d’une politique ou simplement le fruit du hasard.

Pourquoi Adrexo est si faible en Bretagne ?

De la Bretagne aux Pyrénées, le chiffre d’affaire de 3 régions ne représente que 18% de la globalité nationale, et le DG entend en tenir compte dans la gestion à venir et dimensionner les équipes.

Nouveautés également, les services centraux RH pourraient être décentralisés en région, ce que nous avons déjà entendu par le passé et ce qui ne s’est jamais mis en place !

Faire coller les besoins au plus près des réalités, pourquoi pas…

Pour la Bretagne, ce n’est pas un hasard si cette région a été la première à tester la sous traitance vers la poste et se trouve aujourd’hui en tête du nombre de secteurs externalisés.

Il va être intéressant de comparer les résultats financiers et de constater les économies pour savoir si ce moyen est profitable et redonne une rentabilité à la zone.

Si ce n’était pas le cas, ou si cela n’occasionnait qu’une baisse des pertes, ce ne pourrait évidement pas être durable.

Les autres régions développent activement cette sous traitance qu’il faudra bien financer aussi. Les experts pourront déterminer si la solution est pérenne.

En attendant, elle occasionne une casse sociale importante en coupant de l’emploi des milliers de personnes.

Cette situation ne va pas s’améliorer pour les salariés concernés avec l’arrêt probable du chômage partiel prochainement.

Des salariés y sont en effet placés alors qu’une activité existe sur leurs secteurs et que l’entreprise a juste fait un choix de confort en sous traitant l’activité.

Ces salariés seraient donc amenés à attendre à la maison sans travailler si aucune solution n’est proposée.

Solution qui doit satisfaire à des conditions de distances, comme cela est prévu dans le contrat de travail.

Payés pour attendre, et l’activité sous traitée, c’est un double coût qui n’est évidement pas supportable durablement. Que fera l’entreprise ?

Elle devra probablement prendre ses responsabilité si ces salariés ne partent pas d’eux mêmes.

Ces mêmes questions reviennent pour les salariés “âgés” dont Monsieur PAUMIER dit vouloir se défaire, ils ne peuvent être poussés vers la sortie de force si ils souhaitent poursuivre l’activité.

Tant qu’ils peuvent et veulent travailler, un contrat de travail permet de poursuivre l’activité sauf à ce que l’entreprise décide d’un plan de licenciements, mais le critère de l’âge est discriminant et ne peut être utilisé de cette manière.

Il y a bien sur beaucoup d’incohérences dans tout cela et même les managers sont aujourd’hui dans le doute. Ils ont tous des retraités actifs qui forment même les piliers de leurs équipes et ne se voient pas travailler sans eux demain.

C’est tellement incohérent que ces déclarations ne trompent personne et que les intentions de créer un Adrexo à plein temps paraissent tellement illusoire que personne ne peut y croire.

Print Friendly, PDF & Email

15 Commentaires

  1. Personne ne voudra travaillé a temps plein chez adrexo sans salaire fixe et de plus avec son véhicule personnel, Adrexo n’est pas la poste !
    Et avec un temps Max sur la badgeuse

  2. Bjr. Faire le choix des jeunes en forme c’est se priver de l’expérience, la volonté, la rigueur et la motivation des “vieux”. Dans l’entrepôt dont je dépendais, une majorité de distributeurs avaient plus de 45 ans et constituait une équipe qui était en place depuis plusieurs années. Peu de turn over, des distributeurs expérimentés et efficaces, ponctuels et consciencieux. Malheureusement, ce n’est pas le cas avec certains intérimaires et des plus jeunes qui même si ils peuvent paraître plus en forme ne sont pas les plus motivés et rigoureux dans le travail de distribution. Je parle en connaissance de cause pour l’avoir vu et vécu, en remplaçant au pied levé plusieurs de ces jeunes qui rendaient vite le tablier par manque de courage. Un choix va être fait, celui d’exclure “les vieux”. Attendons d’en voir les effets je doute que le résultat ne soit pas celui qui est attendu. PLACE AUX JEUNES…

  3. Bonsoir,

    Que l’entreprise commence a supprimé les heures modulées avant de parler de contrat compris entre 20h et 35h, les heures modulées tout le monde le sais c’est du précaire, ça ne devrait même plus exister.

    Ensuite puisque l’entreprise veut « Professionnaliser » le métier de distributeur qu’ils commencent à payer les salariés les IK du domicile au secteur, ce qui n’est pas encore le cas, sans parler du manque de matériels…

    Bref rien n’est réalisable ! Et le pire reste à craindre !!

  4. Bonjour
    J’ai déjà posé la question mais ma responsable me confirme que ma tournée en 7000 partira à la poste le jour où je le déciderai
    Est ce vrai

    • Bonjour, il parait en effet raisonnable de conserver une tournée si aucune solution n’est possible.

      Et rien n’impose de passer une tournée à la poste même si elle peut l’être.

  5. Bonjour est les accomptes on t il était versée j aimerai me rassurer pour le versement du 1 er octobres des salaires merci

  6. Faux ont nous laissé pas le choix sa part à la poste et vous vous êtes au chômage ou ont vs mets sur un autre secteur mais comme il n y a pas du travail pour tout le monde le chômage explose pour certains à des semaines où mois à ne pas travailler

    • Bonjour,

      C’est tout à fait ça, le distributeur ne peut que constater que son secteur est passé à la poste (sauf si le responsable le retient en interne) et se retrouve sans travail du seul fait de l’entreprise.

      Il est donc placée en activité partielle, alors qu’il y a du travail.

        • Et bien soit l’entreprise propose une activité compatible, soit continue de payer à sa charge, soit engage un plan social.

          Le salarié, lui, a tout intérêt à attendre ses propositions.

  7. BONJOUR,

    Pour faire des économies. Certains centres font des feuilles de route refusées à tour de bras pour éliminer les Mg Et la modulation.

  8. Le choix de débaucher les ”vieux” va être compliqué si elle doit intervenir sans licenciement. Il faudra trouver un accord pour les faire car beaucoup d’entre eux ont besoin de ce revenu complémentaire. Ensuite, faire signer des contrats de 20 h alors qu’il me semble qu’au minimum ils doivent être de 24 h/semaine si il n’y a pas de contrainte particulière c’est illégal. Après, 24 h/semaine, c’est pratiquement 6 tournées et 35 h, 8 à 9 secteurs à distribuer. Va falloir des jeunes en super forme.

  9. Il faudrait penser à revaloriser les frais de déplacement car le carburant sans compter les réparations c’est une honte ” ‘

  10. En Cotes d’Armor nous n’avons plus de commerciale depuis des mois la personne est en maladie, du coup les entreprises ne sont pas démarchees et vont à la poste via médiapost et le peu de travail qu’on a on le donne à la poste.
    Pour relancer l’activité il faut nous envoyer des commerciaux et ne plus sous-traiter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*