Abus d’utilisation du chômage partiel : la C.A.T. dénonce les magouilles d’Adrexo

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

Alors que des salariés sont poussés vers la sortie, de différentes manières, la direction d’Adrexo utilise le chômage partiel pour se faire rembourser des salaires alors que l’activité existe mais qu’elle est sous-traitée.

Un autre moyen de dégouter les salariés qui finissent par quitter l’entreprise mais surtout un détournement manifeste des dispositions légales.

Un peu partout en France, et particulièrement dans des zones ou l’entreprise veut se débarrasser de ses “encombrants” salariés pour confier son activité à la Poste, on assiste à un “drôle” de mécanisme.

Des salariés ont été maintenus en activité partielle lorsque l’entreprise a repris ses activités.

Plutôt que de demander à ses salariés de reprendre le chemin des secteurs de distribution, l’entreprise a préféré confier l’activité à la Poste dans le cadre d’un contrat de sous traitance.

Pour autant, le salarié habituellement en charge du secteur reste chez lui et l’entreprise se fait rembourser son salaire par l’état.

La voila gagnante sur les deux tableaux, d’une part n’ayant pas à supporter le salaire habituel et d’autre part en réalisant une économie sur les coûts de distribution.

Cette situation dure parfois depuis près d’une année.

Le seul hic… et de taille… c’est que l’activité existe et que ce n’est qu’un choix de l’employeur qui prive le salarié de travail et pas du tout le contexte économique et encore moins la situation sanitaire qui tombe à point nommé.

La C.A.T. Adrexo a déjà adressé des demandes d’explications a quelques Directeurs Régionaux qui s’empressent de ne pas répondre forçant ainsi notre syndicat à alerter la direction générale du travail, les Direccte concernée et le ministère du travail qui ne saurait laisser perdurer cette abus qui prive nos collègues d’activité.

Si vous êtes concernés, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous contacter directement pour que nous communiquions votre dossier à la Direccte compétente.

Print Friendly, PDF & Email

25 Commentaires

  1. Bonjour ont avez deha signalé en début d année bien sur que sa continue des mois a 3 semaines de chômages pour 1 semaine de travail des collègues qui ne travaille plus

  2. 3 meme 4 semaines consecutives de chomage. Et le pire c’est que sur les salaires il y a toujours une semaine pas payée. Soit remplacee par conges payes soit heures faites avant décalées sur la semaine de chomage.

  3. Bjr. J’ai bénéficié du chômage partiel jusqu’à ma démission le 31 mai. Cependant, le bénéfice de cette mesure était dû au fait que j’étais personne à risque et que ma situation entrée dans le cadre des dispositions légales en vigueur. Par contre, pendant cette période, le service RH aux compétences limitées voulait que je demande à être mis en arrêts maladie, procédure qui était impossible au regard des texte de Loi. J’ai avancé les dispositions en vigueur, le service RH n’a pas insisté car c’était illégal de leur part de m’obliger à me mettre en arrêt de travail.

      • Mais quand on est une ancienne déléguée du personnel et déléguée syndical es ce que soit doit passer par le cse pour le licenciement pour inaptitude a tous postes merci

  4. Bonjour moi aussi j ai bénéficier du chomage partiel a chaque fois que je n avais pas de travail ou alors en vacances mais pas payée

  5. Quand est ce que tout va s’arrêté ?
    Je me retrouve avec des secteurs en sous traitance avec la poste mes secteurs passent de 4 villages à 10 villages si l’ont refusent ce surplus de travail les responsables notent une feuille de route refusé !!Bah tiens
    C’est quoi ce bordel !!
    A quand le plan de licenciement ????? pour les distributeurs
    C’est quoi cette façon d’écœuré les distributeurs de leur poste ! et de vouloir les faire démissionner d’eux même!! cette pratique est intolérable

  6. Comme je suis une ancienne déléguée du personnel et déléguée syndicale je crois qu il faut que sa passe par le cse comment faire s il y a qu un cse le 16 décembre merci

  7. Élise Lucet pourrait faire un magnifique reportage Âvec sôn émission cash investigation, il faudrait une bônne fois Qu il y ait un vrai journaliste qui creuse , fouille et farfouille toutes les magouilles, Qu il suive une semaine ou plus un distributeur ….. Que L on dévoile nos conditions de travail Êt lâ rénumeration …. Dejâ Poûr L encartage…

  8. Bonsoir,
    Question bête mais malgré la situation catastrophique d’adrexo aujourd’hui, je me demande comment ce fait-il qu’il continue de publier un tas d’annonces sur le site leboncoin pour rechercher des distributeurs/trices???

  9. Conséquences de la considération et la reconnaissance du travail effectué par les distributeurs. L’humain n’existe pas pour les actionnaires, la seule chose qui les intéressent c’est de faire du fric par tout les moyens. Le reste, il s’en foute. Et il y a une belle bande d’incapable à la tête de cette entreprise, à beaucoup de niveau. Manque d’organisation, de rigueur, des contrats de distribution non respecté avec les clients, des magouilles à n’en plus finir… Et je ne parle pas des badgeuses, du temps limité pour la distribution, du courrier qu’il faut distribuer au détriment des prospectus… Du grand n’importe quoi à tout les niveaux. Faut être costaud pour tenir le coup dans cette société, un moment donné trop c’est trop. Et il vaut mieux s’en aller plutôt que de continuer de travailler pour des actionnaires et des patrons qui n’ont aucune considération humaine !!!

  10. Et ça c’est la partie légale. Il y a la partie fraude réelle au chômage partiel en ayant obligé les salariés a travailler pendant leur mise au chômage partiel notamment dans la filiale hopps, prud’hommes à venir et les sanctions potentielles sont connues lorsque ce sera reconnu officiellement

  11. Mon mari et moi même sont au chômage partiel depuis juin notre responsable de Périgueux nous dit que nos secteurs c est la poste

  12. Que faire des distributeurs des relais qui ferment le chômage partiel qui se termine fin septembre pourquoi ne pas licencier seul qui veulent partir

    • Parce qu’ils sont trop nombreux.

      Au dela de 10, il faut un plan social et l’entreprise préfère les voir partir d’eux mêmes avant d’envisager des solutions pour ceux qui restent, d’ou l’intérêt de ne pas démissionner.

  13. Bonjour , il y a un autre abus celui d’avoir baissé le taux du chômage
    partiel VULNERABLE alors que les textes disent que celui ci doit rester au même taux à contrario du chômage partiel par manque de travail qui lui diminue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*