La CAT-Adrexo se développe à l’international

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Fort de ses résultats en France, la CAT se développe en Europe

Dans le cadre du développement des syndicats autonomes et particulièrement de la C.A.T., nous sommes fières d’annoncer notre développement vers la Belgique, l’Allemagne et les pays bas.

Avec de nouveaux locaux implantés à Bruxelles, la C.A.T. entend rayonner largement sur l’Europe et poursuivre son développement porté par des équipes motivées et investies.

C’est ainsi que notre nouveau data center sera prochainement mis en service dans le CAT World center de Bruxelles ou 300 mètres carrés seront mis à la disposition des représentants des salariés.

Ce n’est bien entendu qu’une étape de notre développement qui est également envisagé en Afrique du Nord ou la représentation syndicale est faible.

La forte croissance observée en France porte notre projet international.

Nous remercions Ronald Mac Donald et ses équipes pour son investissement sans faille.

Sérieux ?

Non… bien entendu !

C’est pourtant le type de messages qui est régulièrement diffusé par le groupe Hopps au profit, notamment, de la notoriété de Colis Privé.

Le dernier en date faisant état d’un développement aux pays bas.

Le ridicule ne tue pas, heureusement…

En réalité, c’est la trésorerie du groupe qui est au plus bas.

Et si nous commencions à régler les loyers réclamés par nos bailleurs, les factures de nos fournisseurs qui sont nombreux à ne plus vouloir travailler pour le groupe, les factures de nos transporteurs qui bloquent nos marchandises pour être payés, les appels de cotisations des services de santé au travail pour lesquels Hopps Group ou Adrexo sont radiés, les factures de sous-traitants qui trainent et qui mettent en difficultés de nombreuses petites entreprises.

Bref, commençons à être rentable en France… avant d’évoquer des développements hypothétiques qui relèvent de la communication pour mieux attirer les investisseurs…. qui ne peuvent pas êtres dupes.

Commençons par payer les salariés au vrai prix, à ne pas dissimuler des heures de travail, à être justes avec les équipes avant de communiquer sur les richesses de l’entreprise.

Ces propos sont choquants pour ceux qui travaillent sans matériel et dans des conditions déplorables avec les créanciers aux portes qui réclament leurs factures.

Print Friendly, PDF & Email

3 Commentaires

    • Bonjour,

      L’entreprise a partagé sa subvention en 3 fois (sans frais, comme chez Conforama !!) et semble avoir versé la dernière tranche avec quelques jours de retard. La commande aurait pu être passée donc, on peut imaginer les recevoir d’ici la fin du mois de novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*