Adrexo, Colis privé et la bourse, un jeu dangereux ?

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Ce n’est pas un secret, la direction d’Adrexo souhaite céder une partie du capital de la filiale sur le marché boursier.

Toutefois, une incertitude juridique existe et pose certaines questions.

En effet, certains élus du CSE d’adrexo ont accepté de voter la consultation dans des formes non conformes puisque l’entreprise n’avait communiqué aucune note explicative permettant de rendre un avis éclairé.

Ce point important puisque controlé par l’autorité des marchés financiers, à fait l’objet d’une information tronquée.

Les salariés qui seraient les premières victimes de cette vente à la découpe du patrimoine d’Adrexo n’auront aucun mal, par le biais de leurs représentants, à démontrer le vice de forme.

Les marchés, eux, sont très bien renseignés et douteraient du sérieux de cette future opération.

Les élus du CSE ont voté la nomination d’un expert pour les assister dans cette procédure mais n’ont pas été destinataires de son rapport….

Aussi hallucinant que cela peut être… c’est pourtant la stricte vérité.

Pourtant, ce rapport existe et serait même entre les mains de quelques connaisseurs de la chose boursière qui attendent avec impatience de voir si les prédictions qu’ils contient se réalisent.

Il préciserait en particulier pourquoi Colis Privé arriverait à réaliser un léger bénéfice alors qu’Adrexo affiche toujours des pertes.

L’artifice serait dans la ventilation des coûts supportés par Adrexo et surtout dans le montant facturé par Adrexo à Colis Privé bien en dessous du coût réel de la prestation, ce qui expliquerait en effet les résultats.

Adrexo travaille à perte, et n’arrive pas à se sortir de ses difficultés… normal… et pendant ce temps le client Colis Privé engrange des profits payant mois cher ses commandes et se présente aux portes de la bourse.

Logique…

Un système parfaitement bien rodé et qui pourrait montrer une mariée plus belle qu’en réalité, ce que nos fameux investisseurs boursiers détestent.

Une mise en bourse attire toujours des investisseurs qui cherchent un profit rapide, en voulant revendre les actions pour se fabriquer rapidement une marge confortable.

Les actions iront ensuite alors sur le marché des plus petits porteurs.

Même sans être spécialistes, on peut alors de poser la question du sort de la valeur de ces actions quand tout les éléments cités ci-dessus seront connus de tous.

Ce sera sans doute trop tard pour la société Adrexo, qui demain, ne sera plus qu’une entité sans intérêt, et sûrement dissociée de l’activité de livraison de colis qu’elle supporte actuellement, au nom d’une restructuration soit disant indispensable !

Nous dénonçons sans cesse ce mode de gestion dont les « petits » seront toujours les victimes et nous interrogeons très sérieusement sur les conditions qui permettent d’en arriver la…

Après la campagne publicitaire très réussit à l’occasion de la distribution électorale, après quelques remarques désobligeantes des commissaires aux comptes sur des opérations fictives passées de manière tellement anticipée que ça s’est vu… après que toute l’équipe se soit ridiculisée sur le territoire de Marseille, il est sûrement raisonnable de penser que le jeu est dangereux quand on a la volonté de passer de petits à grands entrepreneurs.

Une chose est certaine, c’est nous, les salariés, qui paieront.

Print Friendly, PDF & Email

9 Commentaires

  1. Je n’ose imaginer les répercussions d’un scandale genre fraude au chômage partiel, mais heureusement ce n’est pas le genre de la maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*