Le confinement, seule action efficace face au coronavirus ?

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous

Alors que la France, l’Espagne et l’Italie ont tout misé sur le confinement, dédaignant le dépistage de masse afin de pouvoir traiter les malades rapidement et efficacement, la Corée du Sud a su, sans attendre, endiguer l’épidémie avec des méthodes bien plus réalistes. Deux raisons à cela : la mise en place rapide de mesures efficaces et une population bien informée. Comment ce pays s’est-il, avec ses voisins, imposé comme le bon élève face à la gestion de la crise ?


La Corée du Sud a réagi très rapidement. Avant même la confirmation du premier cas de coronavirus sur son territoire.

Le 20 janvier dernier, un premier cas de Covid-19 est diagnostiqué en Corée du Sud. Une Chinoise de 25 ans arrivée de Wuhan, berceau de l’épidémie. Rapidement, d’autres cas sont identifiés, la Corée du Sud devient l’un des points noirs de l’épidémie. 

Avec 9000 cas recensés à ce jour, la Corée du Sud s’impose pourtant comme un exemple à suivre en matière de gestion de l’épidémie. La Corée du Sud est “une bonne élève”, la preuve : d’une part le taux de victimes a diminué et a tendance à se stabiliser autour de cent nouveaux cas par jour.

D’autre part, le taux de mortalité y est très faible : 110 décès sur 9000 patients contaminés. C’est bien en deçà de la moyenne donnée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui est de 3,4% ». 
 

Des mesures rapides et une population bien informée

 La Corée du Sud a réagi très rapidement. Des entreprises spécialisées ont très vite commencé à développer des kits de dépistage. En l’espace de moins de vingt jours, un réseau de laboratoires opérationnels a été mis en place pour analyser les échantillons. 

À cela s’ajoute une mobilisation en force du personnel médical : 12 000 spécialistes sont habilités à conduire ces tests dans 77 institutions médicales à travers le pays. 

A Séoul, des alertes sont envoyées quasiment tous les jours via SMS pour mettre en garde les habitants contre de nouveaux cas découverts dans tel ou tel quartier.

Aujourd’hui, la capacité de dépistage de la Corée du Sud bat tous les records : entre 10 000 et 20 000 personnes peuvent y être testées chaque jour, alors que la France en est à environ 6000 dépistages depuis le début de la crise… Même si on nous promet davantage de dépistages dans les semaines à venir.

Pour le moment, la plupart de ces dépistages Français ont eu lieu à Marseille où se passent les actions les plus efficaces. Au-delà d’une campagne massive de dépistage, le gouvernement Sud-Coréen a également misé sur une politique de transparence et d’information de la population, notamment sur le nombre de personnes atteintes du virus, contrairement à la Chine qui a tu pendant un temps les risques et dangers du Covid-19.

Cette réactivité s’explique notamment par les précédentes expériences face à ce type d’épidémies, avec surtout celle du virus MERS en 2015.

La Corée du Sud s’est appuyée sur les nouvelles technologies pour contrôler l’épidémie. Elle a par exemple affecté des enquêteurs à la surveillance des quarantaines et à la traçabilité des déplacements des malades. Partout où nous allons, nous laissons des empreintes numériques, que ce soit en retirant de l’argent, au travers de l’utilisation de notre carte bancaire ou via notre téléphone portable.

MERS, SRAS, l’expérience des épidémies passées

 La réactivité du la Corée du Sud s’explique notamment par ses précédentes expériences face à ce type d’épidémies, avec surtout celle du virus MERS en 2015 , d’après les autorités locales. 
 

En effet, de nombreux pays asiatiques gardent en mémoire l’expérience, parfois traumatisante d’épidémies passées, le MERS mais aussi celle de la pandémie du SRAS en 2003. Si le nombre de victimes a été à l’époque nettement inférieur à celui du Covid-19, les conséquences n’en ont pas pour autant été moins lourdes. Manque de tests, chute du tourisme, croissance économique plombée. 

