Pourquoi surveiller le déploiement de la sous-traitance postale ?

Postman delivering letter at the door illustration
Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Nous avons déjà commenté la mise en sous-traitance de nombreux secteurs, plutôt en zone rurale, par Adrexo au profit de la poste.

Les conditions :

Pour pouvoir être sous-traité, le secteur doit correspondre à l’organisation du réseau de la poste.

Il faut en effet rappeler que les documents seront sous-traités à la poste et non à médiapost qui n’est pas concerné.

La poste a organisé ses tournées en regroupant, par exemple, plusieurs villages, et Adrexo devra s’adapter.

C’est ainsi que les salariés d’Adrexo voient progressivement leurs secteurs se transformer en changeant de numéro, mais aussi parfois en ne regroupant plus les mêmes territoires.

Si vous êtes dans ce cas, c’est que votre ou vos secteurs ont été mis en conformité pour partir en sous-traitance.

Seconde condition, pour que le secteur soit donné à la poste, il faut que la poste soit déjà sous-traitant de Mediapost sur ce territoire. Si nos collègues de Mediapost font toujours la distribution sur le secteur, Adrexo ne pourra pas sous-traiter le secteur à la poste.

En clair, si les facteurs sont déjà en charge de la distribution de la publicité sur le secteur, Adrexo pourra sous-traiter. Dans le cas contraire, non.

La publicité confiée à la poste devra être préparée à partir de 2 documents et livrée à la poste conditionnée par tournée.

Enfin, il faut savoir qu’un secteur sous-traité peut revenir en distribution chez Adrexo, quelques semaines par an ou durablement, selon la volonté de la direction. Ce n’est donc pas forcément définitif. Même si il est probable que, dans les faits, il y ait peu de chance de retour.

Et les salariés ?

C’est le cœur du problème.

La direction s’est toujours refusée à associer les syndicats dans la démarche, et ce malgré des demandes répétées.

Nous assistons, dans toute la France, à des changements qui sont préjudiciables aux salariés.

Parfois, ceux qui étaient félicités pour leur fidélité sur des secteurs ruraux se voient aujourd’hui reprochés de coûter cher et questionnés sur leur volonté de rester dans l’entreprise.

Car, ce n’est pas sur les secteurs ruraux que l’entreprise a le plus de turn-over, au contraire, ces secteurs sont souvent fidélisés plus longtemps sur des salariés qui habitent souvent à proximité du secteur de distribution et qui complète une activité ou une retraite par l’activité de distribution.

Ce ne sont pas ceux-là non plus à qui l’on pourra proposer de devenir chauffeurs livreurs de colis, d’abord parce que l’entreprise n’envisage plus d’importants développements sur cette activité, préférant stabiliser l’existant, et surtout parce que bon nombre de nos distributeurs ruraux ne veulent pas travailler à plein temps.

Si toutefois, une opportunité pour un salarié actuel s’offre à lui et qu’il l’accepte, il n’y a aucun soucis, mais ce sera pas souvent le cas.

Ils se verront proposer des secteurs non sous traités, ou des activités de préparation uniquement, ce qui sera loin de satisfaire tout le monde.

La direction affirme qu’elle n’organisera aucun plan de licenciement collectif et compte sur le turn over naturel pour pouvoir sous-traiter progressivement des secteurs.

Nous doutons fortement de cette affirmation et le comportement constaté dans certaines régions prouve que le turn-over “naturel” est un peu moins naturel quand il s’agit de passer des zones à la poste.

Imaginons par exemple un petit relais approvisionné par un centre principal. Croyez vous qu’il soit crédible de continuer à le faire vivre, à le livrer, à payer les loyers des locaux, alors qu’il n’aurait plus que quelques distributeurs en activité. A l’évidence, l’économie recherchée ne sera obtenue qu’avec moins de charge immobilière et de transport à payer.

Ce qui est sûr, c’est que nous sommes à votre écoute pour vous aider à gérer ces situations qui pourront être difficiles et que nous vous conseillons de ne pas démissionner si les pressions sont fortes et de nous informer immédiatement.

Dans chaque région, nos correspondants sont prêts à vous soutenir et à informer les services de l’état, le cas échéant. Nous réagirons, avec la plus extrême fermeté, aux tentatives déplacées et inacceptables dont vous pourriez être les victimes.

Print Friendly, PDF & Email

11 Commentaires

  1. Bonjour.
    Cette solution de sous-traitance coûte moins cher où plus cher en fin de compte ?

    • Bonjour, Le but est que ca coute moins cher, il y a plusieurs niveaux d’économies, car en dehors des salaires, il peut y avoir des économies de loyers des relais qui vont fermer, de transport vers ces anciens relais et en conséquences pas de déplacements des personnels, d’électricité, d’eau, d’entretien…

      • J’ai du mal à croire que des facteurs distribue des pubs en plus de leurs courriers.
        Déjà certains facteurs n’arrivent pas à terminer leurs tournées.

        • Bonjour,

          C’est déjà le cas dans de nombreux endroits ou mediapost sous traite ses publicités aux facteurs, principalement en zone rurale.

          D’ailleurs Adrexo ne pourra sous-traiter que la ou Médiapost le fait déjà.

          Il y a une forte chute du nombre de courriers a distribuer et c’est un moyen de compléter l’activité des facteurs.

          En zone urbaine, il n’en est pas question, la poste réduit le nombre de facteurs et augmente la taille des tournées.

  2. bonjour
    vous dites que bon nombre de salarié e es, ne souhaite pas passer en temps plient! mais vous le dite vous-même, ils sont retraités e es, et donc de par la loi ils ne peuvent aller au-delà de leur salaire de référence de calcul de leur pension, mais tous préféreraient percevoir 30% de rente en plus et ne pas travailler.

    • Bonjour,

      tout le monde préfère gagner 30 % de plus sans travailler…. Monsieur de la Palisse n’aurait pas dit mieux.

  3. peut-on exigé a un roc de vouloir reprendre son poste malgré le chômage partielle .

    • Bonjour,

      Non, la mise en chômage partiel est une décision de l’entreprise qui s’impose.

  4. bj c est un autre sujet quand allons nous etre payer pour tous le temps passer a triller le courrier chez nous merci la c est gros probleme tous le monde le fait tous les syndicat le save que neni la conscience profetionnel c est bien mais la c est a vous de bouger et comme dab bc de blabla et rien d autre

    • Bonjour,

      La question va se poser bientôt avec des volumes de courriers plus importants et nous aurons peut être une possibilité d’inverser le rapport de force.

  5. C est pas compliqué la poste quand il y a pas de courrier il y a pas de pub le facteur passe sans s arrêté nous on faisait toute les boîtes et pourtant pas paye et les frais d essence pas paye non plus alors qu est ce qui nous reproche

Les commentaires sont fermés.