Immobilité : la C.A.T. propose une solution à l’entreprise

L’immobilité est l’un des fameux “écrêtages” tant contesté par les salariés.

Elle se déclenche lorsque la badgeuse n’enregistre aucun mouvement (pas de modification du point GPS) pendant plus de 7 minutes.

Souvent, l’immobilité n’est pas justifiée (les managers peuvent alors l’annuler manuellement), et résulte d’un arrêt justifié, par exemple : la distribution de courriers dans des grandes entrées d’immeubles en milieu urbain.

Or, même le salarié ne se déplace plus, il est pour autant en action de travail, cherchant la boite du destinataire d’un courrier par exemple.

La C.A.T. vient de reformuler sa proposition à ce sujet.

Puisque le salarié acquitte la distribution lorsqu’il trouve la boite, et que l’entreprise connait l’horaire de cet acquittement, il est assez aisé de voir qu’il le fait pendant une période détectée en “immobilité” et qu’il est donc dans une situation de travail.

Il conviendrait alors de neutraliser directement l’immobilité et de réinitialiser le délai de 7 minutes après chaque acquittement.

Si l’entreprise veut s’en donner les moyens, il existe donc des solutions pour avancer sur ce point qui est un des principaux reproches fait au traitement opéré avec les données issues de la badgeuse.

La règle fixée unilatéralement par l’entreprise consiste à neutraliser du temps après 7 minutes d’immobilité et ensuite de cumuler chaque période.

Les managers peuvent annuler cette retenue si elle apparait justifiée à la visualisation des données sur le plan (traces GPS), mais cette manipulation est manuelle et dépend du bon vouloir de celui qui en la responsabilité.

De plus, quand le cumul de temps de cette immobilité dépasse 15% du temps de distribution théorique, le dépassement replace le temps mesuré au temps théorique. La sanction peut donc s’avérer très importante.

Nous attendons donc désormais une réponse motivée de la direction.

Print Friendly, PDF & Email

6 Commentaires

  1. Le principe même des invitations est de piéger les distributeurs vous ne voudriez pas que l’on cherche à les corriger

  2. Dans mon cas sur le secteur 643 à Tours j ai au 38 place Rabelais 450 boites aux lettres ( résidence étudiants mais pas que) et je dois lorsque l adresse est incomplète par exemple «Monsieur Durand 38 place Rabelais Tours 37009 sans numéro du hall et de l appartement rechercher sur 450 boîtes le bon destinataire cela peu me prendre entre 10 et 20 mn selon la chance
    Je suis souvent pénalisé par le temps d immobilité de 7mn et me voit soustrait de mon temps de distribution de 10 à 20mn
    Mon challenger me conseille de me mettre en pose puis de reprendre mais pendant ce temps de pose je suis toujours en recherche de la bonne boîte
    Je suis pénalisé très souvent même si le manager rétabli PARFOIS le temps
    Votre suggestion me semble INDISPENSABLE
    Merci pour cette action

  3. C du n importe quoi…on ne peut même pas prendre un gâteau..nous sommes flices ç tout pour nous mettre des remplacements on s et nous trouver

  4. sur secteurs 700 et 708 à Bayeux regroupes sur une seule feuille de route alors que cela ne devait pas, il m’a été refait une feuille de route pour chacun.
    Pour la préparation il est apparu un écart de 40 minutes sur les deux feuilles, que sur une seule, pour la même quantité de poignées.???? Je ne comprends pas pourquoi. pouvez vous me renseigner? Par avance MERCI

    • Bonjour,

      Oui, lorsqu’une quantité est scindée, la préparation est calculée selon la quantité de chaque feuille de route.

      Le calcul prenant en compte la pénibilité, plus il y a de documents, plus le temps unitaire est élevé.

      En scindant en deux, l’application du mode de calcul de la convention collective est moins favorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*