Les habitants sont encouragés à travailler depuis chez eux et les manifestations à grande échelle ont été bannies, mais pas de mesure drastique.

Les séquelles du passé auraient-elles servi de leçon à ces pays ? Alors que plusieurs pays européens ont tardé à réagir et ont dû imposer des mesures drastiques, il n’en est rien pour la Corée du Sud.

Certes la rentrée scolaire a été repoussée, les habitants sont encouragés à travailler depuis chez eux et les manifestations à grande échelle ont été bannies, mais pas de mesure drastique : pas de confinement, ni de fermeture de restaurants ou d’autres lieux de rassemblement  en Corée du Sud.
 

C’est ainsi que la Corée du Sud, l’un des premiers à avoir détecté des cas de Covid-19, limite à ce jour la contamination à moins de 400 personnes grâce à ces mesures et à des traitements adaptés efficaces.

La France et ses voisins Espagnols ou Italiens ont peut-être perdu cette bataille de dépistage symptomatique, afin de limiter les victimes et juguler la saturation des services de santé et des hôpitaux. Contrairement à l’Allemagne…

La Norvège : une autre stratégie :

En Norvège, la stratégie des autorités est très différente également.

Il a été décidé de protéger les plus fragiles et principalement les personnes âgées ou affaiblit mais de laisser les autres circuler “presque” comme d’habitude.

La population est juste sensibilisée à utiliser des gestes barrières classiques mais peuvent circuler, travailler et faire des courses.

Toutefois les écoles sont fermées ainsi que les bars et restaurants.

Le but est de ralentir la propagation du virus qui touchera plus ou plus moins tardivement une partie de la population qui deviendra ainsi immunisé et ne pourra plus transmettre le virus.

Cette stratégie donnera donc un nombre de malades importants mais pour une catégorie de personnes ne présentant pas de difficultés particulières et qui pourrait gérer les quelques jours de maladie. Ces personnes qui auront été malades ne pourront plus transmettre le virus ou en être victime elles-mêmes et ceci pourrait éviter une reprise de la pandémie après la remise en route de l’économie nationale.

Car, au delà du problème du ralentissement de la propagation que permet incontestablement le confinement, rien n’assure que quelques cas encore actifs ne viennent faire faire redémarrer la maladie à grande échelle, quelques semaines ou quelques mois après l’arrêt du confinement.

Les personnes épargnées en ce moment, se verraient redevenir à risque une nouvelle fois.

Les services de l’état rétorquent que le confinement a surtout l’intérêt d’étaler dans le temps l’apparition des cas critiques et d’adapter le système de santé en conséquence.

L’espoir réside dans un vaccin qui pourrait éviter de déclencher les symptômes mais ce vaccin n’est pas encore développé et l’enjeu est de savoir s’il le sera à temps pour éviter un second sursaut du civid-19…

14 Commentaires

  1. Une seule chose ce gouvernement devra payer l addition une fois l’épidémie passé pour tout ces manquements que nous pouvons tous constater la France 6ème puissance mondiale !!!

  2. Modérato, Phil, s’il vous plaît, nous ne sommes pas sur un réseaux social !

  3. C sur que la Corée du Sud tire son épingle du “jeu”!!
    Mais je ne pense pas que cette nation aurais supportée un an de “Gilets Jaunes” des manif à tous bouts champs comme chez nous!!!
    Faut savoir ce que l’on veut!!!

  4. Bonsoir,

    Tout d’abord, merci de nous tenir informés chaque jours.

    J’aimerais savoir allons-nous reprendre l’activité distribution de publicités/courriers à partir du 3 Avril ?

    Si vous avez eu une quelconque information. Sinon selon vous, est-ce que l’arrêt de l’activité va être prolongé et donc prolongation du chômage partiel ?

    Dans l’attente de votre retour,

    Prenez soin de vous et de vos proches.

    Cordialement,
    Anthony

    • Bonjour et merci,

      Il n’y aura pas de reprise le 3 avril, c’est certain.

      On peut raisonnablement envisager une reprise pour le 28 avril mais pas avant !

  5. Bonsoir pour réponse à Isabelle Bertrand a se que je sache la liberté d’expression est libre en France tout comme vous êtes libre de commenter mon post cela s’appelle un débat a ce que je vois vous n’êtes pas le modérateur de ce blog il n était en aucun cas diffamatoire puisque publié

  6. Bonjour,

    Merci pour votre réponse,

    Je me doutais un peu de cette configuration d’une reprise éventuelle le 28 Avril.

    Merci pour votre réponse,
    Bon Vendredi et excellent week-end.

    Cordialement,
    Anthony

  7. bonjour a tous oui il y auras uner comision enquéte des députés aprés épidémie .ont ne trouve des masque nul part encore moins les p^roduits recommander pour se laver les mains .oui cest une honte 6éme puissance du monde soutenons les personnels de santé qui souvent sont en rupture de masque en plus il ya des centaines de mort dans les maisons de retraite mais qui ne sont pas encore compter dans les victimes du virus .cest une honte quil est pas de masque de protection . le gourvernement néchapperas pas a sa incapacité de fournir le matériel de santé .en plus des gens vont mourir car il nya pas assez de personnel formé en réanimation .oui la situation est grave .bon courage a tous nous sommes tous en danger nen déplaise a la dame qui critique ceut qui sont conscient du drame que traverse notre pays bon courage a tous

    • Bonjour,

      Pas de panique tout de même, vous serez surement contaminé tôt ou tard, et heureusement, et je vous le souhaite, comme la majorité des gens, vous n’aurez que peu de signes et ce sera un vieux souvenir.

      Le drame est d’ailleurs dans le nombre de personnes contaminées et pas tellement dans la proportion de malades critiques qui reste assez normal.

      Il faut essayer de se préparer au mieux et de passer ce cap au mieux. C’est un ancien malade qui vous le dit !

    • Bonjour Taboada,
      Je suis “la dame qui critique ceux qui sont conscients du drame” ! Détrompez-vous, je suis tout-à-fait consciente de ce qu’il se passe actuellement.
      Ceci dit, je croyais, naïvement m’exprimer via un site où nous sommes sensés communiquer sur la politique de l’entreprise Adrexo et non pas juger, négativement ou positivement, les actions menées par notre gouvernement pour tenter de contrer cette crise inédite. Que les “yakafokon” continuent de se défouler sur les RS !
      Je vous demande de m’excuser si mes mots vous ont choqué(e) mais je suis soumise à mes émotions comme tout-un-chacun, et l’oisiveté n’arrange rien !

  8. Bonjour

    De toute façon c’est bien connu, la France a toujours un train de retard sur d’autres nations ! et ce, dans de multiples domaines ….

    Bien cordialement, et bon courage à tous dans ce confinement obligé !

  9. Bonjour

    Ce foutu virus Covid-19 fait parler de lui comme jamais, mais, au delà des avis des médecins, parfois démentis par d’autres spécialistes de l’Institut Pasteur, chacun pense en savoir plus que les autres, sur les plateaux de télévision les interviews s’enchaînent, la réalité d’aujourd’hui est contredite le jour suivant …etc

    Malgré ceci, j’ai entendu dire que ce virus a la peau solide, il pourrait résister jusqu’à une température de 56°, ce qui voudrait dire que l’arrivée des beaux jours n’enrayerait pas ce virus aussi facilement qu’une grippe saisonnière ?!
    De plus, certains spécialistes croient que ce virus pourrait muter et donc se reproduire l’année prochaine et ainsi de suite, si l’on ne trouvait pas un vaccin pour l’éradiquer définitivement !!!
    Faut absolument écraser cette peste des temps modernes, tout le monde veut vivre, tout le monde veut pouvoir aller travailler !

    Bon courage à vous tous.

    • Bonjour, n’oubliez pas cependant qu’il est peu dangereux pour la majorité des gens mais qu’il frappe tout le monde et induit des complications sur des personnes à risque principalement.

      Soyons confiants, nous y arriverons tous ensemble !

      Bien à vous,

Les commentaires sont fermés.